100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les kick-boxeurs à la conquête du titre de champion de Mayotte, ce samedi

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Les meilleurs combattants de Mayotte se retrouvent, ce samedi 12 novembre, au gymnase de Cavani. La Ligue mahoraise de kick boxing, muaythaï et disciplines associées (LMKMDA) y organise son championnat, la porte d’entrée vers le championnat de France.

Qui s’affronte ?

Tous les licenciés inscrits sur une plateforme de la fédération française de kick-boxing. Les neuf clubs de Mayotte (les deux clubs de Pamandzi, Sada, Tsingoni, Chirongui, Bandrélé, Majicavo, Mamoudzou et le Tactical RSMA) avaient une semaine pour présenter leurs champions en fonction de leurs âges et de leurs poids. Un tirage au sort a eu lieu, ce mardi, pour déterminer les assauts (on parle d’assauts sur le tatami où les coups restent retenus, contrairement aux combats sur le ring dont le championnat est prévu en début d’année).

Toutes les catégories sont-elles représentées ?

« Cela va du pré-poussin, les 7-8 ans, à seniors », détaille M’bayé Bakar Ahamada, le président d’une Ligue mahoraise de kick boxing, muaythaï et disciplines associées (LMKMDA), qui comptait 365 licenciés la saison précédente. Le poids a aussi son importance. Environ « quatre ou cinq combattants » se retrouvent dans la même catégorie de poids et d’âge. Mais un licencié qui se retrouve sans concurrents peut devenir champion de Mayotte sans combattre. Le dirigeant de la ligue estime que le public pourrait voir « une soixantaine d’assauts », ce samedi, de 9h à 16h30.

La préparation est-elle longue pour ce championnat ?

Il y a plusieurs challenges au cours de l’année, donc « il y a déjà une préparation. Il y a un rodage toute l’année », fait remarquer M’bayé Bakar Ahamada. Contrairement aux challenges cependant, ce n’est pas la ligue qui fait la sélection des participants, mais bien le logiciel de la fédération nationale.

Y a-t-il des places qui se jouent pour le championnat de France ?

Exactement, en remportant un titre à Mayotte, les kick-boxeurs gagnent le droit de se rendre en métropole. Toutefois en fonction des coûts, les places peuvent être limitées. L’an dernier, une délégation de quarante personnes, dont trente combattants, a pu faire le voyage. La Ligue et des partenaires ont ainsi mis la main à la poche. Et le retour est plutôt positif. Treize Mahorais ont pu décrocher une médaille dont une en or.

Championnat de Mayotte de kick-boxing, samedi 12 novembre, de 9h à 16h30, au gymnase de Cavani, à Mamoudzou. Gratuit.

Une ligue qui veut se développer par la formation

Outre la compétition avec une sélection qui se prépare pour les Jeux des îles 2023, la Ligue mahoraise de kick boxing, muaythaï et disciplines associées (LMKMDA) veut continuer de se renforcer en permettant à ses coachs de monter en compétences. Plusieurs modules de formations sont mis en place, et l’an prochain, un brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) pourrait être décerné à des Mahorais. Cela permettrait de professionnaliser la discipline sur Mayotte, qui rentre déjà dans les sports pratiqués en UNSS (Union nationale du sport scolaire).

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...