100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Football : Elanrif Kamithou, premier salarié de l’union sportive de Kavani

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Le 1er février dernier, l’union sportive de Kavani officialisait le recrutement de son premier employé en la personne d’Elanrif Kamithou. En charge de l’ensemble du staff technique du club et rattaché à l’école de foot, le trentenaire a pour mission de faire progresser l’ensemble des catégories jeunes, mais aussi de former de nouveaux éducateurs.

« Appuie ta passe » ; « Appel, contre-appel » ; « Finition »… Sur le terrain synthétique du stade de Cavani, Elanrif Kamithou regarde d’un œil averti les enchaînements et recadre ses joueurs de la catégorie U13. Loin d’avoir sa langue dans sa poche, le trentenaire n’hésite pas à haranguer ses protégés pour leur faire imprimer les consignes.

Depuis le 1er février dernier, le professeur des écoles est le premier salarié du club. « Je suis en charge de l’ensemble du staff technique et je suis principalement rattaché à l’école de foot », concède celui qui pilote et supervise toutes les catégories, des U7 au U13, tous les mercredis et vendredis. « Je gère toute l’organisation. Avec mon équipe, nous nous réunissons très régulièrement pour mettre au point des exercices spécifiques en fonction des cycles. »

football-elanrif-kamithou-premier-salarie-union-sportive-kavani
L’école de foot de l’USK a reçu le label « jeunes espoirs » par la fédération française de football il y a deux mois.

Un poste à temps partiel

Un emploi à temps partiel financé par la délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports, mais aussi par le fonds d’aide au football amateur. « La ligue de foot de Mayotte nous a bien accompagné. Sans elle, nous n’aurions jamais réussi… Ce n’est pas du tout facile d’obtenir de l’argent de la FFF », relate Hassani Kambi Ousseni, le 1er vice-président du club. « Nous sommes en pourparlers avec la ville de Mamoudzou et le Département pour pérenniser ce poste. »

Fin de carrière à 29 ans

Passionné de ballon rond depuis sa tendre enfance, Elanrif Kamithou signe sa première licence au football club de M’Tsapéré à l’âge de 13 ans et évolue jusqu’en division honneur (l’équivalent de la régionale 1 aujourd’hui). À 29 ans, il décide de raccrocher les crampons pour se concentrer sur le métier d’entraîneur, qui lui permet de transmettre des valeurs chères à ses yeux, comme le respect, le fair-play, le vivre-ensemble, l’environnement. « Je retrouve les mêmes dans l’Éducation nationale », confie-t-il.

Que ce soit au sein dans son établissement scolaire situé à Cavani ou sur le pré, celui que l’on surnomme Berry s’emploie à façonner la jeunesse de son quartier. Diplômé d’un brevet de moniteur de football niveau 4, Elanrif Kamithou a pour mission d’apporter du sang neuf et d’inciter les jeunes joueurs du club à se former pour ensuite rejoindre les huit éducateurs en place. « C’est le champ de bataille du bureau. À terme, l’objectif est d’[en] avoir pour chaque catégorie. » Un défi qui ne lui fait pas peur, bien au contraire. « Quand on est passionné, on ne voit pas le temps passer », conclut-il, avant de repartir distiller ses précieux conseils.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...