100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Dawiya Abdou, l’enfant prodige du handball mahorais

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

La jeune handballeuse de 16 ans a été élue meilleure ailière droite lors de l’European Open Championship de handball en Suède au début du mois de juillet. Une consécration de plus dans sa courte carrière déjà bien remplie. Déterminée à intégrer l’équipe de France de handball, l’adolescente met toutes les chances de son côté pour y arriver, avec le soutien de toute sa famille.

À première vue, Dawiya Abdou est une jeune fille comme les autres qui aime passer du temps avec ses amies et qui profite de son adolescence. Cependant, à la différence des autres, elle est une talentueuse handballeuse qui ne peut se permettre de faire des écarts ou de faire la fête comme les adolescentes de son âge. Elle a un planning qu’elle doit respecter à la lettre pour progresser. « Je suis en sport étude, donc je vais au lycée et je m’entraîne tous les jours pendant la pause déjeuner ou en fin de journée et je fais aussi de la musculation », raconte-t-elle. Pas le temps donc s’ennuyer.

La sportive est ravie de la vie qu’elle mène car elle a un objectif précis : celui d’intégrer l’équipe de France de handball. Pour l’heure, elle joue en national 1 à Bruguières (Haute-Garonne) près de Toulouse et fait également partie de la sélection de l’équipe de France féminine des moins de 16 ans. C’est ce qui lui a permis de prendre part à l’European Open Championship de handball en Suède au début du mois de juillet. Son équipe a décroché la troisième place, mais Dawiya Abdou a été élue meilleure ailière droite de la compétition face à toutes les autres joueuses européennes présentes. « Quand on m’a annoncé la nouvelle, j’étais bien évidemment contente, mais je ne m’y attendais pas », avoue-t-elle. Compétitrice sur le terrain, elle se dit modeste et fair-play en dehors. Serait-ce la recette du succès ?

Dawiya-abdou-handball-equipe-de-france
Dawiya Abdou et son père également ancien coach Ahmed Abdou.

Baignée dans le handball depuis l’enfance

Dawiya Abdou n’a pas choisi le handball par hasard. Elle évolue dans ce monde sportif depuis son plus jeune âge. Sa mère, ses tantes, ses oncles… Tous pratiquent la discipline. Elle a donc fréquenté les terrains depuis sa plus tendre enfance. Elle a commencé à jouer alors qu’elle n’avait que cinq ans, et son coach n’était autre que son père Ahmed Abdou, entraîneur du Combani Handball Club. « Elle passait tout son temps au terrain pour s’entraîner. Parfois, sa mère n’était pas contente, d’autres me disaient que c’est une fille et qu’elle devrait faire autre chose, mais Dawiya insistait », dévoile son papa. Ce dernier est fier du parcours de sa fille et des choix qu’il a dû faire pour sa réussite.

Dawiya Abdou a été formée à Mayotte au Combani Handball Club jusqu’à l’âge de 11 ans. À cause de l’insécurité grandissante sur l’île, ses parents décident de l’envoyer vivre dans l’Hexagone avec sa tante et sa soeur cadette. « Au départ, elle n’y est pas allée pour le handball, mais plutôt pour avoir un meilleur cadre de vie. Mais elle suivait sa tante, qui joue aussi, aux entraînements, et elle a rapidement été repérée par les clubs », indique Ahmed Abdou. Même si l’éloignement avec sa famille a été dur à vivre selon la principale concernée, son père et ancien coach est persuadé d’avoir fait le bon choix. « À Mayotte, elle n’aurait pas progressé parce qu’ici on a nos limites. En métropole, il y a toutes les structures nécessaires, un réel accompagnement. Le fait d’être partie lui a permis de réaliser son rêve », assure-t-il. Dawiya Abdou est du même avis que lui et elle compte saisir toutes les opportunités qu’elle aura. « Il faut toujours s’accrocher et ne pas abandonner. Avec beaucoup de travail, on peut tout faire », clame-t-elle. Une chose est sûre, la jeune handballeuse a un avenir prometteur. Lors de la prochaine rentrée, elle souhaite intégrer un centre de formation pour se perfectionner.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...