Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière allocution d’Emmanuel Macron. Le président de la République a annoncé un nouveau confinement en précisant toutefois que des adaptations seront faites pour l’Outre-mer. Reste à savoir lesquelles…

À quelle sauce, cette fois-ci, le mouvement sportif mahorais sera-t-il mangé ? Sur le plan national, le confinement du printemps dernier avait contraint toutes les fédérations sportives à suspendre leurs activités. Celles-ci avaient dû attendre de longues semaines avant de commencer à voir le bout du tunnel. C’est Roxana Maracineanu, ministre des Sports qui, en juin dernier, s’est placée en éclaireuse avec l’annonce d’une reprise progressive des activités sportives. Les pratiquants pouvaient dès lors entreprendre un retour à la normale, à l’exception des sports collectifs et ceux de contacts qui avaient dû patienter jusqu’au mois de juillet. Et tandis que le sport renaissait sur le territoire français, la Guyane et Mayotte, toujours en état d’urgence sanitaire, devaient continuer de prendre leur mal en patience. Pour les Mahorais, la situation s’est globalement décantée en septembre dernier.

Un communiqué du préfet de Mayotte, Jean-François Colombet a officialisé la levée de l’état d’urgence et la possibilité pour les ligues et comités de réactiver leurs activités et ce, sous toutes leurs formes : loisirs comme compétitives. Suite à cela, une réunion d’échanges et d’informations regroupant le mouvement sportif mahorais d’un côté, la Jeunesse et sport et l’ARS Mayotte de l’autre, est venue apporter des éclaircissements sur les modalités de reprise. Depuis, les clubs ont repris peu à peu le chemin des entraînements. La Ligue mahoraise de football a relancé ses compétitions avec la Coupe régionale de France et les Coupes de Mayotte, tandis que les principales ligues et principaux comités sportifs mahorais s’apprêtaient à l’imiter…

« Les dispositions s’appliquent uniquement sur le territoire métropolitain »

Mais voilà, dans son intervention télévisée mercredi soir, Emmanuel Macron s’est positionné pour un nouveau confinement général, face au regain national du virus. La décision du chef de l’État entre en vigueur ce vendredi à minuit. Les fédérations sportives nationales n’ont pas tardé à réagir, en tête desquelles la Fédération française de football. « À la suite de l’annonce par le président de la République des mesures sanitaires de confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, la FFF a pris la décision de suspendre l’ensemble des compétitions de Ligues, de Districts, des championnats nationaux du National 3, du National 2, de la D2 féminine, des Coupes de France masculine et féminine, et des championnats nationaux de jeunes (féminins et masculins) jusqu’au mardi 1er décembre. […] Le monde du football se doit de participer à l’effort collectif pour lutter contre la deuxième vague de cette épidémie », a communiqué la plus grande fédération sportive de France.

Toutefois, le président français a indiqué que des adaptations du confinement seront apportées pour l’Outre-mer. Cela s’est vite vérifié. Ce jeudi après-midi, quelques heures seulement après les déclarations de la 3F, le président de la Ligue de football amateur, Marc Debarbat, s’est exprimé à son tour, en assurant que « les dispositions relatives à l’arrêt des compétitions de football au niveau amateur s’appliquent uniquement sur le territoire métropolitain ».

Le mouvement sportif français alerte Macron

Autrement dit, les rencontres de football prévues ce week-end sur l’île dans le cadre de la Coupe régionale de France et des Coupes de Mayotte sont, à ce jour, maintenues. Si les différentes fédérations s’inspirent du football, les ligues et comités sportifs mahorais peuvent espérer être épargnés par ce second acte du confinement. À moins que la préfecture n’en décide autrement. En effet, depuis les premières annonces de reprise des activités sportives, les arrêtés municipaux et préfectoraux ont toujours prévalu sur les décisions fédérales.

Un paramètre qui agace d’ailleurs au plus haut point et a fait l’objet d’une lettre ouverte du mouvement sportif français au président de la République. Dans cette lettre intitulée « SOS : Sport en détresse » et signée par 95 fédérations sportives membres du Comité national olympique et sportif français (Cnosf), le mouvement sportif français affirme avoir « établi les protocoles sanitaires les plus exigeants, validés par les ministères tant des Sports que de la Santé ainsi que par le Haut conseil de la santé publique et la Cellule interministérielle de crise ».

Il regrette que « malgré tous ces efforts, nos compétitions et manifestations programmées ou reprogrammées sont annulées, souvent à la dernière minute et en raison d’une application excessive et injustifiée des mesures sanitaires par les autorités locales. […] Les décisions très disparates des préfectures et des ARS, à situations similaires, tuent le sport à petit feu », s’émeuvent les signataires. Le mouvement sportif mahorais est désormais suspendu à la réaction de la préfecture attendue ce vendredi, et croise les doigts pour une décision en faveur du maintien de ses activités.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...