Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière allocution d’Emmanuel Macron. Le président de la République a annoncé un nouveau confinement en précisant toutefois que des adaptations seront faites pour l’Outre-mer. Reste à savoir lesquelles…

À quelle sauce, cette fois-ci, le mouvement sportif mahorais sera-t-il mangé ? Sur le plan national, le confinement du printemps dernier avait contraint toutes les fédérations sportives à suspendre leurs activités. Celles-ci avaient dû attendre de longues semaines avant de commencer à voir le bout du tunnel. C’est Roxana Maracineanu, ministre des Sports qui, en juin dernier, s’est placée en éclaireuse avec l’annonce d’une reprise progressive des activités sportives. Les pratiquants pouvaient dès lors entreprendre un retour à la normale, à l’exception des sports collectifs et ceux de contacts qui avaient dû patienter jusqu’au mois de juillet. Et tandis que le sport renaissait sur le territoire français, la Guyane et Mayotte, toujours en état d’urgence sanitaire, devaient continuer de prendre leur mal en patience. Pour les Mahorais, la situation s’est globalement décantée en septembre dernier.

Un communiqué du préfet de Mayotte, Jean-François Colombet a officialisé la levée de l’état d’urgence et la possibilité pour les ligues et comités de réactiver leurs activités et ce, sous toutes leurs formes : loisirs comme compétitives. Suite à cela, une réunion d’échanges et d’informations regroupant le mouvement sportif mahorais d’un côté, la Jeunesse et sport et l’ARS Mayotte de l’autre, est venue apporter des éclaircissements sur les modalités de reprise. Depuis, les clubs ont repris peu à peu le chemin des entraînements. La Ligue mahoraise de football a relancé ses compétitions avec la Coupe régionale de France et les Coupes de Mayotte, tandis que les principales ligues et principaux comités sportifs mahorais s’apprêtaient à l’imiter…

« Les dispositions s’appliquent uniquement sur le territoire métropolitain »

Mais voilà, dans son intervention télévisée mercredi soir, Emmanuel Macron s’est positionné pour un nouveau confinement général, face au regain national du virus. La décision du chef de l’État entre en vigueur ce vendredi à minuit. Les fédérations sportives nationales n’ont pas tardé à réagir, en tête desquelles la Fédération française de football. « À la suite de l’annonce par le président de la République des mesures sanitaires de confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, la FFF a pris la décision de suspendre l’ensemble des compétitions de Ligues, de Districts, des championnats nationaux du National 3, du National 2, de la D2 féminine, des Coupes de France masculine et féminine, et des championnats nationaux de jeunes (féminins et masculins) jusqu’au mardi 1er décembre. […] Le monde du football se doit de participer à l’effort collectif pour lutter contre la deuxième vague de cette épidémie », a communiqué la plus grande fédération sportive de France.

Toutefois, le président français a indiqué que des adaptations du confinement seront apportées pour l’Outre-mer. Cela s’est vite vérifié. Ce jeudi après-midi, quelques heures seulement après les déclarations de la 3F, le président de la Ligue de football amateur, Marc Debarbat, s’est exprimé à son tour, en assurant que « les dispositions relatives à l’arrêt des compétitions de football au niveau amateur s’appliquent uniquement sur le territoire métropolitain ».

Le mouvement sportif français alerte Macron

Autrement dit, les rencontres de football prévues ce week-end sur l’île dans le cadre de la Coupe régionale de France et des Coupes de Mayotte sont, à ce jour, maintenues. Si les différentes fédérations s’inspirent du football, les ligues et comités sportifs mahorais peuvent espérer être épargnés par ce second acte du confinement. À moins que la préfecture n’en décide autrement. En effet, depuis les premières annonces de reprise des activités sportives, les arrêtés municipaux et préfectoraux ont toujours prévalu sur les décisions fédérales.

Un paramètre qui agace d’ailleurs au plus haut point et a fait l’objet d’une lettre ouverte du mouvement sportif français au président de la République. Dans cette lettre intitulée « SOS : Sport en détresse » et signée par 95 fédérations sportives membres du Comité national olympique et sportif français (Cnosf), le mouvement sportif français affirme avoir « établi les protocoles sanitaires les plus exigeants, validés par les ministères tant des Sports que de la Santé ainsi que par le Haut conseil de la santé publique et la Cellule interministérielle de crise ».

Il regrette que « malgré tous ces efforts, nos compétitions et manifestations programmées ou reprogrammées sont annulées, souvent à la dernière minute et en raison d’une application excessive et injustifiée des mesures sanitaires par les autorités locales. […] Les décisions très disparates des préfectures et des ARS, à situations similaires, tuent le sport à petit feu », s’émeuvent les signataires. Le mouvement sportif mahorais est désormais suspendu à la réaction de la préfecture attendue ce vendredi, et croise les doigts pour une décision en faveur du maintien de ses activités.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...