Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui continuent à alimenter de petits business locaux, comme en atteste cette affaire, jugée au tribunal de Mamoudzou mercredi.

Il n’y a pas de petits profits. C’est sans doute ce qu’a pensé l’auteur de ce larcin quand il a “trouvé” dans son champ deux cartons de cigarettes de la marque comorienne Coelacanthe, un jour de juillet 2019. Son butin ? 190 cartouches pour un pactole estimé à 2.000 euros. Le tribunal de Mamoudzou lui a rappelé ce mercredi qu’il valait mieux, parfois, y penser à deux fois. Surtout lorsqu’on possède chez soi, en plus, un panneau solaire volé…

Droit à la barre, le prévenu tente pourtant de jouer les honnêtes hommes : “À ma grande surprise, j’ai vu ces deux cartons de cigarettes !”. “Il y a de quoi être surpris !”, rétorque la présidente avec un sarcasme à peine dissimulé. Qui n’ébranle toutefois pas cet habitant de Bandrélé, bien campé sur sa version des faits. S’il a pris les cartons pour les ramener à la maison, c’était dans l’objectif d’empêcher leur propriétaire de remettre la main dessus, retrace-t-il, non sans y mettre de la conviction. “Ah, donc vous vouliez bien les voler !”, s’exclame la juge. “Je voulais juste savoir qui était le propriétaire…”, se défend-t-il tant bien que mal.

Complice de contrebande

Reste qu’en entreposant sous son toit ces cigarettes arrivées des Comores en kwassas, cet homme de la terre se rendait complice d’importation en contrebande de marchandise prohibée. Un délit puni de trois ans d’emprisonnement et d’une amende équivalente à deux fois le prix des produits importés illégalement, rappelle le substitut du procureur.

Or, il semblerait bien que le prévenu ait profité de sa jolie trouvaille, même s’il le nie aujourd’hui face au tribunal. “Ma femme m’a dit que c’était dangereux ce que je faisais, et j’étais d’accord, j’avais même peur d’en parler à mes amis, encore plus de les vendre.” Mais la juge coupe court. “Je vais interrompre votre petite histoire, votre voisin a dit qu’il voyait des gens aller et venir pour vous acheter des cigarettes, tout le village le savait”, dénonce-t-elle.

Business illégal

Résultat, quand la gendarmerie débarque un jour pour une toute autre histoire, ses agents découvrent ce petit commerce effectué sous le manteau. Manque de pot, les gendarmes trouvent aussi dans sa case un panneau solaire, que l’homme assure avoir acheté, mais qui avait été volé, se rendant alors coupable de recel. Face à ces éléments et au refus du prévenu de reconnaître les faits, le procureur n’hésite pas à requérir trois mois de prison avec sursis et 4.000 euros d’amende, “pour lui passer l’envie de s’adonner à ce genre de business”. “Ce sont aussi ces activités illégales qui participent du climat général d’insécurité que nous connaissons à Mayotte, en encourageant les vols”, tacle-t-il. Verdict du tribunal : trois mois d’emprisonnement avec sursis et 360 euros à reverser à la société victime du vol de son panneau solaire, qui s’était constituée partie civile.

Les produits de contrebande continuent d’arriver fréquemment sur les plages du Mayotte, acheminés depuis les Comores voisines ou le continent africain dans les embarcations de fortune qui transportent passagers et marchandises en tout genre. Le 23 octobre dernier, la préfecture de Mayotte annonçait avoir intercepté pas moins de 2.800 cartouches de cigarettes et 6kg de bangué en une semaine.

 

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...