L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Street-art : Ulyssano couronne de fleurs une résidence de Cavani

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Spécialisé depuis quelques temps dans les fresques décoratives, le graffeur Ulyssano a achevé une composition florale pour une résidence de la Société Immobilière de Mayotte (Sim), à Mamoudzou, la semaine dernière. Un travail étalé sur douze jours qui a permis d’égayer un peu la vie du quartier.

La résidence de Tamarins les Bas s’est fait une nouvelle couleur. Ou plutôt plusieurs. Cet immeuble de la Société Immobilière de Mayotte (Sim) situé dans le quartier de Cavani, à Mamoudzou, a fait peau neuve grâce aux coups de pinceau d’Ulyssano, street artiste présent à Mayotte depuis trois ans.

Initialement expert en graffiti, ce professeur d’éducation physique et sportive (EPS) se spécialise depuis quelques temps dans les grandes fresques murales, à l’image de celles qu’il a déjà pu réaliser pour les restaurants Citron vert du centre-ville de Mamoudzou et d’Hamaha, pour le Perchoir à Cavani, ou encore pour la maison des lycéens à Kahani (Ouangani).

« Avec l’artiste Papajan, on voulait démarcher des entreprises un peu plus grosses, donc on a pris rendez-vous avec la Sim et proposé nos projets respectifs », indique Ulyssano, qui a déjà travaillé à plusieurs reprises avec le fameux graffeur aux makis. L’entreprise immobilière retient le projet d’Ulysse Clin, de son vrai nom. « J’hésitais entre reprendre les motifs des salouva ou bien des motifs floraux. La Sim a tranché pour la deuxième option », détaille le street artiste.

« Dans la rue, on a toutes les réactions en direct »

Depuis le 12 février, ce sont donc des fleurs tropicales, dont certaines de quatre mètres de haut, qui ornent la façade de 150 m2 de la résidence de Tamarins les Bas. Il aura fallu douze demi-journées à Ulyssano et son ami Jérôme Keucra, venu en renfort de l’Hexagone, pour achever cette fresque.

Une arborescence multicolore sur fond bleu qui n’a pas manqué de piquer la curiosité des riverains. « Quand on travaille dans la rue, on a toutes les réactions en direct : les gens qui ralentissent, qui nous disent si c’est bien ou pas », raconte le professeur. Pour ce projet, les retours ont semblé plutôt unanimes à l’artiste, régulièrement interpelé par les klaxons des voitures au fil de son ouvrage. « On nous a plutôt remercié d’alléger un peu la période en proposant de l’art coloré représentant Mayotte », avance celui qui a commencé ce travail le 1er février, peu après le début des barrages.

« Ce petit lien avec les habitants »

Mais le graffeur retient surtout la relation qui s’est créée avec les habitants de la résidence. « On les a croisés tous les jours. Certains nous apportaient des biscuits, venaient discuter. Certains enfants sont venus peindre avec nous tous les jours. C’est la première fois que je faisais une peinture sur autant de journées pour une résidence et c’était très agréable d’avoir ce petit lien avec les habitants », décrit Ulyssano.

Le travail désormais terminé, il repart quelques mois en métropole. À son retour, en août prochain, de nouvelles toiles devraient attendre le jeune artiste : peut-être bien la façade d’une autre résidence, à Koungou cette fois, ou encore les murs d’une école maternelle à Mamoudzou, dont le directeur a remarqué le travail d’Ulyssano en s’arrêtant devant la résidence de Tamarins les Bas.

Compte Instagram d’Ulyssano :  @ulyssano_rmf

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @ulyssano_rmf

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...