100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un séminaire pour libérer la parole sur les violences sexuelles à Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

L’association Souboutou ouhédzé jilaho – Ose libérer ta parole continue sa semaine de sensibili-sation sur les les violences sexuelles, notamment celles faites aux enfants. Vendredi 3 septembre elle organisait un séminaire à la bibliothèque de Chiconi. Sociologue, juristes, gendarmes, victimes, et bien d’autres, ont répondu à l’appel de Saïrati Assimakou, la présidente de l’association, qui lutte activement contre ce types de violences.

En 2019, lorsque Saïrati Assimakou décide de raconter sur les réseaux sociaux les viols à répétition subis par son géniteur étant enfant, jamais elle n’aurait imaginé mobilisé autant de monde. Depuis, avec son association Souboutou ouhédzé jilaho – Ose libérer ta parole, elle enchaîne les actions de mobilisation pour que chaque victime n’ait plus peur de raconter son calvaire et que la société n’émet plus de jugement.

seminaire-liberer-parole-violences-sexuelles-mayotteSaïrati Assimakou a entamé une semaine de sensibilisation à travers des ateliers, une marche blanche blanche et un séminaire tenu à la bibliothèque de Chiconi le vendredi 3 septembre. Le public est ve-nu nombreux pour écouter les témoignages des victimes de violences sexuelles, mais également les avis des divers professionnels présents tels que les gendarmes, une juge, un sociologue, un anthropologue. La forte affluence est une surprise pour la présidente de l’association Souboutou ouhédzé jilaho – Ose libérer ta parole. « Je ne m’attendais pas du tout à remplir la salle, j’ai peut-être minimisé l’impact que cela aurait pu avoir dans notre société », admet-elle, consciente que cette mobilisation ne peut qu’être bénéfique pour son combat. « Leur présence prouve qu’ils ont pris conscience de l’urgence qu’il y a à parler de violences sexuelles et notamment celles faites aux enfants. »

Une prise de conscience auprès des femmes et des hommes, mais également auprès des quelques enfants présents au séminaire. Du haut de ses 13 ans, Nouraynah porte un réel intérêt sur les questions de violences sexuelles. « C’est quelque chose de très tabou à Mayotte, on n’en parle pas, sou-vent parce que les gens sont gênés. Alors que je pense que les parents devraient en discuter avec leurs enfants parce que cela fait aussi partie de l’éducation », explique-t-elle, très au fait de ce qui se passe dans la société. Malgré sa profession d’éducatrice spécialisée, sa mère avoue ne pas réussir à évoquer certains sujets avec sa fille. « C’est toujours plus facile avec les enfants des autres », sourit-elle. « La sexualité reste encore tabou chez nous, et il y a des questions auxquelles je n’ai pas de réponses. Je l’ai donc emmenée pour qu’elle puisse se renseigner et écouter les témoignages des victimes. Je veux qu’elle se rende compte de l’impact des violences sexuelles sur les personnes qui les subissent », raconte Némati Saïd Bacar, la mère de Nouraynah. Cette présence mère-fille est le signe que les men-talités évoluent à Mayotte, même si le chemin de la sensibilisation est encore long et sera certaine-ment semé d’embuches pour Saïrati Assimakou.

Depuis qu’elle a lancé son « cri de cœur » sur les réseaux sociaux il y a deux ans, elle a reçu un accueil mitigé. La jeunesse reconnaît son histoire et la soutient. « Mais nous n’allons pas nous mentir, parler de violences sexuelles à Mayotte, surtout intrafamiliales a des conséquences. Certaines personnes nous mettent de côté, à leurs yeux nous n’avons plus la même importance qu’avant », révèle-t-elle.

La gendarmerie mobilisée pour briser les tabous

seminaire-liberer-parole-violences-sexuelles-mayotteParmi les intervenants du séminaire se trouvaient deux gendarmes, venus rappeler les dispositifs mis en place par la gendarmerie pour améliorer la prise en charge des victimes de violences sexuelles. Nombreuses sont celles qui affirment ne pas être prises en compte lorsqu’elles se rendent au commissariat pour dénoncer un fait de violence sexuelle, à Mayotte ou ailleurs en France. La gendarmerie veut changer cette image et cela commence par une formation des militaires. « Tous les gendarmes de Mayotte ont suivi une formation afin de pouvoir optimiser leurs connaissances sur la prise en compte des victimes qui viennent dénoncer ce type de faits. On veut proposer une approche plus complète », déclare Dayane Chanfi, responsable de la maison de la protection des familles à Mayotte. L’augmentation des chiffres sur les violences sexuelles accélère cette prise de conscience du côté des forces de l’ordre. « Nous enregistrons chaque année entre 150 et 170 faits portés à la connaissance de la gendarmerie, dont 50% concernent des mineurs. Depuis deux ans, il y a une évolution constante d’environ 15%, mais je ne suis pas convaincu que ces chiffes illustrent la réalité sur le territoire. »

Il pense que la réalité est bien pire et que de nombreuses victimes n’osent pas se faire connaître, par peur du regard des autres ou pour des raisons administratives. « Je rappelle que tout le monde a droit à la justice parce qu’aujourd’hui, nous sommes confrontés à des cas où les personnes qui sont dans des situations administratives compliquées pensent qu’elles ne peuvent pas porter plainte », rapporte-t-il. Depuis trois ans, la gendarmerie de Mayotte, à travers la maison de la protection des familles, sensibilise les habitants de l’île, notamment les proches de la victime. « Nous esseyons toujours d’identifier une tierce personne qui pourra l’accompagner dans la situation qu’elle traverse », précise le gendarme.

Le séminaire organisé par l’association Souboutou ouhédzé jilaho – Ose libérer ta parole, est un premier pas pour sa présidente pour qui le combat ne fait que commencer. Satisfaite des retombées de la semaine de sensibilisation sur les violences sexuelles faites aux enfants, elle annonce d’ores et déjà l’organisation d’une seconde édition.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...