100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Rozette Yssouf parmi les 52 nouveaux talents de l’Outre-mer 2021

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Ce jeudi 15 septembre au musée du Quai Branly – Jacques Chirac, à Paris, le comité d’action sociale en faveur des originaires des départements d’Outre-mer en métropole a décerné le diplôme « Talent de l’Outre-mer 2021 » à trois Mahorais*, dont la psychologue et écrivaine Rozette Yssouf. L’occasion pour elle de revenir sur ses combats pour prévenir toutes les formes de violences, mais aussi pour accompagner les enfants abandonnés.

Flash Infos : Ce jeudi 15 septembre, vous avez reçu le prix « Talent de l’Outre-mer 2021 » pour votre excellence et votre parcours méritoire par le comité d’action sociale en faveurs des originaires des départements d’Outre-mer en métropole (CASODOM) ? Que vous inspire cette récompense et que vous rapporte-t-elle ?

Rozette Yssouf : Cela m’inspire une belle récompense de tout le chemin parcouru jusqu’à maintenant ! Je suis partie de très loin, d’abord en étant une mauvaise élève ayant appris à lire très tardivement – vers la classe de CE2, CM1 – à une diplômée de troisième cycle (doctorat). Ce qui prouve que tout est possible, qu’il faut persévérer : tôt ou tard le travail finit par payer. J’ai fait du mieux que j’ai pu pour faire de bonnes études malgré mes origines modestes et malgré le fait que j’ai été élevée par une mère célibataire et que j’ai manqué d’une image paternelle stable.

Être devenue un talent de l’Outre-mer est une opportunité d’en inspirer plus d’un, car mon parcours est atypique et semble réellement « exceptionnel ».

FI : Quelles raisons vous ont poussée à déposer votre candidature ?

R.Y. : Je pense que c’était un défi. Je me suis dit : « Pourquoi pas ? Qui ne tente rien n’a rien ! » et j’étais arrivée à un stade de ma vie où je n’avais plus rien à prouver. J’ai fait du mieux que je pouvais et j’ai réussi à dépasser mes limites, en allant jusqu’au bout de mes rêves même s’il me reste tant à faire, tant à produire et tant à découvrir.

FI : En tant que psychologue clinicienne, vous souhaitez sensibiliser et prévenir de toutes les formes de violences causées aux femmes en particulier et à l’être humain en général. Ce sujet est d’autant plus d’actualité que le 101ème département est actuellement confronté à une vague d’insécurité qui a poussé les maires à fermer les écoles et les administrations publiques en fin de semaine… Pourquoi selon vous ni l’État ni les élus locaux n’arrivent à enrayer ce phénomène qui gangrène l’île aux parfums ?

R.Y. : En effet, c’est l’un de mes plus grands combats : les violences sous toutes ces formes qui ont un impact considérable sur la santé mentale car cela développe des traumatismes graves et difficiles à soigner dans le temps.

Oui, j’ai pu observer qu’en ce moment les violences sont récurrentes à Mayotte jusqu’à la décision des élus de fermer les écoles, etc. La lutte contre l’insécurité s’avère être un enjeu majeur tant au niveau de Mayotte que dans les autres territoires de l’Outre-mer et l’Hexagone. Est-ce à l’État, seul, de trouver les solutions ? Ne faudrait-il pas mettre en place un travail collectif local entre les institutions, les associations, les familles et les jeunes pour identifier des mesures concrètes afin de lutter contre cette insécurité quasi quotidienne ?

Du point de vue personnel, derrière ces violences, se cachent beaucoup de souffrances psychiques ! Peut-être qu’il serait temps de s’en préoccuper et de réfléchir à des dispositifs d’accompagnement individuel et de groupe pour contenir tout ce mal-être palpable, qui semble s’exprimer surtout par la violence. Et si on mettait des mots à ces maux pour mieux les contenir et réguler à court, moyen et long terme. D’accord pour déployer les militaires et les forces de l’ordre et pour installer des caméras pour nous sécuriser, mais mettons-nous des moyens de sensibilisation et de prévention pour calmer ces tensions et ces souffrances aussi bien individuelles que collectives ?

FI : Cela rejoint également votre idée selon laquelle il faut aider les enfants à grandir dans un bon environnement même s’ils ont été abandonnés et les accompagner à devenir des adultes sains et stables dans leur vie. Or, le nombre de mineurs isolés ne cesse d’augmenter d’une année sur l’autre. Difficile dans ces conditions de ne pas tomber dans l’oisiveté et la délinquance juvénile…

R.Y. : Très certainement, le problème des mineurs isolés est à prendre très au sérieux. Il n’y a pas assez de structures pour les accompagner, pas assez d’écoles pour les scolariser, pas assez de familles d’accueil pour les accueillir et les aider à grandir dans de bonnes conditions. Et puis politiquement c’est compliqué, il ne faut pas trop en faire pour [les] protéger de peur de favoriser plus d’immigration, c’est un cercle vicieux qui n’en finit pas… Et même pour les jeunes qui arrivent à obtenir le bac, ils ne peuvent pas continuer leurs études faute de papiers et de visas ! C’est délicat de résoudre tous ces problèmes, il y en a tellement et de tous les côtés que nous ne savons pas par où commencer et en plus, il faut faire attention à ne pas heurter les sensibilités des uns et des autres.

Les enfants ont besoin de nourritures, de soins et d’affection pour bien grandir et ne pas être incité à prendre le mauvais chemin ni à commettre des délits et des crimes. Que fait-on aujourd’hui à Mayotte pour aider [ceux] qui se retrouvent paumés, en perte de repères, délaissés ou abandonnés ? Qu’attend-on d’eux ? Qu’ils deviennent les meilleurs êtres humains du monde ?

Encore une fois, la violence est aussi une expression d’un mal-être profond : sommes-nous conscients de cela à Mayotte ? Je n’en suis pas si sûr… Autrement, c’est pour cela que je suis passionnée par l’écriture, parce qu’elle est pour moi thérapeutique, elle m’aide à m’exprimer et à apaiser tous ces maux en manque de mots et qui font terriblement mal en tant qu’être humain.

* Les deux autres Mahorais récompensés sont Youmna Mouhamad, fondatrice-gérante de la marque Nyfasi Deluxe Detangler, et Kateb Zainouddini, ingénieur conseil et consultant.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...