100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Andhounani Saïd a tenté (en vain) de reprendre le poste de maire de Chirongui

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

L’exécution provisoire prononcée par le tribunal correctionnel de Mamoudzou, le 3 mai 2022, entraînait le départ immédiat d’Andhounani Saïd du bureau du maire de Chirongui. Condamné à de la prison avec sursis pour détournements de fonds, prise illégale d’intérêts et favoritisme, il a déposé un recours pour au moins conserver sa fonction, avant son procès en appel. Le tribunal administratif de Mayotte a rejeté sa requête, le 12 septembre.

Sa condamnation en mai 2022 n’était pas passée inaperçue. Élu deux ans auparavant maire de Chirongui, Andhounani Saïd avait rapidement intéressé la justice pour des soupçons de détournements de fonds, de prise illégale d’intérêts et de favoritisme. Outre l’embauche de proches sans qualifications requises, il avait effectué des voyages en métropole et à Madagascar financés par la mairie qu’il avait bien eu du mal à justifier lors de son procès.

Le délit de favoritisme concernait, lui, des contrats passés avec des soutiens du maire en dépit des règles de marché public imposées normalement aux collectivités. Ayant fait appel de sa condamnation à 18 mois de prison avec sursis, à une amende de 15.000 euros et à une interdiction d’exercer un mandat pendant cinq ans, il aurait pu conserver son poste si l’exécution provisoire de sa peine d’inéligibilité de dix ans n’avait pas été prononcée.

Une requête déposée au tribunal administratif

Déterminé à revenir, il a essayé une nouvelle manœuvre en ce sens au cours du mois de juillet. En effet, dans une requête déposée au tribunal administratif de Mayotte, le maire déchu et son avocat Me Moussa ont demandé les annulations à la fois de l’arrêté préfectoral confirmant qu’il est démis de ses fonctions et de l’élection du nouveau maire, et de « déclarer qu’il demeure toujours maire de Chirongui ». Il soutenait « qu’il n’a pas pu saisir dans le délai imparti par les dispositions légales le tribunal administratif d’une réclamation à l’encontre de l’arrêté préfectoral contesté, ce que ne lui a pas permis de faire valoir son droit à exercer un recours effectif ».

Il clamait également que la décision lui étant notifiée le 13 mai, son premier adjoint « ne pouvait donc légalement assurer l’intérim dès le 4 mai du même mois ». La préfecture de Mayotte, représenté par son secrétaire général Claude Vo-Dinh, a rétorqué que si l’accusé réception de la décision date du 13 mai, l’ex-maire  a « régulièrement reçu notification de l’arrêté ». De plus, sa requête datée du 15 juillet dépasse largement le délai de recours fixe à dix jours.

Le tribunal administratif a conclu que la préfecture était dans son bon droit et a donc rejeté la requête d’Andhounani Saïd qui n’était pas présent lors de l’audience de ce mois de septembre, mais devrait l’être lors de son futur procès en appel.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...