L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Petite-Terre : des denrées vendues un tiers du prix pour les plus démunis

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Depuis un mois, l’épicerie solidaire Le P’ti-Espoir à Labattoir vend des produits alimentaires et d’hygiène de première nécessité à prix réduits aux habitants les plus défavorisés de Petite-Terre. Comment cela fonctionne-t-il ? Qui peut y prétendre ? Nous nous sommes rendus sur place.

« 32 euros, s’il vous plaît ! » La cliente rassemble ses achats : un carton d’ailes de poulet, un sac de riz de vingt kilos, des briques de lait, de l’huile, des condiments… Dans n’importe quelle enseigne de l’île, la note aurait été bien plus salée ; mais à l’épicerie solidaire Le P’ti-Espoir de Labattoir, les articles sont vendus à un prix équivalent à 30% de la valeur réelle.

Dans le local d’une trentaine de mètres carrés planté en bordure de la route de Moya, les articles s’alignent sur les étagères. Denrées alimentaires, produits d’hygiène de première nécessité, fournitures scolaires… . « On reçoit en moyenne cinq personnes par jour, sur rendez-vous », renseigne Abasse Attoumani, le gestionnaire de l’épicerie. « Pour l’instant, on a 90 bénéficiaires, tous choisis par les assistants sociaux des centres communaux d’action sociale (CCAS), des unités territoriales d’action sociale (Utas), d’associations telles que Mlézi Maoré ou encore des établissements scolaires », indique-t-il, en précisant toutefois qu’il n’y a « pas de profil type. […] On accueille sans distinction des mères célibataires, des chômeurs, des retraités ou des étudiants. »

Chaque bénéficiaire est invité à l’épicerie une fois par mois. Panier moyen : 30 euros, ce qui représente 70 euros d’économie par rapport au tarif pratiqué dans les enseignes de grande distribution. L’accès à l’épicerie solidaire est fixé pour une durée de six mois, renouvelable après trois mois de carence et une ré-étude de la situation par l’organisme social compétent.

« Faire de l’épicerie un lieu de vie »

Ouverte il y a un mois suite à un appel à projets de l’Association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes) et du conseil départemental, l’épicerie tire un premier bilan de son action. Ce jeudi matin, dans une petite pièce adjacente à la surface de vente, Cathy Champion, chargée de mission « stratégie pauvreté et aide alimentaire » à la direction de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Deets), qui finance P’ti-Espoir à hauteur de 140.000 euros sur deux ans, s’entretient avec les équipes. Objectif : pérenniser l’action de l’épicerie.

« On veut faire de cette épicerie un lieu de vie », projette Faride Houmadi, chargé de mission bénévole au sein de l’association Petite-T’Espoir. Des ateliers sur la nutrition ou la gestion de budget sont organisés régulièrement. Le chargé de mission entrevoit même un élargissement de l’offre de services : soutien scolaire, cybercafé solidaire, vente de vêtements… Les projets sont nombreux ; la demande est là. « Soyez d’abord irréprochables sur ce pourquoi vous êtes financés », modère Cathy Champion, qui reconnaît qu’à la difficulté alimentaire s’en agrègent souvent d’autres : parentalité, accès au numérique, ou encore logement… « L’idée, c’est que les structures durent dans le temps. On a fragilisé beaucoup d’entre elles en leur donnant trop de choses à faire en même temps », explique-t-elle.

Quid du modèle économique ? « La différence avec la métropole, c’est que là-bas les stocks sont souvent issus de dons de la grande distribution. Ici, il ne faut pas trop compter dessus », explique Alain Andanson, consultant mandaté par le dispositif local d’accompagnement (DLA) pour suivre le projet P’ti-Espoir. En effet, les produits sont pour la plupart achetés en grande surface et revendus à perte. « On essaye de travailler au plus près des fournisseurs, mais on est en phase de démarrage », explique Faride Houmadi. « L’approvisionnement est le levier principal pour faire baisser les tarifs. Il faudrait peut-être adopter une démarche commune », préconise le consultant, en faisant référence aux quatre autres épiceries solidaires ayant vu le jour à Mayotte en 2022, dans le cadre du même appel à projets.

 

Comment bénéficier de l’épicerie solidaire ?

L’épicerie est ouverte aux personnes accompagnées par un travailleur social, aux chômeurs de longue durée, retraités, étudiants sans ressources surendettés, bénéficiaires des minimas sociaux ou personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Il faut tout d’abord prendre contact avec l’assistant social de votre CCAS, de l’Utas ou de tout autre service social, qui évaluera votre situation.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...