L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : deux journalistes français refoulés à la frontière

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Les deux reporters se présentant comme membres de la rédaction de France 2, avaient même obtenu un accord de principe pour interviewer le président, Azali Assoumani. Mais, sept heures après leur arrivée au port de Mutsamudu, ils ont été renvoyés à Mayotte pour n’avoir pas présenté des accréditations, des documents qu’ils auraient pourtant pu se procurer sur place.

Après des heures de tractations, les autorités comoriennes ont finalement décidé de ne pas laisser les journalistes de France 2 entrer sur le territoire. Arrivés au port de Mutsamudu, vers 15h, vendredi, Yvan Martinet et Olivier Gardette, ont été renvoyés par bateau à Mayotte le soir même sans qu’on leur notifie les motifs du refoulement. Les deux reporters étaient venus tourner des reportages sur l’ylang-ylang, très cultivé sur l’île d’Anjouan. Mais selon la version du gouvernement, l’équipe n’avait pas en sa possession des accréditations qui justifiaient l’objet de leur venue. C’est pour cette raison que le service d’immigration ne les a pas autorisés à sortir. Pourtant, les journalistes de la chaine France 2 avaient même eu l’aval pour interviewer le chef de l’État, Azali Assoumani. « C’est un accord de principe que nous donnons aux grands médias si le président est là », confirme-t-on du côté du service de communication de Beit-Salam. Aucune date de l’entretien en revanche n’avait été fixée. « Il fallait d’abord recevoir les sujets qui les intéressent », rappelle la présidence. Outre l’absence d’autorisations nécessaires, les reporters auraient menti sur les sujets de leurs reportages, à en croire le porte-parole du gouvernement, Houmedi Msaidie qui refuse l’usage du terme refoulement. « On leur a demandé de respecter le cadre légal », insiste-t-il, tout en reconnaissant que la raison de leur déplacement était camouflée.

Mensonge sur les reportages

On accuse Yvan Martinet et Olivier Gardette d’avoir caché leur intention de vouloir travailler aussi sur les traversées entre Anjouan et Mayotte. Ce qui a irrité les autorités comoriennes. Une version qui ne convainc pas du tout le guide local des journalistes. « Ils avaient un séjour de quatre jours et voulaient tourner sur lylang-ylang, en se plongeant sur toute la chaîne. Depuis les femmes qui collectent les fleurs jusquaux grands exportateurs, tout en montrant les déboisements et par ricochet les conséquences sur le climat. Moi, javais tout préparé et obtenu laccord de tous nos interlocuteurs même les distillateurs », assure Dhoul-Karnayne Abdouroihmane. Ce jeune travaille à la radio Domoni-Inter. C’est même le directeur général de cette station communautaire dont les employés comptaient profiter de la visite des confrères français pour bénéficier des formations sur les techniques de réalisation de reportage qui avait établi le contact avec les deux reporters de France 2. Selon nos informations, ces derniers envisageaient une fois sur place de traiter également un sujet un peu particulier, à savoir la vie des personnes transgenres dans un pays musulman comme les Comores. Mais aucun de ces reportages ne sera donc tourné puisqu’’ils ont été refoulés alors que le conseil national de la presse de l’audio-visuel (Cnpa), l’organe qui délivre les accréditations avait évoqué la possibilité de les régulariser le lendemain. Contactée, l’ambassade de France aux Comores a dit déplorer ce refoulement.

Accréditation du CNPA

La chancellerie a ajouté qu’elle avait recommandé préalablement aux journalistes français de se conformer aux exigences fixées par les autorités comoriennes. Selon l’article de 171 du code comorien de l’information en vigueur, seul le CNPA attribue au journaliste spécialement dépêché par son organe de presse pour effectuer un ou des reportages sur un événement une accréditation. « Quand on envoie un journaliste sur un terrain à l’étranger, le média demande laccréditation depuis le pays de départ. Elle peut être envoyée pour quil la présente à lentrée. Mais dans des circonstances particulières, on peut le lui remettre une fois sur place. Lorgane qui sen charge doit prévenir le journaliste pour éviter des problèmes. Car si par exemple les douanes ne sont pas informées, elles peuvent saisir le matériel du reporter. Ça na rien dextraordinaire », a expliqué un membre du CNPA. Autrement dit, rien n’interdit au reporter de solliciter l’autorisation sur place. Mais cette méthode ne passe pas aux Comores. En 2021, deux journalistes indépendants avaient été refoulés à l’aéroport, en novembre, alors qu’ils souhaitaient couvrir la manifestation du mouvement Mabedja. La police de l’air et des frontières (Paf) les ont expulsés et embarqués sur un vol d’Ethiopian Airlines, direction Addis-Abeba. Le motif est toujours le même : ils n’auraient pas présenté les documents du CNPA. Un argument qui peine à convaincre les hommes des médias.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...