test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Passamaïnty : des vêtements contre un sourire

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Un groupe de bénévoles s’est rendu avec “Give a smile” dans les hauteurs de Passamaïnty ce dimanche. Objectif, donner quelques vêtements. Et distribuer des sourires.

Niels farfouille dans les sacs Baobab, avant d’extirper un tout petit body blanc et rose. “C’est fille ça !” À côté de l’âge, “3 mois”, une étiquette indique le nom de son ancienne propriétaire. “Oh, ça, c’était à ma petite cousine !”, répond Ali de l’autre côté des paquets. Ce dimanche, un petit groupe d’une dizaine de bénévoles a grimpé les hauteurs de Passamaïnty pour donner des vêtements aux familles les plus démunies. Une action qui a mis du baume au cœur, et pas seulement aux volontaires du dimanche, nostalgiques. À l’origine de cette opération, le collectif “Give a smile”, un groupe non subventionné lancé par Djounaïdi Ali Mouigni, un Mahorais qui travaille dans le social et ancien jeune ambassadeur aux droits de l’enfant (JADE), toujours très impliqué dans cette mission. Sur sa page Facebook, une phrase résume l’ambition de sa petite asso : “un simple geste peut être à l’origine d’un grand sourire”.

Et des sourires, il y en a eus ce dimanche alors que les participants ont dévoilé aux heureux bénéficiaires le contenu de leurs paquets. “C’est des cadeaux ?”, lance un petit garçon avant de s’enfuir dans le dédale terreux du quartier informel. Peut-être pas par milliers, mais au moins une bonne dizaine de sacs rouges, en effet, remplis de bodys pour bébés, robes, pantalons et masques en tissu. Et même des soins pour la peau, apportés par Lidie, jeune entrepreneure qui a lancé sa marque de cosmétiques naturels L.O.A Cosmétique. “On pense rarement à donner aux femmes de quoi prendre soin d’elles”, explique la bénévole.

 

Tout le monde peut contribuer

 

Pour mener à bien cette action, l’équipe s’est déjà rendue sur place quelques semaines auparavant afin de recenser les besoins des familles. “On cible un quartier, on va repérer, on toque à toutes les portes et si les gens ont besoin, on récupère leurs noms, le nombre d’enfants, leurs âges et un numéro de téléphone”, déroule Sailat, en inscrivant dans un petit carnet une nouvelle bénéficiaire arrivée sur ces entrefaites. En tout ce dimanche, une dizaine de foyers ont pu recevoir les précieux habits. De quoi habiller les nouveaux nés… et même ceux en chemin ! “Le zéro mois, c’est à peine porté deux semaines, que ce soit ici ou en métropole, on les aurait donnés”, explique Niels, jeune papa qui a contribué à la collecte.

Tout le monde peut ainsi mettre la main à la pâte, en donnant ou en portant ! Et Djounaïdi, le fondateur, met un point d’honneur à ne pas rentrer dans les carcans associatifs traditionnels. D’où sa volonté de ne pas prendre de subventions ou de dons d’argent. “On leur donne des vêtements et ça répond à un vrai besoin”, explique celui qui veut montrer la possibilité pour tous de contribuer, sans conditions de ressource, d’âge, de profession, d’origine… “Je ne pensais pas à l’importance de distribuer, avant j’avais déjà donné à la Croix rouge des choses comme ça, mais là c’est différent, de faire soi-même la distribution”, souligne Ali. Le sourire jusqu’aux oreilles.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....