Publicités

Un manque de structuration criant dans le secteur agricole mahorais

À lire également

L’éclosion parfumée du pôle d’excellence rural de Coconi

À Mayotte, encore plus qu'ailleurs, il faut savoir prendre son mal en patience pour voir émerger un projet. Celui du pôle d'excellence rural à...

Réduire le budget agricole européen dans les Outre-mer, un scénario « non négociable »

La possible réduction du budget du programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité (POSEI) pour la période 2021-2027 a créé un mouvement de...

Jeunes agriculteurs de Mayotte, un syndicat à la rescousse de la profession

Le syndicat Jeunes agriculteurs existe en France depuis plus de 60 ans. Sa mission, à Mayotte comme ailleurs, est de renouveler les générations puisque...

Avec 1.500 tonnes par an, l’abattoir de Kahani donne des ailes à Mon Pouleti

Lancée à l’initiative d’éleveurs et d’industriels en 2017, la SAS Abattoir de volailles de Mayotte (AVM) vient de sortir de terre son outil. Forte...

Le syndicat des Jeunes Agriculteurs de Mayotte tenait un séminaire ce samedi 12 juin au lycée des Lumières de Kawéni. Deux grands thèmes ont été abordés lors de tables rondes : comment installer plus d’agriculteurs de manière pérenne sur l’Île et comment avoir des produits locaux de qualité et à des prix accessibles pour tous. Un constat flagrant en ressort : la filière a besoin de se structurer.

« Depuis des années, on nous répète qu’il faut développer l’installation des jeunes, mais depuis 2014 seulement cinq ont été installés ! Qu’est-ce qui bloque ? », s’écris Hichak, un exploitant agricole de l’île aux parfums. En effet, s’il semble évident pour les acteurs de la filière que l’installation et le suivi post installation soient facilités pour les jeunes agriculteurs qui souhaiteraient démarrer une exploitation sur Mayotte, les moyens ne sont pas mis en place, ni par l’État ni par le Département.

manque-structuration-secteur-agricole-mahorais

Face à ce constat, les différentes instances du territoire présentes à ce séminaire organisé ce samedi 12 juin par les Jeunes Agriculteurs ont tenté de se défendre. Papa-Maciré Diop, chargé d’opération chez Epfam, a assuré « que les choses commencent à bouger » et que « tout devrait commencer à se débloquer ». Mais les exploitants restent sceptiques, après des années de promesse sans réels changements visibles pour eux. Les structures sont toutefois de plus en plus nombreuses à proposer des formations dans le secteur agricole. Un bac professionnel et même un BTS sont désormais accessibles. Patrick Gauthier, directeur du CFA, a souligné le fait qu’un nouveau Brevet Professionnel exploitation serait disponible. Un diplôme qui se prépare en 11 mois de formation, durant laquelle les jeunes viennent avec leur projet de développement et travaille sur du concret, afin de pouvoir développer leur exploitation au plus vite.

 

La structuration de la filière comme clé pour l’avenir

 

« On a le devoir de faire sourire les gens. Je suis installé depuis 23 ans et c’est très dur. Il n’y a pas d’instances publiques, on a un lourd problème foncier et depuis la départementalisation, on nous a fait croire que ce serait plus facile alors que non », constate un exploitant, visiblement ému. Et alors qu’il s’égosille dans le micro, ses yeux brillent et ses paroles transpirent l’amour qu’il porte à son métier. Soumaila Moeve, président des JA de Mayotte, et Michel Dusom, vice-président, hochent la tête, en guise d’acquiessement. Les choses doivent bouger, et vite ! Une structuration du secteur est nécessaire, surtout que les services de restauration scolaires doivent prochainement sortir de terre et que les agriculteurs du 101ème département seront naturellement sollicités pour répondre à ce nouveau besoin en nourriture.

Pour produire une alimentation de qualité en grande quantité, les Jeunes Agriculteurs soutiennent la création de coopératives dans différents secteurs, à l’instar d’Uzuri Wa Diza, présidée par Boinaïdi Abdallah. Une coopérative qui a vu le jour en 2018 et qui regroupe les exploitants de lait de Mayotte. Pendant deux ans, ils ont fait face à de nombreuses difficultés financières, mais ils avaient besoin de se regrouper pour s’en sortir, notamment pour lutter contre la vente informelle. En 2020, les membres de la coopérative ont pu commencer à vendre leurs produits, après avoir fait importer du matériel adapté à leurs nouveaux besoins. La création de coopératives pourrait donc être la solution aux difficultés du secteur agricole sur l’île dans l’optique de structurer la filière : de la production à la commercialisation.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...