Les psychologues en grève pour dénoncer la précarisation de la profession

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Ce jeudi 10 juin était synonyme de grève nationale pour les psychologues. À Mayotte, qui en comptabilise une trentaine, ils subissent le même sort qu’en métropole. Se sentant dénigrés par le gouvernement après l’annonce de nouvelles réglementations en réponse à la crise sanitaire et presque délaissés sur le plan salarial, les professionnels de la santé mentale ont donné de la voix pour interpeller les habitants et les autorités et dénoncer la précarisation de leur profession.

« Psychologues maltraités, patients en danger », entonne à l’unisson la quinzaine de professionnels, réunie ce jeudi matin au rond-point de la barge. Comme dans le reste de la France, les psychologues de Mayotte expriment en chœur leur colère face à la précarisation de leur métier. « Il y a un projet de remboursement des consultations psychologiques en libéral, ce qui n’est pas inintéressant… Le problème ? C’est la forme que cela va prendre », s’inquiète Faïne, psychologue libérale, venue dès 8h du matin pour partager sa frustration avec quelques-uns de ses collègues de la profession sur le territoire. En effet, les psychologues libéraux considèrent que les nouvelles mesures du gouvernement menacent de plus en plus leurs pratiques.

Et aux yeux de Faïne, plusieurs réglementations risquent de leur compliquer la tâche. Comme le fait que les consultations soient uniquement possibles sur prescription médicale, ce qui donne davantage de travail aux médecins généralistes… Qui ne savent pas toujours bien orienter les patients lorsqu’il s’agit d’un suivi psychologique. « Certains attendent des mois avant de nous appeler, alors s’ils doivent passer par une tierse personne, ils n’arriveront jamais jusqu’à nous », regrette pour sa part Maureen. Autre crainte pointée du doigt ? Les grilles tarifaires proposées par l’exécutif : 22 euros remboursés pour trente minutes de séance et 30 euros pour une heure. Des tarifs qui ne permettraient pas à ces professionnels de la santé mentale de rentrer dans leurs frais. À ce rythme-là, les conséquences pourraient être terribles ! « Si nous nous alignons sur leurs propositions, nous allons devoir fermer nos cabinets », peste encore la jeune femme.

 

Des problématiques méconnues du public

 

Si les psychologues en grève cherchent à attirer l’attention de l’agence régionale de santé, ils souhaitent aussi révéler leur situation au grand public. Sur tous les fronts durant la crise sanitaire, en raison de l’accompagnement de davantage de personnes angoissées qu’à l’accoutumée, ils se sentent littéralement oubliés par les fameuses conclusions du Ségur de la santé présentées par le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, le 21 juillet 2020, à l’instar des sages-femmes qui ont elles aussi manifesté dans les rues de Mamoudzou le 5 mai dernier.

« Écoutez-nous comme on vous écoute », scandent-ils ce jeudi, comme pour faire bourdonner l’oreille des passants. Armé de tracts, le groupe détaille par écrit les dernières mesures prises par la majorité présidentielle et évoque avec les plus curieux la précarisation grandissante du métier de psychologue libéral. Au détriment d’un renforcement des structures d’accompagnement déjà existantes, comme les centres médico-psychologiques ou les services psychiatriques intra-hospitaliers. Installés ensuite au milieu du rond-point de la barge, ils prennent la direction de la préfecture de Grande-Terre. Sur le chemin, les professionnels de la santé mentale chantent à tue-tête leurs slogans. Une manière de faire réagir les uns et les autres, tel un cri de désespoir tant la population mahoraise ne semble pas prendre conscience de l’importance de leur champ d’actions…

 

Des problématiques propres à l’île aux parfums

 

Car oui, si les nouvelles réglementations concernent l’intégralité des psychologues du territoire français, les professionnels de Mayotte défendent aussi leurs propres revendications. « Comme dans tous les domaines de santé ici, il y a un énorme besoin et nous manquons de moyens humains », se désole Faïne. Selon elle, ce vide est en grande partie responsable du turn-over… Pour preuve, peu de spécialistes décident de rester sur place, découragés face au manque à combler. « Quand sur un suivi de deux ans, les patients rencontrent trois ou quatre psys différents, c’est loin d’être optimal », met-elle en lumière.

Les conditions dans lesquelles doivent travailler les psychologues sont donc difficiles à assumer pour eux, aussi bien mentalement que financièrement, mais surtout, elles ont un grand impact sur les patients, dont le suivi perd en qualité. Pour toutes ces raisons, ces professionnel de la santé mentale auraient souhaité être consultés avant l’annonce des mesures qui sont vues comme « un coup de com’ » plutôt qu’une réelle avancée pour leur spécialité. « Je ne m’en sortirai pas », confie, désespérée, une psychologue clinicienne…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...

Participation, victoire, second tour… les premiers enseignements du scrutin à Mayotte

Le premier tour des élections a déjà livré ses premières leçons et surtout dévoilé les visages de deux conseillers départementaux à Dzaoudzi, avec le...

Des personnes radiées des listes électorales à Mayotte sans aucune explication

Le tribunal judiciaire de Mamoudzou était également pris d’assaut en ce jour de scrutin. Une centaine de personnes radiées des listes électorales se sont...