L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Ils veulent transmettre la fibre entrepreneuriale aux plus jeunes

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Dans le cadre de l’organisation du concours « jeunes entrepreneurs », la couveuse d’entreprises Oudjérébou, le Rotary Club de Mamoudzou Hippocampe et le rectorat de Mayotte ont acté l’union de leurs compétences, au travers de la signature d’une convention tripartite, ce mardi matin. Ce concours, qui a pour ambition d’initier les jeunes de l’île à la création d’entreprise, connaît un vif succès. 

ils-veulent-transmettre-la-fibre-entrepreneuriale-aux-plus-jeunes
L’édition 2023 du concours a eu lieu en ce début d’année. L’équipe du projet CeRCL a été primée dans la catégorie « étudiants » (photo d’archives).

Réunis dans le cabinet du rectorat ce mardi matin, la présidente de la couveuse d’entreprises Oudjérébou, Farrah Hafidou et le recteur de Mayotte, Jacques Mikulovic – le Rotary n’étant pas présent – ont signé une convention tripartite dans le cadre du concours « jeunes entrepreneurs », avec comme objectif de pérenniser ce projet novateur. Accompagner les porteurs de projets est le cœur de métier d’Oudjérébou. « Depuis quelques années, nous avons l’ambition de pouvoir aussi accompagner les jeunes », explique Farrah Hafidou. C’est de cette envie qu’est né le projet du concours « jeunes entrepreneurs », pour « transmettre un petit peu cette fibre entrepreneuriale », ajoute-t-elle. Pour le recteur de Mayotte, Jacques Mikulovic, ce projet permet « le développement et le rayonnement de Mayotte et en même temps, de trouver des perspectives pour nos jeunes sur le territoire ». 

Faire preuve d’originalité

Le défi principal pour les participants de ce concours est de créer un modèle entrepreneurial fictif et qui participe au développement économique de l’île. Chaque équipe a dû faire preuve d’originalité afin de remporter le concours. En 2022, lors de la première édition, deux lauréats avaient été primés, dont Kokos expériences, ce projet d’étudiants du CUFR est une entreprise désormais active. Cette année, la finale et remise des prix a eu lieu dernièrement. Ce sont également deux lauréats qui ont été primés et ont remporté 4.000 € chacun. « La différence entre les deux années, c’est que lors de la deuxième édition, plus de lycées ont voulu participer, je pense que ça a créé un engouement », note la présidente de la couveuse. L’occasion donc pour les organisateurs de continuer sur leur lancée et au fur et à mesure, « ajouter des spécificités pour apporter une plus-value », confie-t-elle. 

Un accompagnement d’un an

En amont du concours, les participants « sont accompagnés et formés sur les divers items de la création d’entreprise », argumente Farrah Hafidou. Aidés par des référents, nommés dans chaque établissement scolaire, les élèves sont initiés à la gestion d’entreprise, au business plan ou encore à la communication. Une fois primés par le concours, les jeunes porteurs de projets sont accompagnés pendant un an, « s’il le souhaite, car ça reste leur projet », admet-elle. Pour Jacques Mikulovic, ce projet « s’inscrit dans la complémentarité des initiatives prises par le CUFR et le rectorat de Mayotte ». Les contenus de formation contiennent des modules sur le thème de la création d’entreprise. « Il serait intéressant qu’on renforce les modules d’entrepreneuriat, pour donner plus d’initiatives », admet le recteur. Entreprendre n’est pas simple, pour un jeune encore moins. « On dit toujours qu’ils sont trop jeunes pour commencer, il faut leur mettre le pied à l’étrier et il n’y a pas de raison que les choses n’aillent pas en s’améliorant », confie-t-il. 

A Mayotte, notamment sur la formation initiale, « on a trop d’élèves qui sont en difficulté, on génère encore trop de décrochage scolaire », constate Jacques Mikulovic. Pour changer ces résultats, « il faut prendre des risques, ce que font également les entrepreneurs, on doit essayer de changer nos paradigmes », lance-t-il. C’est ce que le projet académique « essaiera de traduire du mieux possible », note le recteur de Mayotte. Un projet académique qui devrait voir le jour d’ici la rentrée scolaire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...