Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Abdoul Kamardine : « Une opération de remise en ordre des choses »

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Le conseiller départemental du canton de M’tsamboro est, comme nombre d’élus mahorais, favorable à l’opération Wuambushu. Le président du Sdis (Service départemental d’incendie et de secours) espère que l’île retrouvera ainsi « son mode de vie d’antan ».

« A quelques jours du déploiement de l’opération Wuambushu, certaines voix qui ne connaissent rien de Mayotte, de la souffrance de la population de Mayotte s’élèvent pour dénoncer ce qu’elles qualifient d’une opération de rafles des ressortissants de l’Union des Comores résidant illégalement à Mayotte et qui plus est dans des taudis aux conditions de vie loin de satisfaire toute personne de bonne constitution au XXIe siècle. Mayotte souffre et est gangrenée par un phénomène de violence quotidienne d’un rare intensité, orchestré en grande partie par des bandes de voyou issue de cette population d’origine étrangère et clandestine. Nous ne les entendons pas si souvent ces donneurs de leçons, vis-à-vis de ce qu’endure la population de Mayotte. Il y a dans leur raisonnement une sorte de parti pris de cette population qu’elles estiment défavorisée et victime de la haine de la population autochtone.

Maintenant que le gouvernement après tant et tant de cris de la population et de des élus envisage une opération de remise en ordre des choses baptisé Wuambushu, c’est là que nous les attendons, à coup de communication pour obtenir du gouvernement de la République l’annulation de l’opération qui consiste à assurer une vaste campagne d’expulsion des étrangers en situation irrégulières sur l’île française de Mayotte, la destruction des bidonvilles les abritant et qui dénaturent le paysage de notre si belle île et enfin la reconquête des terres occupées illégalement. Il doit être entendu que l’immigration irrégulière est la première cause de tous les maux de la société mahoraise et de la quasi-saturation de tous les services publics de l’île. Aucun pays au monde n’accepterait ce qui se passe à Mayotte et aucun département de France ne peut supporter ce que vit au quotidien la population de Mayotte.

« Que Mayotte retrouve son mode de vie d’antan »

Pour ma part et en tant qu’à la fois habitant et élu de cette île, je soutiens et encourage la tenue de cette opération qui est à mes yeux essentielle pour garantir à Mayotte une vie harmonieuse et qu’elle retrouve son mode de vie d’antan. Le gouvernement ne doit ni faiblir ni céder aux voix perdues des organismes droit-de-l’hommiste, aux appels empreints d’hypocrisie de la diaspora comorienne et encore moins aux discours mensongers des autorités comoriennes. Ces dernières appellent en effet au dialogue et à la concertation et ce alors qu’elles ne sont même pas fichues de respecter leur engagement maintes fois exprimées de contrôler les sorties et les entrées de leurs frontières. Il s’agit ici de leur part de l’enfumage pur et dur pour détourner l’attention de notre gouvernement.

L’opération Wuambushu doit être menée à son terme pour permettre aux Mahorais de reprendre possession de leurs terres illégalement occupées, de retrouver les conditions d’une vie paisible et de s’engager enfin dans la voie du développement tant espéré et attendu. Il est temps que les choses changent et que le gouvernement comprenne que Mayotte ne pourra avancer dans son développement que par un appui fort de l’État dans tous les domaines, et ce, à commencer par une lutte forte et efficace contre l’immigration irrégulière.

Mayotte, c’est la France, et la France se doit de préserver Mayotte du sous-développement. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Le branle-bas de combat au centre hospitalier

Le service des urgences du centre hospitalier de Mayotte (CHM) tourne avec quatre médecins de jours et trois médecins de nuit, se défend la...

Omar : « C’est chez moi ici, je ne partirai pas »

Des tôles déformées, des cendres et des trous encore fumants sont les restes du chalet d’Omar. L’exploitation de l’agriculteur de M’tsapéré, ciblée régulièrement par...

Musique traditionnelle et électro s’accordent au festival Kayamba

La sixième édition du festival de musique traditionnelle et électronique se déroulera du vendredi 31 mai au samedi 1er juin. Deux dates pour deux...

Les jeunes du RSMA sensibilisés aux violences contre les femmes

Le régiment du service militaire adapté (RSMA) de Mayotte a reçu, ce mardi 28 mai, la cinquième édition de la journée de lutte contre...

« On va partir et voyager autour de l’Europe »

Le mois de l’Europe est célébré pendant tout le mois de mai, dans l’ensemble des États membres afin de rendre hommage à la date...