100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Djiha, chanteur de Miréréni au clip provocateur, sort du silence

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Le clip intitulé « deuxième acte » sorti il y a dix jours fait couler beaucoup d’encre. On y voit des jeunes hommes et des femmes d’un certain âge arborer fièrement des armes blanches. Si certains dénoncent un appel à la haine, l’interprète de la chanson réfute ces accusations et ne comprend pas le manque d’indulgence de l’opinion publique.

Il avait fait parler de lui lors de la sortie de son premier clip il y a sept mois, qui comptabilise à ce jour près de 200.000 vues. Djiha revient sur le devant de la scène avec son nouveau clip, encore plus provocateur. Sorti il y a dix jours, « Deuxième acte », qui dépasse les 45.000 vues, est le nouveau projet musical du chanteur en herbe originaire de Miréréni.

Depuis, le clip essuie les critiques négatives puisqu’il met en scène des jeunes tenant fièrement des couteaux, haches, et autres armes blanches. Mais ce qui interloque particulièrement est la présence des femmes qui jouent le jeu et imitent les jeunes avec des armes blanches. Selon Djiha, il s’agit de mères en colère qui ont voulu participer au tournage. « Je sais que beaucoup de gens veulent donner une mauvaise image de ces mamans alors qu’ils ignorent la réalité. L‘une d’entre elles a une douleur immense, son fils a été blessé au pied à Combani. Il est devenu handicapé à cause de ça et ça l’attriste. Cette mère est en colère et c’est sa manière de le montrer, mais elle ne ferait jamais de mal à une mouche », assure le jeune homme.

Ce nouveau clip se veut en réalité une réponse pour les jeunes de Combani qui en auraient aussi tourné un, visant ceux de Miréréni. Djiha l’assume pleinement, il s’agit d’une riposte qu’il veut menaçante. « Ils ont fait une chanson pour nous provoquer, donc je devais répondre. Ce n’est pas du tout pour faire la paix, c’est pour sauver notre honneur », lance-t-il. Ce dernier refuse cependant d’être catalogué comme un délinquant. « J’ai mis des chombos dans mon clip parce que c’est la mode en ce moment à Mayotte, non ?! Mais ne vous inquiétez pas, je ne suis pas comme ça, je ne fais de mal à personne. On a juste fait ça pour s’amuser », rétorque le jeune chanteur. Le rameau d’olivier ne sera pas pour maintenant visiblement…

« À Miréréni, on est discriminés »

Djiha est parfaitement conscient des vives critiques à son encontre, mais il les essuie d’un revers de la main. « Chacun est libre de dire ce qu’il veut, mais je me fiche de ces commentaires. Je ne veux même pas répondre à ces gens », indique-t-il avec nonchalance. Il ne veut pas non plus entendre parler de réconciliation lorsqu’il s’agit des deux villages de la commune de Tsingoni. « Certains veulent la paix entre nous deux, mais c’est une grande ambition ! Je ne pense pas que ça arrivera un jour. »

Pour qu’il y ait une entente entre les deux camps, encore faudrait-il connaître l’origine du problème… Et à l’image de nombreux jeunes de Miréréni et de Combani, Djiha ignore pour quelles raisons ils se battent depuis des années. Il est seulement persuadé que son village est délaissé par les autorités. « À Miréréni, on est discriminés. Il n’y a rien, aucun projet n’est fait chez nous. Pour acheter la moindre chose, on doit aller jusqu’à Vahibé. On ne peut pas aller à Combani parce qu’on se fait agresser, on est fatigués », admet-il dans un moment d’émotion. Les affrontements à répétition entre les deux villages seraient-ils un appel au secours ? L’hypothèse n’est pas exclue, mais elle mérite que les autorités compétentes se penchent réellement dessus puisque certains jeunes ne demandent qu’à s’en sortir, à l’exemple de Djiha. « Je suis allé à l’école et j’ai eu mon bac, mais ensuite je ne savais pas quoi faire », raconte-t-il. À 20 ans, il est aujourd’hui sans formation ni emploi et met tous ses espoirs dans la musique. « J’espère en faire mon métier parce que je ne me vois pas faire autre chose. Malheureusement, je n’ai personne pour m’encadrer, je me débrouille tout seul », dit-il. L’avenir nous dira si Djiha fera tout pour réussir dans ce domaine ou si cela ne restera qu’un rêve.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...