100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Le lycée de Kahani mué en champ de bataille

À lire également

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Sécurité Deux gendarmes du GIGN blessés en intervention

Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré ».

Ce lundi 15 novembre, le lycée de Kahani a connu un épisode d’une violence inédite. Dès 6h30, les rixes entre élèves ont commencé, se transformant en véritables émeutes. Peu avant 8h, les forces de l’ordre sont intervenues et près de 80 gendarmes ont été déployés pour sécuriser l’établissement et tenter d’apaiser les tensions.

« Ça a été la pire journée dans l’établissement depuis que j’y travaille”, se désole Jérémie Saiseau, enseignant de Français au lycée polyvalent Gustave Eiffel de Kahani et secrétaire CGT, pour évoquer son premier jour de la semaine. Une fois de plus, l’enceinte a été le théâtre de terribles scènes de violences. Loin du calme nécessaire à l’apprentissage, les cours ont été une nouvelle fois perturbés par des bagarres et des actes de vandalisme à répétition. Des événements qui ont provoqué la fermeture des grilles par le rectorat pour deux jours et une réunion d’urgence du corps enseignant ce mardi 16 novembre. Conséquence : le retour des élèves, en jauge réduite à 50%, n’est prévu que ce jeudi.

lycee-kahani-champ-bataille

Confinement dans les classes

Des mesures drastiques en réponse à ce lundi noir. À peine le soleil s’était levé sur la malavoune que déjà les grenades lacrymogènes claquaient dans la cour du lycée de Kahani. “Les pierres pleuvaient de toute part, les jeunes sortaient des tiges en métal et chumbo de leur sac, c’était le KO total”, affirme le professeur, encore sous le choc. Un sentiment partagé par un collègue de mathématiques et sciences. “Dès lors qu’on entend la sonnerie de confinement, un sentiment de panique envahit les élèves. J’étais en classe avec dix élèves de seconde qui étaient terrifiées et m’ont demandé paniquées de les protéger et de ne pas quitter la classe.

Un climat de tension insoutenable pour les lycéens, les professeurs, mais aussi les parents d’élèves qui s’inquiètent chaque matin de laisser leurs progénitures prendre le chemin de l’école. “Tout le monde a le droit à l’éducation et à cause d’événements comme ceux-ci, celle de nos enfants est en péril« , s’insurge Rafza Youssouf Ali. La présidente de l’union départementale de la confédération syndicale des familles demande un dialogue entre les différentes institutions de l’île et une table ronde afin de penser ensemble à un avenir meilleur pour les jeunes du 101ème département français.

Des effectifs renforcés

Sur ce véritable champ de bataille, la gendarmerie nationale a déployé ses équipes ainsi qu’un hélicoptère. “Nous avons calmé la situation et sécurisé la zone afin que les élèves enfermés dans les classes depuis le début de matinée puissent regagner les bus et leurs domiciles à midi”, témoigne un officier de gendarmerie, sur le terrain au moment des faits. Des forces de l’ordre présentes quotidiennement devant l’enceinte de l’établissement comme le rappelle le recteur, Gilles Halbout. “Notre objectif à présent est de renforcer les équipes mobiles de sécurité, mais aussi le nombre de personnels scolaires, comme les assistants d’éducation et les assistants de conseiller principal d’éducation.

Malgré ces renforts, le responsable de l’académie privilégie avant tout un travail de fond avec les élèves dans le but d’éviter que les querelles extrascolaires ne se cristallisent au sein du lycée. “Lorsque les jeunes reprendront les cours jeudi, des professeurs et des professionnels habilités réaliseront un travail avec eux. Ainsi, ceux qui ont été choqués auront un espace de discussion et ces temps d’échanges permettront de rappeler les règles du vivre ensemble et les valeurs de la République.” En effet, la seule multiplication des forces de sécurité ne permet plus d’enrayer la violence à Mayotte. À ce stade, une véritable mobilisation des associations de parents d’élèves et de quartiers semble pouvoir inverser la tendance et aider à déconstruire ce modèle de réponse à toutes les situations par la violence… Qui n’est, on le sait, jamais la solution.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...