Décentralisation des services de Pôle emploi à Bandrélé pour une meilleure insertion professionnelle

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Le maire de Bandrélé et son équipe étaient en visite ce mardi matin dans les locaux de l’agence Pôle emploi de Mamoudzou, où ils ont pu découvrir les différents services de la structure. Une étape importante dans le projet de partenariat qui se dessine entre la ville et l’établissement public. Les deux partis signeront une convention au mois de juin en faveur de l’insertion professionnelle.

Drôle de public ce mardi matin dans les locaux de l’agence Pôle emploi de Mamoudzou. En effet, le maire de Bandrélé Ali Moussa Moussa Ben et son équipe font le tour des différents services du site… « Ils viennent visiter parce que je souhaite qu’ils voient ce que nous faisons afin qu’ils réalisent l’importance de l’institution à Mayotte », résume Salim Farssi, le directeur de l’établissement dans la ville chef-lieu. Et pour cause ! Le centre communal d’action sociale de Bandrélé doit lui dénicher un pied à terre dans le cadre de la convention qui sera signée au mois de juin entre les deux partis. « Nous n’avons pas énormément de structures sur le territoire. Aujourd’hui, l’idée est de rencontrer la commune pour demander un certain nombre d’éléments que le CCAS pourrait nous mettre à disposition », continue le responsable.

decentralisation-services-pole-emploi-bandrele-meilleure-insertion-professionnelle

La raison de ces discussions ? Le souhait de Salim Farssi de décentraliser certains services. À commencer par le transfert de certains agents vers le Sud de l’île dans le but de proposer une meilleure proximité aux habitants de la ville. « Ils vont partager le local en question avec la Mission locale qui y est déjà installée. L’objectif est de faciliter l’intervention de Pôle emploi », indique Hadya Sidi, la responsable de la maison d’insertion du CCAS de Bandrélé. Et au maire d’ajouter : « Les jeunes demandent à être formés, mais à l’issue de cette formation, ils ont besoin d’être insérés professionnellement. Travailler avec Pôle emploi nous emmène vers cette direction. » Dans une commune où 54% des personnes ont moins de 25 ans, cette mesure est effectivement indispensable.

 

Une meilleure prise en charge

 

À Mayotte, il n’existe que deux agences Pôle emploi : la première à Mamoudzou et la seconde à Dzoumogné. Sans oublier une petite antenne à Chirongui. Une situation qui incite les demandeurs d’emploi à parcourir des kilomètres et à payer un trajet onéreux pour compléter leurs démarches. « Ils doivent rédiger leurs outils de recherche d’emploi ou réaliser leur actualisations mensuelles. Tout cela [leur] fait l’objet de plusieurs déplacements vers Mamoudzou et cette convention va nous aider à les maintenir sur leurs localités », se félicite le directeur de l’agence de Mamoudzou. En contrepartie, le CCAS de Bandrélé doit assurer un rôle d’intermédiaire. « Souvent, les jeunes entament des démarches puis disparaissent. Nous les connaissons et nous pouvons facilement les approcher pour les faire revenir à Pôle emploi », souligne Hadya Sidi.

decentralisation-services-pole-emploi-bandrele-meilleure-insertion-professionnelle

Salim Farssi espère faire de ce partenariat un exemple pour les autres collectivités. À ses yeux, la proximité est un élément clé pour favoriser l’insertion professionnelle. Il souhaite travailler avec différentes communes ou intercommunalités afin que Pôle emploi soit présent sur l’ensemble de l’île. Et le travail de fond commence à payer, puisque certaines collaborations existent déjà, notamment avec les communes de Tsingoni et Labattoir, qui ont mis à disposition de Pôle emploi des « Maisons France service ». Des agents y sont présents pour assurer le même service qu’en agence. « Tous ces partenariats se multiplient dans l’attente de construire de nouveaux locaux qui nous sont propres », salive Salim Farssi. Tout comblé par la visite du jour.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...