Un séminaire sur la politique de la ville pour épauler la jeunesse de demain

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Ce mardi 18 mai débutait les trois jours de séminaire portant sur la thématique de “la politique de la ville” au pôle culturel Moussa Tchangalana de Chirongui. Pour cette première journée, les élus étaient invités par le groupement d’intérêt public (GIP) Maore Ouvoimoja de 9h à 15h30 afin d’échanger sur les enjeux inhérents à leurs communes.

Tout d’abord une définition de la “politique de la ville” s’impose. Le GIP Maore Ouvoija la définit comme une politique « qui a pour but de réduire les écarts de développement au sein des villes ». Mais encore ? « Elle vise à restaurer l’égalité républicaine dans les quartiers les plus pauvres et à améliorer les conditions de vie des habitants. » À Mayotte il existe 36 quartiers prioritaires où vivent près de 180.000 personnes.

Afin de les identifier comme tels, plusieurs critères ont été retenus. Parmi eux, le type de bâti, l’accès à l’eau et à l’électricité mais aussi la formation et l’insertion professionnelle des habitants. Selon les résultats du recensement de la population mahoraise en 2017, 70% des habitants de l’île aux parfums vivraient dans l’un de ces 36 quartiers défavorisés. Un chiffre trois fois supérieur aux autres départements d’Outre-mer et huit fois supérieur à la métropole, où cette tranche de la population ne représente que 8% de la population globale.

 

Les contrats de ville

 

En 2015, l’ensemble des municipalités françaises où se trouvent des quartiers prioritaires ont signé un contrat relatif à la politique de la ville. Celui-ci prend fin le 31 décembre 2022. Il est alors urgent pour les municipalités d’établir un bilan et définir les actions majeures à mener d’ici la fin de l’année pour penser ensuite à un éventuel renouvellement. “L’objectif de notre consultation aujourd’hui est de mettre en place un temps d’échange entre les différents acteurs et ainsi construire une vision partagée de la politique de la ville”, dévoile Linda Rabahi, la directrice du GIP Maore Ouvoimoja.

Avant de rappeler quelques chiffres clés relatifs au contrat de politique de la ville “En 2020, à Mayotte, c’est un peu plus de 5.6 millions d’euros qui ont été octroyés au titre de la politique de la ville. Ils ont permis de financer 399 actions. Et 139 structures ont bénéficié de subventions.” Des sommes non négligeables qui ont offert aux différents acteurs du 101ème département français la possibilité de mener à bien des projets au profit des habitants.

 

Le temps des échanges

 

À la question : “Quels sont selon vous les enjeux fondamentaux de la politique de la ville à Mayotte ?” Le terme le plus souvent employé par les élus est le mot “jeunesse”. Des mineurs très régulièrement au centre de tous les débats. “Notre territoire est marqué par cette jeunesse. Nous devons lui donner une chance de garantir l’avenir de Mayotte. Lui offrir une possibilité d’insertion dans la société. Les jeunes sont aujourd’hui trop souvent marginalisés”, témoigne l’adjointe au maire de Mamoudzou en charge de l’action sociale.

Dans toutes les bouches, l’éducation, le logement et l’insertion doivent être les priorités absolues en termes de politique de la ville. La directrice générale adjointe à la vie publique et à l’action citoyenne de la ville chef-lieu évoque, quant à elle, les problèmes d’insécurité sur l’île, qui demeurent intimement liés à cette jeunesse à la dérive. “Il faut réaliser une prévention de la délinquance par l’emploi et l’éducation. Les jeunes représentent plus de 50% de la population. Nous ne disposons pas des moyens essentiels pour leur donner accès à l’enseignement. Le but, c’est l’emploi pour s’insérer, le but c’est la dignité, une place dans la société.” Entendu ?!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...