L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Le marché couvert Boura Mouta de Tsararano abrite désormais l’hôtel de police municipale

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Ce mardi 18 mai, le maire de Dembéni, Moudjibou Saidi, et le préfet de Mayotte, Jean-François Colombet, ont inauguré l’hôtel de police municipale dans l’enceinte du marché couvert Boura Mouta, situé à Tsararano. Une cérémonie qui s’est soldée par la signature du pacte de sécurité entre la commune et l’État dont l’objectif consiste à renforcer les moyens humains et matériels.

Face à la porte blindée de l’armurerie, le chef de la police municipale, Said Soule, tourne délicatement la clé dans la serrure. Un déclic et s’ouvre alors la caverne d’Ali Baba du nouveau lieu de travail dédié aux forces de l’ordre de la commune de Dembéni. « Chaque agent a son petit casier », précise-t-il au préfet, Jean-François Colombet, présent pour l’inauguration du bâtiment cinq étoiles situé à Tsararano. Avant de sortir une arme de poing et de la tendre au locataire de la Case Rocher. « Fermez les yeux », murmure celui-là à l’égard du Père Bienvenue et du Grand Cadi, en s’emparant du calibre. Une seconde plus tard, le voilà qui se retrouve avec celui du lieutenant-colonel de la gendarmerie, Bruno Fhima, un dans chaque main, à comparer le poids des deux modèles… C’était l’anecdote Far West de ce mardi 18 mai !

Retour en arrière, quelques minutes plus tôt lors de la cérémonie officielle pour le nouvel hôtel de la police municipale de Dembéni, donc. Symbole d’une « promesse de campagne qui voit le jour » aux yeux de Moudjibou Saidi, le maire de la ville, pour qui « les questions de sécurité sont l’une de nos priorités ». Devant le contingent de policiers municipaux, le premier magistrat rappelle les investissements consentis par la municipalité afin de pouvoir exercer leur mission 24 heures sur 24, sept jours sur sept. En ligne de mire : la sécurisation et l’équipement des locaux, dans une aile du marché couvert Boura Mouta, pour la somme de 876.000 euros.

 

Cinq agents supplémentaires d’ici la fin de l’année

 

Organisé au début du mois d’avril, ce déménagement complète surtout la signature du pacte de sécurité, intervenue peu après les prises de parole de la matinée dans la salle de formation flambant neuve. « Que pourrait faire l’État, seul, s’il n’avait pas à ses côtés des élus engagés et des associations attentives ? », s’interroge le délégué du gouvernement pour défendre la nécessité de ce « travail partenarial » et de ces « initiatives de médiation ». Selon lui, si « la délinquance ne s’arrête jamais, nous pouvons y être confrontés de jour comme de nuit », « les rencontres intervillages permettent de montrer que les voisins ont les mêmes problèmes et qualités ».

Ainsi, à travers cette collaboration avec la préfecture, la collectivité s’engage à porter son effectif de 16 à 21 agents d’ici la fin de l’année. En retour ? « Nous avons obtenu une dotation de 65.000 euros pour équiper les policiers », se réjouit Jean-François Colombet. Mais le lot de bonnes nouvelles ne s’arrête pas là. « Nous allons concourir à tous les travaux que vous avez en projet, qui visent à garantir et à améliorer la sécurité des habitants. » Exemples avec l’installation d’une vingtaine de caméras de vidéoprotection sur « des endroits stratégiques » et le branchement de l’éclairage public sur « les zones les plus criminogènes ».

 

Le maire et le préfet, main dans la main

 

Que ce soit dans le discours du maire ou du préfet, que le premier qualifie de « parrain de la commune », la ligne directrice ne change pas d’un iota. « Nous faisons front uni », assure le représentant de l’État dans le 101ème département. « Rien n’est pire que de parler sans rien faire. En inaugurant ces bureaux, nous allons poser un jalon pour nous mobiliser tous ensemble et regagner de la fraternité. » Portée par « l’une des polices les plus efficaces de Mayotte » selon l’état-major de la gendarmerie, Dembéni montre la voie de la tolérance zéro. Même s’il lui reste encore quelques points à peaufiner, comme la formation au tir et la mise en place d’une communication digne de ce nom avec les forces de l’ordre. Qui en coulisse ne cachent pas leur envie ou plutôt leur admiration face à ces conditions de travail.

 

Quelques heures plus tard, c’était au tour de Chirongui de signer le pacte de sécurité

 

marche-couvert-boura-mouta-tsararano-hotel-police-municipaleAprès l’inauguration de l’hôtel de police municipale de Tsararano et la signature du pacte de sécurité avec la ville de Dembéni, le préfet a filé tout droit vers Chirongui pour parapher la même convention avec la municipalité de la commune, « qui va permettre à [vos] efforts de se conjuguer à ceux de l’État ».

De son côté, le capitaine de la police municipale, Cédric Maleysson, a rappelé que cette griffe en bas de page marque un pacte fort mais aussi un travail « main dans la main » des deux acteurs afin de lutter contre l’insécurité et la violence sur le territoire mahorais. « Le pacte de sécurité se traduit concrètement sur le terrain par plus de présence, plus d’effectifs, de plus grandes plages horaires et un armement des forces de police municipale. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...