100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Danseuse malvoyante, Fabienne Haustant partage sa passion avec les jeunes mahorais en difficulté

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Fabienne Haustant est une danseuse professionnelle pas comme les autres. Malvoyante, quasiment aveugle, elle danse pour prouver qu’elle ne vaut pas moins que les autres. La danse l’a sauvée et elle partage sa passion à travers ses ateliers appelés « Danse les yeux fermés » en région parisienne. Présente à Mayotte pour une durée de deux semaines, elle travaille auprès des jeunes suivis par protection de l’enfance en vue de tourner un clip vidéo et monter un spectacle en collaboration avec le chanteur M’toro Chamou.

« Je suis née en dansant et je mourrai en dansant. » Ces quelques mots résument toute la vie de Fabienne Haustant. Âgée aujourd’hui de 48 ans, la danse l’a sauvée des clichés que l’on peut avoir sur les personnes déficientes. « Je refusais que mon handicap m’empêche de faire ce que je voulais faire. J’ai commencé à danser professionnellement sans que les gens sachent que j’ai un handicap parce qu’à partir du moment où ils savent qu’on en a un, ils ont leurs propres croyances et pensent qu’on ne sait rien faire », relate-t-elle. Fabienne a démontré le contraire en devenant danseuse professionnelle.

Reconnue dans toute la France, elle a participé à plusieurs émissions télévisées et a voyagé dans le monde pour transmettre sa passion. Depuis 2012, elle a créé son association « Danse les yeux fermés » destinée à tous ceux qui veulent aller dans son monde. « Ça peut être n’importe qui. J’ai eu des enfants autistes, des enfants en fauteuil, des enfants difficiles qui étaient placés dans des centres éducatifs fermés », détaille la danseuse qui se sent plus proche des jeunes, en raison de son enfance compliquée. Danser les yeux fermés permet à ses apprentis d’être en introspection afin de mieux trouver leur voie. Fabienne Haustant n’échangerait sa place pour rien puisque comme elle aime si bien le dire sur le ton de l’humour, « c’est une bigleuse qui fait danser les gens voyants, c’est assez ironique ! »

protection-de-lenfance-malvoyance-danse-jeunes-difficultes

La protection de l’enfance à Mayotte, son nouveau défi

Fabienne Haustant a été approchée par la protection judiciaire de la jeunesse pour travailler avec les jeunes de l’ensemble de la protection de l’enfance de Mayotte qui sont placés, mais également ceux qui sont encadrés dans des structures telles que Mlézi Maorais, Messo, Maecha na Ounono ou encore Apprentis d’auteuil. La PJJ a en parallèle contacté le chanteur M’toro Chamou pour une collaboration avec la danseuse. « M’toro Chamou a fait une chanson qui parle de la protection de l’enfance, elle prévient les violences et la radicalisation. Et moi, je vais monter un spectacle avec les enfants et faire un clip qui sera prêt pour septembre », annonce, impatiente, Fabienne Haustant. Le vidéo clip sera tourné à Mamoudzou pour mettre en valeur la commune chef-lieu de l’île.

Mais avant le jour J, l’artiste rencontre les jeunes par petits groupes afin de mieux les connaitre et travailler avec eux. « Je ne juge pas pour savoir comment ils dansent, ce qui m’intéresse c’est l’unité qu’on va avoir. On sera 50 à faire le clip et le spectacle, on devra être unis », précise l’artiste. Par la suite, ces jeunes, qui sont sous la responsabilité de la justice, qui sont placés, et parfois délinquants, porteront le message de la protection de l’enfance. « Le concept danse les yeux fermés a marché avec des jeunes très violents, en centres éducatifs fermés, alors il n’y a pas de raison que ça ne marche pas avec ceux de Mayotte », estime Fabienne Haustant, qui porte beaucoup d’espoir en ce projet.

Les jeunes mahorais du talent

Depuis son arrivée à Mayotte, la danseuse passe ses journées avec ses nouveaux apprentis et elle est impressionnée par leur talent. « Ils me disent qu’ils ne savent pas danser, mais en réalité, ils savent danser ! Ici, c’est une île à talents », martèle Fabienne, qui prend un malin plaisir à partager sa passion avec ces jeunes qui n’ont jamais vécu une expérience similaire. « Je commence les ateliers avec de la musique classique, ensuite des chansons qu’ils n’entendent pas, pour voir comment ils réagissent et enfin, je termine par une musique de M’toro Chamou. Et les jeunes sont contents, ils font sans broncher », se réjouit-elle. Tout cela les yeux bandés pour qu’ils réalisent que même s’ils ne voient pas, ils restent les mêmes. « Si le monde donnait confiance aux jeunes de Mayotte comme j’ai pu leur donner, vous auriez des têtes pensantes. Ils ont besoin d’être soutenus et compris par l’adulte. Ce sont des soleils qui brillent et c’est à nous de les aider à les faire briller », poursuit-elle avec l’envie de mener à bien son projet avec ces jeunes comme pour prouver que même s’ils sont souvent stigmatisés et non protégés, ces enfants sont également la richesse de Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...