100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Dahalani M’Houmadi : « Mlézi Maore restera ma plus belle expérience professionnelle »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Après trois ans de bons et loyaux services, le directeur général de Mlézi Maore, Dahalani M’Houmadi s’apprête à quitter ses fonctions. Un départ qui arrive alors que l’association vient de fêter, le mardi 28 juin, sa vingtième bougie. Retour sur son engagement et ses ambitions pour la structure, mais aussi sur les difficultés rencontrées et sur la suite de sa carrière professionnelle.

C’est le cœur lourd, mais le sentiment du devoir accompli que Dahalani M’Houmadi, le directeur général de Mlézi Maore, annonce quitter ses fonctions à la fin du mois. Non sans une pointe d’émotion, il laisse derrière lui une association qui vient de souffler sa vingtième bougie ! « Elle a démarré à deux-trois… Aujourd’hui, elle compte plus de 650 salariés ! Cela montre bien l’engagement, l’investissement et l’implication d’hommes et de femmes dans la lutte contre toutes les formes d’exclusion », félicite Dahalani M’Houmadi, avant d’adresser un hommage particulier au sénateur Thani, « qui a ouvert le bal », et à Roukia Lahadj, « qui a pris le relais et qui a poursuivi le dynamisme enclenché » pour continuer à œuvrer dans tous les domaines, que ce soit la jeunesse, le handicap, les solidarités, l’insertion, ou encore l’accès aux soins.

Si le chemin parcouru est sans aucun doute flatteur, Dahalani M’Houmadi ne se cache pas derrière   ces bons résultats. À l’instar de nombreuses organisations privées et publiques, Mlézi Maore souffre d’un déficit de recrutement afin de faire tourner sa soixantaine d’établissements et de services. « Nous avons plus d’une centaine de postes à pourvoir. » Notamment dans le domaine médical (des médecins, des généralistes, des spécialistes) et dans le paramédical (des infirmiers, des psychologues, des psychomotriciens). Plus étonnant, le secteur social et éducatif (éducateurs spécialisés, assistants sociaux) subit le même sort, « ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques années ».

La formation : un travail de longue haleine

Le défaut de la formation locale reste le gros point noir aux yeux de celui qui est encore directeur de Mlézi Maore pour quelques semaines. « La plupart des salariés diplômés arrivent de l’extérieur : de métropole, de la Nouvelle-Calédonie, de Belgique, de la Suisse… » S’ils apportent leurs expertises et leurs expériences, leur présence sur le territoire se limite malheureusement en moyenne à deux ans. « Quand ils partent, nous nous retrouvons avec des trous dans la raquette si nous n’avons pas anticipé ! » Face à ce constat, Dahalani M’Houmadi insiste sur la formation des locaux dans tous les métiers éducatifs et paramédicaux. Malgré la crise de la vocation, en raison de conditions de travail difficiles et d’un salaire relativement peu élevé, les Mahorais « ont envie de bosser dans notre secteur », assure-t-il. Toutefois, il faut savoir prendre son mal en patience puisque cela prend entre un et trois ans pour les rendre opérationnels. « Nos partenaires financiers et nos autorités de tutelle deviennent de plus en plus exigeantes et elles ont raison ! »

Pour remédier à cette problématique sur le long terme, Mlézi Maore travaille en étroite collaboration avec l’antenne mahoraise de l’institut régional du travail social de La Réunion. Actuellement, l’association compte une promotion de dix salariés pour devenir chef de service et une autre du même nombre, en alternance, pour sortir des conseillers en économie sociale et familiale. « Il en faudrait cinquante », admet Dahalani M’Houmadi, conscient que les besoins sont supérieurs. « Il faut donc démultiplier ce travail engagé. » Parmi les pistes engagées, il retient la solution du distanciel pour aller « chercher la compétence là où elle se trouve tout en restant sur place ».

Trois grandes réussites

La professionnalisation des salariés est sans aucun doute la grande fierté du directeur sortant, qui en a fait partir dix sur des formations d’encadrement, qui en a accompagnés quarante sur des fonctions éducatives via la validation des acquis de l’expérience et qui a démarré des formations qualifiantes en apprentissage pour une vingtaine d’autres. « Ça c’est fort car cela nous permet de préparer l’avenir ! » L’autre belle réussite de Dahalani M’Houmadi est l’ouverture du pôle insertion et vie sociale, car il a permis d’ouvrir l’école de la deuxième chance, l’auto-école sociale et solidaire, en attendant le garage solidaire au mois de septembre, mais aussi de lancer de nouveaux chantiers d’insertion comme le maraîchage. « Cela permet à des personnes éloignées de l’emploi d’avoir accès à une rémunération et d’aboutir par la suite à un emploi pérenne. » Pour terminer, la plateforme de soutien à la vie associative permet d’épauler les petites structures locales à monter en compétences dans leurs domaines de prédilection, tels que la culture, la jeunesse, la parentalité, le sport. « Nous ne pouvons pas tout faire tout seul. Nous avons tendance à dire qu’il faudrait dix Mlézi Maore à Mayotte… C’est une première réponse ! »

« Je regarde Mayotte dans une partie centrale de ma tête »

Ne lui reste plus qu’à passer la main, après trois années de bons et loyaux services. « Je suis venu dans un environnement que je ne connaissais pas personnellement, c’était un super challenge et une très belle maison. Ici, nous avons les moyens de nos ambitions », résume celui qui se réjouit d’avoir pu contribuer au développement du 101ème département. Désormais, Dahalani M’Houmadi se projette vers la métropole où il rejoint l’administration, toujours « au service de l’intérêt général ». Un nouveau défi personnel pour savoir s’il se sent capable de se remettre en question. Pour autant, il ne compte pas balayer d’un revers de la main « ma plus belle expérience professionnelle ». Au contraire : « Je garde Mayotte dans une partie centrale de ma tête et dans ma tête. Je serai un défenseur de ses intérêts et un ambassadeur de toutes les pépites du territoire, que ce soit ici ou à l’extérieur. » Bon vent et marahaba !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...