100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Ben Issa Ousseni garde le cap

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Déjà présent au sein de la précédente mandature, Ben Issa Ousseni est, depuis un an, le nouveau président du Département de Mayotte. Conscient du caractère de plus en plus urgent des projets à mener pour la population du 101ème département français, le conseiller départemental de Tsingoni garde la tête froide, les pieds sur terre, et la main besogneuse.

Flash Infos : Voilà un an que la nouvelle mandature a été élue au sein du conseil départemental. Quel bilan tirez-vous de cette première année passée à sa présidence ?

Ben Issa Ousseni : Je crois pouvoir dire que nous n’avons pas chômé. Refonte des délégations, des commissions thématiques, protocole d’accord partenarial sur les transports, mise en place de visites cantonales, création du premier lieu d’accueil enfant-parent… Ce sont quelques-unes des premières mesures que nous avons prises. Nous avons adopté à l’unanimité notre projet pour Mayotte avec plusieurs mesures phares qui vont de la gratuité de la barge piétonne que nous mettrons en place, d’une aide aux communes pérennisée et renforcée au développement significatif des modes de transports. Nous voulons également porter à 20% du territoire la place de la forêt et des zones naturelles préservées.

FI : La mandature précédente (2015-2021), emmenée par Soibahadine Ibrahim Ramadani, n’a pas su mener à bien de nombreux « grands projets » considérés comme essentiels pour la vie quotidienne des Mahoraises et Mahorais, certains d’entre eux datant de plusieurs décennies. Quelles premières pierres de ces chantiers la majorité a-t-elle déjà posé, ou s’apprête-t-elle à poser ?

B.I.O. : Je suis moi-même issu de la majorité précédente et, même si nous incarnons un large renouvellement, je ne critiquerai pas le travail considérable qui a été accompli sous la mandature précédente et auquel j’ai contribué dans le domaine économique. Pour autant, nous comptons essayer de mener à bien des chantiers emblématiques comme le bassin olympique de Kawéni, le centre de formation des sportifs de haut niveau à Chirongui, pour n’en citer que quelques-uns pour les Jeux des Îles 2027, mais aussi et surtout pour la pratique du sport au quotidien. Nous aurons bien sûr besoin d’un signal fort du gouvernement et de l’État pour y parvenir. En termes de méthode, comme nous le faisons pour le stade de Cavani, nous multiplions les réunions avec les entreprises et les acteurs du chantier pour créer les conditions d’y parvenir dans les délais.

FI : Lors de la campagne pour les élections législatives, de nombreux candidats ont réclamé le statut de Département – Région pour Mayotte. Est-ce l’un de vos souhaits, et comment comptez-vous vous y prendre pour gagner ce nouveau statut ?

B.I.O. : Bien sûr, il figure clairement dans notre projet de mandature. Cet objectif vise à réellement hisser notre collectivité à son niveau réel de responsabilité pour la construction de notre territoire en infrastructures et équipements indispensables à son plein essor. Il y aura incontestablement du lobbying à opérer auprès du nouveau gouvernement pour atteindre cet objectif qui nous mette à niveau pour demain.

FI : On observe justement, après les campagnes présidentielle et législative, une défiance de la population de l’île vis-à-vis de la majorité et des élus locaux. Comment, à votre échelle, pouvez-vous ramener de la confiance chez ces Mahoraises et Mahorais ?

B.I.O. : Cette défiance n’est pas propre à Mayotte, loin s’en faut, même si sur notre île, les élections locales passionnent la population. La confiance repose, à mon avis, sur deux facteurs clés : être capable de dire ce que nous ferons, et surtout de faire ce que nous disons. Tenir nos engagements dans la mesure de nos moyens. Et parler, à l’échelle des élus de Mayotte, d’une seule et même voix. C’est une attente forte de nos concitoyens au-delà des appartenances politiques. Agir ensemble pour Mayotte.

FI : Pour agir ensemble, il faut compter sur les élus de l’opposition. Comment jugez-vous leur travail au sein des assemblées ?

B.I.O. : Notre projet pour Mayotte a été, je le disais, adopté à l’unanimité. C’est l’illustration que, lorsqu’on parle d’un plan d’action, d’un programme pour la population, nous sommes capables de nous rassembler. Parce qu’il en va de l’intérêt général pour Mayotte et sa population. Je pense qu’il est sain, dans une démocratie, qu’il y ait une majorité et une opposition. Mais personne ne se plaindra que nous travaillions en bonne intelligence sur des projets qui vont, me semble-t-il, dans le bon sens.

FI : Il vous reste six ans à la tête du Département. Quelles sont les lignes directrices de la majorité pour la suite de ce mandat ?

B.I.O. : Nos orientations sont claires : réduire progressivement les embouteillages en combinant des mesures immédiates, de moyen et de long terme, pouvoir s’appuyer sur le futur schéma d’aménagement régional pour en faire un outil partagé de développement du territoire, contribuer à la coproduction de sécurité pour tous en proposant un véritable pacte collectif, entre l’État, les collectivités, la justice et l’éducation, avec des engagements réciproques, ou encore simplifier le parcours de l’usager, faire de l’économie bleue un levier solide de la croissance économique de notre territoire. Nous souhaitons aussi renforcer la culture de la connaissance : publications, archives départementales, salons et manifestations figurent également parmi nos engagements clés pour la population.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...