100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Auxiliaires de vie, une vocation, une destinée

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Au sein du 101ème département, les structures proposant une assistance aux personnes dépendantes ne courent pas les rues. Depuis 2005, l’association Msanda Mayotte vient en aide à ces publics fragiles. Un travail effectué par les auxiliaires de vie qui sont à la fois l’épaule sur laquelle les patients peuvent compter, mais aussi une oreille pour les écouter.

“Depuis la classe de troisième, je savais que je voulais faire ce métier”, confie Jacqueline Said, auxiliaire de vie et assistante technique sur le secteur de Mamoudzou pour l’association Msanda Mayotte. Le cœur de sa profession ? Le lien avec les patients. “J’apprécie le contact humain, mais le plus important c’est bien la communication. Sans elle, nous ne pouvons pas travailler”, poursuit la professionnelle du service à la personne. À ses côtés, Fatima Mavouna, elle aussi auxiliaire de vie et assistante technique sur les régions Nord et Centre de l’île, ne s’imaginait pas dans un autre secteur d’activité. “J’aime être auprès des personnes âgées et leur apporter mon aide”, témoigne-t-elle avec beaucoup de douceur.

Toilette, repas, entretien du logement, tâches administratives ou encore activités, les auxiliaires de vie mahoraises font parties intégrantes du quotidien des personnes dont elles s’occupent. “Les gens ont de moins en moins de temps à accorder à nos aînés. Notre travail est d’être là pour eux”, souligne Jacqueline Said.

Une équipe à l’écoute

Chaque jour, les auxiliaires de vie sont la bouffée d’oxygène des personnes isolées, une passerelle avec le monde extérieur. “Nous devenons leur confident. Parfois, nous sommes les seules personnes qu’ils voient de la journée”, explique-t-elle. Un lien de confiance très fort que les professionnelles entretiennent malgré la difficulté de leur emploi. “C’est un métier dans lequel nous sommes confrontés à la finitude”, affirme Chaib El Mahamoudou, directeur adjoint de Msanda Mayotte. “Nous les accompagnons dans leur souffrance. Nous les voyons se dégrader de jour en jour et parfois même, nous les voyons partir. Mais je suis fière de mon métier, fière de leur apporter une fin de vie la plus sereine possible”, déclare Fatima Mavouna, émue d’évoquer les rencontres qui ont changé sa vie.

Aider les aidants

Véritable couteau suisse, les auxiliaires de vie épaulent en parallèle les familles de leurs patients. “Nous leur expliquons les gestes techniques à utiliser pour les manipuler ou encore les raisons de certains comportements liés à des maladies neurodégénératives”, détaille Jacqueline Said. Maillon essentiel de la chaîne de soins, les professionnelles de l’assistance à domicile créent également un lien avec le personnel soignant. “Nous tenons un carnet de suivi”, précise Fatima Mavouna. “Lorsque j’arrive le matin, si je vois que l’état de la personne s’est dégradé, je l’écris pour en informer l’infirmière ou je l’appelle en cas d’urgence.”

Des gestes simples mais tellement importants pour maintenir les personnes dépendantes le plus longtemps possible à leur domicile et dans les meilleures conditions. Des anges gardiens qui veillent sans relâche sur les plus faibles.

 

Msanda en quelques chiffres

Première structure d’aide à la personne installée sur l’île aux parfums, Msanda Mayotte suit une logique d’accompagnement des personnes à tous les stades de la vie. “Nos activités se sont longtemps concentrées sur l’aide aux personnes âgées”, relate Chaib El-Mahamoudou, directeur adjoint de la structure associative. Activité physique adaptée, télé-assistance, Msanda développe depuis 2019 des systèmes innovants pour faciliter la vie des personnes dépendantes. Aujourd’hui, l’association souhaite également mettre en avant des services d’aides ménagères, de garderie et peut-être bientôt d’aide aux devoirs. Présente sur l’ensemble du territoire avec pas moins de cent auxiliaires de vie, Msanda œuvre au quotidien pour faciliter la vie des Mahorais.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...