100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Les doléances des parents d’élèves aux candidats à la députation

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Dans une lettre adressée à tous les candidats aux élections législatives, la fédération de conseils de parents d’élèves expose sa plateforme de propositions intitulée « L’école réinventée par ceux qui la vivent », complémentaire au projet éducatif porté depuis maintenant plusieurs années. Décryptage avec son président Haïdar Attoumani Said.

« Nous sommes sur le terrain depuis plus de 18 ans. » Créée le 17 avril 2004, la fédération de conseils de parents d’élèves porte d’une seule et même voix un projet éducatif en lien avec leurs attentes. À l’approche des élections législatives (12 et 19 juin), les militants interpellent les candidats en lice pour leur partager une plateforme de propositions intitulée « L’école réinventée par ceux qui la vivent ». « De manière globale, nos politiques parlent, mais ils ne connaissent pas la réalité », confie Haïdar Attoumani Said. À travers ce coup de pouce, le quinquagénaire espère mettre un coup de pied dans la fourmilière et faire en sorte que l’éducation soit la priorité des futurs parlementaires.

doleances-parents-eleves-candidats-deputation
Haïdar Attoumani Said est l’un des membres fondateurs de la fédération de conseils de parents d’élèves.

Parmi les principaux enjeux : le bien-être des progénitures ! « Au niveau des effectifs, nous sommes au-delà des normes européennes… », assure-t-il. Selon les chiffres officiels de l’académie pour la rentrée 2021-2022, le nombre moyen d’élèves par classe s’élève à 30.5 en maternelle et à 18.4 en élémentaire. « Est-ce que les enfants reçoivent la bonne instruction ? Est-ce que les enseignants ne sont pas surchargés », s’interroge tout de même l’habitant de M’Tsangamouji. Avec 7% de scolarisés supplémentaires par rapport à 2020 dans le 1er degré, la construction d’infrastructures reste en deçà des besoins exponentiels. « Il faut former dans de bonnes conditions les futurs hommes et les femmes qui vont prendre en mains l’avenir de Mayotte. »

Cantines scolaires : un décret de 1986

Autre préoccupation de taille : la généralisation des cantines scolaires, rendue pourtant possible à la suite d’un décret de décembre 1986. Son objectif à la base ? Permettre à tous les enfants de bénéficier d’un repas digne au sein de leurs établissements respectifs… « Trente-six ans plus tard, ce sujet est toujours autant problématique, sauf à Sada en raison des liens étroits entre le maire de l’époque, Mansour Kamardine, et Jacques Chirac », regrette Haïdar Attoumani Said. Ainsi, bon nombre d’élèves passent des journées entières le ventre vide, « un frein à une meilleure transmission du savoir ».

Toujours dans la même lignée, la FCPE souhaite faire de l’auto-suffisance alimentaire le défi de demain. Seul hic : l’île aux parfums ne dispose à l’heure actuelle que du seul lycée agricole de Coconi. « Nous avons beaucoup de jeunes qui aimeraient y poursuivre leur scolarité. Faute de places, ils sont obligés de s’exiler à La Réunion ou en métropole où ils se retrouvent alors perdus et esseulés », indique le président, en poste depuis novembre dernier. Ainsi, ce dernier propose que les élus des cinq intercommunalités conviennent de l’implantation d’une structure identique sur chacun des territoires.

REP+, internats d’excellence, …

Par ailleurs, Haïdar Attoumani Said revendique l’élargissement des réseaux d’éducation prioritaire renforcée à l’ensemble de l’île pour que tous les secteurs jouissent du même traitement (financier et humain), mais aussi la mise en place d’internats d’excellence à partir du collège afin de réduire les temps de trajets et d’éviter les blocages intempestifs (caillassages, violences, barrages, etc.). Enfin, la fédération n’oublie pas de sensibiliser à la question de l’accompagnement des élèves en situation de handicap ainsi que de la coopération éducative avec les pays voisins.

Une série de doléances à ne pas prendre à la légère du côté des candidats. « Nous sommes persuadés que vous saurez être attentifs aux exigences des parents d’élèves […]. Nous méritons les mêmes conditions de réussite que partout dans la République ! », conclut la lettre qui leur a été adressée le 20 mai dernier. Reste à savoir ceux qui répondront à la demande de rendez-vous émise par les adhérents pour échanger encore plus en détails sur ce sujet fondamental.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...