Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un plan de sécurisation pour rassurer les professionnels de santé

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Le plus grand désert médical du pays fait face à un manque criant d’attractivité et peine à fidéliser ses soignants. Notamment parce que les conditions de sécurité seraient insuffisantes pour 86 % d’entre eux. Face à ces constats, l’agence régionale de santé (ARS) souhaite mettre en place un plan d’actions pour offrir davantage de sécurité aux professionnels de santé.

« Pour les soignants, l’insécurité est le problème numéro un. 86 % d’entre eux évaluent négativement les conditions sécuritaires de l’île », assure Olivier Brahic, directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) de Mayotte, à l’origine d’une étude sur l’attractivité publiée en octobre dernier. Sur le territoire, la moitié des soignants envisageraient d’ailleurs de rester moins de trois ans sur l’île. Un turn-over qui s’accompagne de difficultés grandissantes pour attirer de nouveaux professionnels.

« En fin d’année 2022 – après les événements de novembre et les affrontements entre bandes qui ont été relayés par les médias en métropole – de nombreux soignants, qui devaient rejoindre le CHM, se sont désistés », souligne le directeur de l’ARS. Le tout dans un contexte déjà difficile pour les établissements de soins. L’île est en effet le plus grand désert médical du pays avec 86 médecins généralistes et spécialistes pour 100 000 habitants en 2021, contre 339 en métropole.

« Un frein au développement de l’offre de soins »

Dans le même temps, les agressions envers les soignants se multiplieraient. « Ce n’est pas propre à Mayotte, le phénomène est présent en métropole et ailleurs en outre-mer mais les professionnels de santé sont de plus en plus victimes de violences », poursuit le chef de l’ARS. Sur l’île, le cabinet dentaire de Chiconi a notamment été braqué par six personnes cagoulées, le 2 novembre dernier. Avant qu’un chirurgien ne soit agressé dans l’enceinte du CHM, dans la nuit du 21 au 22 janvier. « La sécurité est un des freins au développement de l’offre de soin », estime Olivier Brahic.

Pour limiter les violences, attirer de nouveaux soignants et freiner le turn-over, l’ARS a donc « fait de la sécurité une priorité ». En commençant par créer un comité composé du préfet de Mayotte, de représentants de la police et de la gendarmerie nationale mais également des services de l’État. Ensemble, ils ont défini un plan d’actions pour « sécuriser l’exercice des professionnels de santé. »

Un dispositif d’alerte grâce à un bracelet

Une expérimentation dans une zone de l’île vise ainsi à mettre en place un dispositif d’alerte. « L’objectif est que les professionnels puissent alerter et faire intervenir des forces de l’ordre en cas d’agression, grâce à un bracelet équipé d’un bouton. L’expérimentation aura lieu dans une zone qui n’a pas encore été définie. Nous pensons pour le moment au nord de l’île », souligne le directeur général de l’ARS. En parallèle, l’agence souhaite équiper les professionnels de santé qui effectuent des visites à domicile de films de protection, afin d’éviter que leurs pares-brises ou leurs vitres ne se brisent en cas de caillassages.

L’ARS prévoit également de mettre à disposition des forces de l’ordre une cartographie des zones à risque, en fonction des incidents remontés par les soignants. Une journée de sensibilisation à destination des nouveaux arrivants est également prévue ainsi qu’une formation aux situations violentes pour les professionnels de santé. « L’objectif est de leur donner les premiers réflexes », souligne Olivier Brahic. Enfin, il souhaite donner aux soignants accès à des numéros prioritaires pour contacter la police et la gendarmerie. Il prévient d’ailleurs : « il s’agit de premières actions qui pourront être complétées par la suite ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...