Retour à la compétition pour la ligue mahoraise de football

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Plus de sept mois après l’interruption de la saison 2020 liée à la crise sanitaire de la Covid-19, les footballeurs mahorais retrouvent le chemin des terrains en compétitions officielles ce week-end. Leurs dirigeants sont partagés entre enthousiasme et inquiétude.

Quelle reprise pour le football mahorais en cas de levée de l’état d’urgence sanitaire sur l’île avant la fin de l’année ? C’est la principale question qui a animé ses acteurs et spectateurs durant la longue période de pause, entre mars et septembre derniers. Durant ces sept mois d’attente, d’innombrables scénarios ont fleuri, notamment sur les réseaux sociaux. Et le 27 septembre en réunion de comité directeur, la Ligue mahoraise de football (LMF) a fini par trancher. « Réuni en urgence suite à la levée de l’état d’urgence sanitaire qui pesait sur notre département, [et] après avoir recueilli les avis des clubs sur les suites à donner à la saison 2020, le Comité de direction décide de ne faire jouer que les matchs de coupes de Mayotte et de France pour finir la saison 2020. » Exit les championnats de Mayotte 2020 ! À l’issue de la saison, la LMF n’attribuera aucun titre de champion, aucune promotion, et ne procèdera à aucune relégation.

Les championnats 2020 avaient été lancés début mars et pour les plus chanceux, deux matchs avaient pu être disputés avant la suspension des activités sportives et la mise en place du confinement sur le territoire. Deux journées de jouées sur une vingtaine de programmées : bien trop peu pour tirer des conclusions. Bien trop peu, pour couronner les différents clubs ou à l’inverser les évincer de leur championnat selon leur place dans le classement. Mais 2020 ne sera pas pour autant une saison blanche. Ce samedi à 14h30, les clubs entament le deuxième tour de la Coupe régionale de France. Sans les pensionnaires de Régional 1, la première division mahoraise, qui entreront en lice au troisième tour le samedi 24 octobre. Mais avec les équipes de R2, R3 et R4 tirés au sort vendredi dernier à la LMF.

« Nos licenciés avaient envie de rejouer »

« Les tirages au sort des huitièmes et quarts de finale de la Coupe régionale de France auront lieu le mardi 27 octobre à 14h. Toutes les rencontres des huitièmes seront jouées le samedi 31 octobre, tous les quarts de finale seront jouées le samedi 7 novembre. Le tirage au sort des demi-finales de la Coupe régionale de France aura lieu le lundi 9 novembre à 14h et les rencontres seront jouées le mercredi 11 novembre à 14h », informe la commission régionale sportive et des terrains de la ligue dans son procès-verbal. La finale de la CRF est prévue le samedi 21 novembre. Et désormais, le vainqueur de la Coupe régionale de France se qualifiera, non plus pour le septième mais pour le huitième tour de la Coupe de France ! « Le président Mohamed Boinariziki et l’ensemble du Comité de direction remercient le président de la Fédération française de football et l’ensemble du Comex pour cette décision tant attendue par le football, et pour laquelle nous avons beaucoup œuvré », note le comité de direction de la LMF.

En parallèle de la CRF se jouera la Coupe de Mayotte senior, avec des rencontres programmées les dimanche 18 et mercredi 21 octobre pour le premier tour, les samedi 14 et dimanche 15 novembre pour le deuxième tour, ou encore les samedis 5 et 12, et dimanches 6 et 13 décembre pour les différentes finales – Coupes de Mayotte senior, féminine, jeunes et entreprise confondues. Autrement dit, malgré l’absence de championnats, les matchs vont s’enchaîner pour les seniors. La reprise sur ce modèle est en tout cas une excellente nouvelle pour beaucoup de dirigeants de clubs, à l’instar de Rabrunot Randriamahanina, président du FC Chiconi. « En jouant le championnat, nous aurions empiété sur la saison 2021 : ça aurait été compliqué. C’est une bonne chose que la ligue ait pris cette décision, c’est plus judicieux et raisonnable de ne faire jouer que les coupes. Et nos licenciés sont contents parce qu’ils avaient envie de rejouer et ils vont pouvoir rejouer. »

« Aucun club ne serait en mesure de faire respecter les conditions de reprise »

Mais tous ne portent pas le même jugement. C’est le cas de Djamil Abdallah, qui était à la base favorable, lui aussi, à « oublier les championnats et ne jouer que les rencontres de coupes », pour notamment permettre à Mayotte d’être représenté en Coupe de France. Mais face à toutes les problématiques qu’ont provoqué et que continuent de provoquer la crise sanitaire, l’éducateur des équipes de jeunes à l’USCJ Koungou est aujourd’hui bien plus sceptique. Relevant, dans une lettre ouverte, l’ensemble des modalités de reprise imposées par la Jeunesse et sports État pour lutter contre un retour en force du virus, et soulignant par exemple l’impossibilité pour les clubs de contrôler la gestion du public, le bon respect par les spectateurs du port du masque et de la distanciation sociale, le dirigeant est persuadé qu’ « aucun club à Mayotte ne serait en mesure de faire respecter les conditions de reprise » fixées à la suite de l’arrêté de la préfecture ayant annoncé la levée de l’état d’urgence sanitaire.

Djamil Abdallah va plus loin, en déplorant de nombreuses décisions prises par la LMF dans le cadre de la reprise de ses activités. Il s’indigne par exemple de l’organisation des rencontres de jeunes les mercredis à 16h, « alors que nos gamins sont censés être en classe et que les éducateurs responsables des équipes de jeunes et les dirigeants accompagnateurs sont au travail ». Ou regrette l’organisation de rencontres seniors à 19h en semaine… « Les rencontres finiront tard dans la nuit : il y a un risque d’agression sur les routes au retour de nos licenciés, avec le phénomène de coupeurs de route que nous vivons ici. […] Nous sommes d’accord pour une reprise des compétitions mais pas au détriment de l’éducation de nos jeunes et à l’intégrité physique de ces derniers », ajoute-t-il, avant de trancher. « J’invite la ligue de Mayotte à la vigilance et demande au comité directeur d’annuler tout simplement cette reprise de compétitions officielles si les conditions ne sont pas réunies, et de préparer les clubs pour une reprise des compétitions en 2021. »

À la veille de la suite et fin de la saison 2020, il apparaît peu probable que les propositions de l’éducateur soient suivies. À moins d’un improbable rebondissement, joueurs et dirigeants des clubs de football mahorais honoreront leur convocation ce week-end et les semaines suivantes, avec la Covid-19 dans un coin de la tête pour les uns, et l’excitation de revivre de nouvelles émotions sportives pour les autres.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...

Carole Lambert : “Exister c’est se montrer, accepter qu’il y ait des films, des livres qui parlent de Mayotte”

Carole Lambert - dont le dernier long métrage est Gueule d’ange, avec Marion Cotillard - est la productrice du film Le destin de Mo,...

Un cluster à la mairie de Mamoudzou mène à la fermeture des services

La mairie de Mamoudzou n’est pas épargnée par les clusters qui se multiplient sur l’île. 5 agents ont contracté la Covid-19, ce qui a...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Protection de l’enfance : les professionnels de Mayotte face à Adrien Taquet

Pour sa deuxième journée, le secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles est allé à la rencontre des professionnels qui font face...