Publicités

“Bébés en danger” : un service néonatologie à bout de souffle réclame plus d’effectifs à Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Les infirmiers, aide-soignants, et auxiliaires de puériculture du service néonatologie du centre hospitalier de Mayotte ont manifesté ce jeudi devant l’hôpital. En sous-effectifs, ils déplorent des retards de recrutements et un risque pour la sécurité des patients.

Court débrayage, ce jeudi matin au centre hospitalier de Mayotte. Mais non moins critique. À l’appel du syndicat CFDT, les soignants du service néonatologie ont protesté quelques heures devant les portes de l’établissement pour dénoncer leurs conditions de travail, dans un service “en surcharge”.

Infirmiers, aide-soignants, et auxiliaires de puériculture souffrent du manque d’effectifs dans cette aile de l’hôpital, qui les conduit à effectuer des horaires à rallonge. Pire, certains n’ont pas posé de congés depuis plusieurs mois. “On est tous épuisés, certains n’ont pas pu prendre de vacances pendant toute l’année”, souffle une infirmière puéricultrice, en poste depuis déjà cinq ans. “Les chiffres sont importants, on tourne à 150%, voire 200% d’occupation.”

Un risque pour la santé des nouveaux-nés

Si la situation ne date pas d’hier, la crise sanitaire a porté un nouveau coup dur pour ces soignants en souffrance. Difficile, en effet, de recruter par temps de Covid-19, alors que plusieurs membres du service ont quitté leurs postes ces derniers mois. Le personnel restant se retrouve donc avec encore plus de bébés sur les bras. Littéralement.

“On a des ratios de patients par soignant qui dépassent le cadre légal. Entre un à deux de plus pour les soint intensifs et la réa, et peut-être trois ou quatre en médecine”, décrit cette soignante. Principale source de préoccupation pour le personnel, les impacts que cette surchauffe risque d’avoir sur les nouveaux-nés à leur charge. D’où leurs slogans tapageurs brandis sur le trottoir ce jeudi : “bébés en danger”, “soignants en danger = votre santé sacrifiée”, peut-on lire sur leurs banderoles. “On aime faire notre travail comme il faut”, résume sans faux semblant cette employée.

Perte de talents

Parmi leurs revendications, une plus grande flexibilité dans les contrats proposés. La politique du CHM, de ne proposer que des contrats d’un an, en aurait poussés plus d’un vers la sortie. “Des gens déjà formés et qui souhaitent rester seulement trois ou six mois de plus finissent par s’en aller. Derrière, soit les recrutements tardent, soit il faut reformer des gens”, déplore l’infirmière.

Contrats d’intérim relancés, recrutement en renforts d’auxiliaires de puériculture pour libérer le travail infirmier… Après une première réunion il y a trois jours avec la direction, quelques solutions ont déjà pu être proposées et de nouvelles recrues doivent arriver en renfort d’ici quelques semaines. Et le CHM planche sur des pistes pour rendre les contrats plus attractifs. Reste à savoir si tout cela suffira pour faire face à l’urgence. Et soulager enfin ces personnels à bout de souffle.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Carole Berthod, cheffe de mission océanographique : « Nous avons récolté des échantillons pour 5 à 10 ans d’études ! »

Dans la région, les missions scientifiques se suivent mais ne ressemblent pas. La dernière en date, la campagne océanographique SCRATCH, a sillonnée les eaux...

MaVilleMonShopping, une plateforme pour accroître la visibilité des entreprises mahoraises sur Internet

La plateforme de e-commerce dédiée au commerce de proximité arrive à Mayotte. Un dispositif qui doit permettre d'accélérer et d'accentuer la digitalisation des entreprises...

Sécurisation, communication, renouveau : le fil conducteur du nouveau directeur du SDIS976

Le colonel Olivier Neis, le nouveau directeur du Service départemental d’incendie et de secours de Mayotte, a pris ses fonctions en mars 2021, mais...

Se former à la conduite de travaux à Mayotte, un chantier d’avenir

Depuis le mois de juillet, la première promotion du diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST), spécialité conduite de travaux en éco-construction, a débuté...

Avec le parc Amina Oili, « Tsoundzou 1 est sur la bonne voie pour évoluer positivement »

Samedi dernier s'est déroulée l'inauguration du parc Amina Oili situé à Tsoundzou 1. Un investissement conséquent de plus de 2.5 millions d'euros pour la...