“Bébés en danger” : un service néonatologie à bout de souffle réclame plus d’effectifs à Mayotte

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Les infirmiers, aide-soignants, et auxiliaires de puériculture du service néonatologie du centre hospitalier de Mayotte ont manifesté ce jeudi devant l’hôpital. En sous-effectifs, ils déplorent des retards de recrutements et un risque pour la sécurité des patients.

Court débrayage, ce jeudi matin au centre hospitalier de Mayotte. Mais non moins critique. À l’appel du syndicat CFDT, les soignants du service néonatologie ont protesté quelques heures devant les portes de l’établissement pour dénoncer leurs conditions de travail, dans un service “en surcharge”.

Infirmiers, aide-soignants, et auxiliaires de puériculture souffrent du manque d’effectifs dans cette aile de l’hôpital, qui les conduit à effectuer des horaires à rallonge. Pire, certains n’ont pas posé de congés depuis plusieurs mois. “On est tous épuisés, certains n’ont pas pu prendre de vacances pendant toute l’année”, souffle une infirmière puéricultrice, en poste depuis déjà cinq ans. “Les chiffres sont importants, on tourne à 150%, voire 200% d’occupation.”

Un risque pour la santé des nouveaux-nés

Si la situation ne date pas d’hier, la crise sanitaire a porté un nouveau coup dur pour ces soignants en souffrance. Difficile, en effet, de recruter par temps de Covid-19, alors que plusieurs membres du service ont quitté leurs postes ces derniers mois. Le personnel restant se retrouve donc avec encore plus de bébés sur les bras. Littéralement.

“On a des ratios de patients par soignant qui dépassent le cadre légal. Entre un à deux de plus pour les soint intensifs et la réa, et peut-être trois ou quatre en médecine”, décrit cette soignante. Principale source de préoccupation pour le personnel, les impacts que cette surchauffe risque d’avoir sur les nouveaux-nés à leur charge. D’où leurs slogans tapageurs brandis sur le trottoir ce jeudi : “bébés en danger”, “soignants en danger = votre santé sacrifiée”, peut-on lire sur leurs banderoles. “On aime faire notre travail comme il faut”, résume sans faux semblant cette employée.

Perte de talents

Parmi leurs revendications, une plus grande flexibilité dans les contrats proposés. La politique du CHM, de ne proposer que des contrats d’un an, en aurait poussés plus d’un vers la sortie. “Des gens déjà formés et qui souhaitent rester seulement trois ou six mois de plus finissent par s’en aller. Derrière, soit les recrutements tardent, soit il faut reformer des gens”, déplore l’infirmière.

Contrats d’intérim relancés, recrutement en renforts d’auxiliaires de puériculture pour libérer le travail infirmier… Après une première réunion il y a trois jours avec la direction, quelques solutions ont déjà pu être proposées et de nouvelles recrues doivent arriver en renfort d’ici quelques semaines. Et le CHM planche sur des pistes pour rendre les contrats plus attractifs. Reste à savoir si tout cela suffira pour faire face à l’urgence. Et soulager enfin ces personnels à bout de souffle.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Bodo : un nouvel album 100% made in Mayotte

Roho qui signifie coeur est le titre du nouvel album de Bodo. Il sort ce vendredi 30 octobre et fera certainement parler de lui....

Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui...

Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...