100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Pour le Sénat, le système de soins de l’île aux parfums est « en hypertension »

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

La visite de quatre sénateurs français, début mars à Mayotte, a débouché sur l’élaboration d’un rapport sur l’offre de soins à Mayotte, publié le 27 juillet. Celui-ci pointe les nombreux retards en comparaison avec la métropole et recommande « de soutenir une structuration de l’offre de soins ».

À la date du 27 juillet, un rapport intitulé « Mayotte : un système de soins en hypertension » a été déposé au Sénat. Les quatre auteurs dressent un constat sans concessions sur les problèmes de santé que connaît l’île.

Sur quelle base s’appuie la publication du rapport du Sénat ?

La commission des affaires sociales du Sénat a envoyé quatre de ses membres visiter les structures de santé de Mayotte, du 1er au 4 mars. Une mission réalisée notamment à la demande du sénateur mahorais Thani Mohamed Soilihi (La République en marche). Catherine Deroche (Les Républicains), Laurence Cohen (Parti communiste), Jean-Luc Fichet (Parti socialiste) et Dominique Théophile (La République en marche) ont ainsi pu voir le centre hospitalier, l’agence régionale de santé, l’hôpital de Petite-Terre, des dispensaires, des pharmacies et des centres de dépistage. C’est à partir de leurs observations et d’études qu’ils ont pu écrire ce rapport.

À quoi servira cet écrit ?

Il s’agit d’un rapport d’information, il ne débouchera pas sur une loi. Cependant, il sera pris en compte dans l’élaboration de nouveaux textes ou de nouveaux amendements. Cinq recommandations sont d’ores et déjà notées, la première est de « soutenir la structuration de l’offre de soins à Mayotte et la montée en capacité du centre hospitalier de Mayotte et des structures de santé par un plan à horizon 2035 » (lire ci-dessous).

Est-il critique sur la situation ?

De nombreux problèmes ont retenu l’attention des sénateurs. Les chiffres d’une enquête Insee datant de 2021 figurent ainsi en bonne place. Il est rappelé que le taux de mortalité infantile est de 9.6 pour 1.000, contre 3.8 en métropole. « La malnutrition touche encore 10% des enfants de 4 à 10 ans », s’inquiète la délégation. L’obésité concernait, elle, 26% de la population en 2019.

« Territoire confronté à une extrême pauvreté, Mayotte connaît toujours des maladies infectieuses peu présentes au niveau national, comme l’hépatite A ou a vu des résurgences de choléra ou d’épidémies de fièvres typhoïdes », indique le rapport.

Au-delà des chiffres, quels problèmes sont soulevés ?

L’accès à l’eau est bien évidemment un enjeu majeur sur le plan sanitaire sur l’île. L’Insee estime à 29% la part des ménages sans eau courante. Le coût des soins pouvant également être un frein pour une partie de la population, « 45% des habitants de plus de 15 ans déclarent avoir dû renoncer à des soins en 2019 », pointait l’Insee en 2019.

Au niveau des infrastructures ou du personnel, le manque de lits (1.56 lit pour 1.000 habitants, contre 3.6 en métropole) au centre hospitalier, des services en sous-effectif, une maternité surchargée (qui pourrait dépasser les 12.000 naissances cette année) ou une médecine de ville « balbutiante » (390 professionnels libéraux exerçaient à Mayotte en 2021) n’ont pas échappé aux parlementaires.

L’évacuation récurrente de patients vers La Réunion est-elle une solution efficace ?

« La forte dépendance à La Réunion », dixit les sénateurs, se traduit en chiffre par un nombre de transferts qui atteint 1.452 en 2021, alors qu’ils étaient 500 en 2010 par exemple. Plusieurs cas nécessitent une évacuation sanitaire, dont « les tumeurs, les pathologies de l’appareil cardio-respiratoire, celles de l’appareil génito-urinaire, la natalité et la périnatalité pour des grosses pathologiques ou avec une analyse chromosomique nécessaire ».

La moitié des transferts se font de manière médicalisée. Pour le reste, les patients voyagent seuls (un tiers), voire accompagnés par un membre de leur famille ou de l’aide sociale.

Des points positifs se dégagent-ils ?

La création d’une agence régionale de santé propre à Mayotte, objet d’une visite, est l’un des points positifs retenus. « La structuration d’une nouvelle agence régionale de santé, qui n’avait rien de facile dans un temps réduit et face à une situation locale complexe et de nombreux défis de développement, semble une expérience réussie et saluée au niveau local », estiment les sénateurs.

L’installation d’une centaine de bornes sur le territoire, les investissements (192 millions d’euros promis par l’État) sur l’actuel hôpital et la future construction du second site à Combani sont aussi salués.

 

Cinq recommandations données par les sénateurs

Outre la structuration de l’offre de soins comme évoquée ci-dessus, le Sénat préconise de réaliser « les adaptations législatives et réglementaires pour mieux faire correspondre le droit applicable aux réalités du territoire ». La quatrième va dans le même sens et porte sur « la réalisation des engagements relatifs aux droits à l’assurance maladie ».

En troisième, il est demandé « d’assurer rapidement une capacité de recours programmés aux soins primaires et garantir dans les prochaines années une capacité de soins programmés en chirurgie ». Sur l’équipement, qui fait figure de dernière recommandation, la délégation sénatoriale encourage la multiplication des bornes fontaines sur le territoire afin d’y « assurer des points d’accès gratuit à l’eau potable ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...