Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« L’accès à des structures de soins doit être garanti pour tout le monde »

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Présente à Mayotte du 21 au 26 mai, le docteur Florence Rigal est venue soutenir ses équipes sur l’île. La présidente de l’ONG Médecins du monde s’alarme des atteintes au droit à la santé en lien avec l’opération Wuambushu, en cours depuis plus d’un mois maintenant.

lacces-a-des-structures-de-soins-doit-etre-garanti-pour-tout-le-monde
Les six salariés et la quarantaine de bénévoles interviennent davantage dans le nord du département de Mayotte, à Longoni et Dzoumogné.

Flash Infos : Est-ce votre première venue à Mayotte ?

Docteur Florence Rigal : Oui, c’est ma première fois. En Outre-mer, je suis allé auparavant en Guyane [elle a été élue présidente de Médecins du monde en juin 2022]. Je me suis déplacée à cause de la crise actuelle et de son retentissement sur la situation sanitaire. On suit ça à distance d’habitude. Là, c’était important de voir à quoi les équipes sont confrontées.

F.I. : Qu’est-ce qui vous a frappé concernant la situation sanitaire sur l’île ?

Dr F.R. : Elle est préoccupante. Au niveau des structures, il y a des manques bien sûr. Il y a trois à cinq fois moins de médecins qu’en métropole. Aujourd’hui, la question est donc comment on fait en sorte que tout le monde puisse accéder aux soins.

F.I. : Comment Médecins du monde et les autres organisations médicales tentent de limiter les risques ?

Dr F.R. : L’ONG intervient en France depuis 1986. Il y a en tout 55 programmes qui y sont développés. On est présents à Mayotte depuis 2009, plutôt dans le nord du département, à Longoni et Dzoumogné, via un travail de médiation et d’accompagnement. Une attention est portée sur les femmes enceintes et les mineurs.

Quelle incidence a l’opération Wuambushu sur vos activités ?

Dr F.R. : Nos équipes avaient des inquiétudes avant l’opération, puisqu’elles ne croisaient plus une partie des patients. Ils n’osent plus sortir de peur de se faire arrêter. Pour donner un exemple, on a une file active d’habitude de 170 personnes, elle est de 80 personnes en ce moment. Cela veut dire que les autres refusent d’aller se faire soigner. On retrouve de l’hypertension, des pathologies chroniques, des maladies qui nécessitent pourtant un suivi. Ça joue aussi sur les effectifs, en plus des six salariés, une quarantaine de bénévoles les aident. Certains ne veulent plus sortir, quatre ont d’ailleurs été expulsés.

F.I. : La crispation politique autour de l’immigration rend-elle le travail plus compliqué avec les élus et l’État ?

Dr F.R. : Nous n’avons pas rencontré le préfet de Mayotte. En revanche, on a eu un rendez-vous avec l’Agence régionale de santé. On leur a demandé de faire passer un message en tant qu’autorités sanitaires sur l’île. Il est primordial qu’il y ait un accès aux soins. On a aussi rencontré les soignants, qui nous ont fait part de leurs difficultés.

F.I. : Comme des professionnels de santé sur l’île, vous vous êtes inquiété du blocage des dispensaires. En quoi est-ce aussi important ?

Dr F.R. : L’accès à des structures de soins fait partie des fondamentaux de Médecins du monde. C’est une chose qui fait sens. Il doit être garanti pour tout le monde et sans conditions. Ce n’est acceptable que des patients ne puissent pas accéder à un centre de soins pendant trois semaines. J’ai appris que les blocages étaient terminés ces derniers jours.

 F.I. : Mayotte est aussi confronté à la crise de l’eau. En quoi, peut-elle aggraver la situation sanitaire ?

Dr F.R. : Bien sûr. 30% de la population n’a pas accès à l’eau potable. C’est évidemment quelque chose pour être en bonne santé. La crise de l’eau peut aggraver les tensions sur place. Il faut que cela reste organisé.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...