Chez Mayobio, itinéraire d’un test antigénique en seulement 15 minutes

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Depuis jeudi dernier, un nouveau centre de dépistage mis en place par le laboratoire privé Mayobio, situé en face de Distrimax à Kawéni, a ouvert ses portes à toute la population. Sa particularité : il propose des tests antigéniques gratuits et sans rendez-vous ! Et surtout un résultat dans les 15 minutes après un prélévement naso-pharyngé. Alors concrètement, comment cela fonctionne-t-il ? « Lorsque quelqu’un s’enregistre à l’accueil, son orientation dépend d’un logigramme », introduit Pierre-Emmanuel Bonnave, biologiste.

Cette nouvelle méthode s’adresse en priorité aux moins de 65 ans présentant des symptômes inférieurs à 4 jours et aux asymptomatiques souhaitant réaliser un dépistage classique. À la différence des personnes âgées à risques (cardiaques, diabétiques, pathologie respiratoire) ou avec des symptômes supérieurs à 4 jours, mais aussi des cas contacts de Covid+ qui, eux, doivent suivre la voie classique, à savoir le test PCR. Mais pourquoi une telle différenciation ? Si « l’antigénique a une sensibilité excellente », il présente « un doute de 3-4% », confie Didier Troalen, également biologiste. En d’autres termes, il offre moins de garanties et de fiabilité que l’autre dispositif puisqu’il recherche les protéines produites par le virus tandis que son compère traque le matériel génétique.

Soit. Mais son utilisation demeure en ce sens une véritable révolution, alors que la deuxième vague se fait toujours attendre. « Nous gagnons un jour, c’est toujours cela de pris quand nous voulons casser les chaînes de transmission », assure Florine Clavier, responsable du service de veille et sécurité sanitaire de l’agence régionale de santé. Un gain de temps non négligeable qui se justifie par une simple et bonne raison : il suffit de verser 5 gouttes sur le TROD (test rapide d’orientation diagnostique) sur lequel apparaît une ou plusieurs petites barres rouges pour indiquer si le prélevé est porteur du Covid-19 ou non. « S’il est positif, nous pouvons directement lui rappeler les mesures sanitaires à adopter, comme l’isolement, et lancer le contact tracing. »

En recevant 800 tests antigéniques de la part de l’ARS, Mayobio peut appréhender les prochains jours avec sérénité. « L’objectif est d’avoir une idée des volumes sur une ou deux semaines et permettre au laboratoire de devenir autonome en termes d’approvisionnement », ajoute Florine Clavier, ravie de cette nouvelle offre de dépistage sur le territoire. Qui peut être également appliquée par les équipes mobiles de l’ARS, comme ce fut le cas récemment à Ouangani, Barakani et Chiconi ou encore par des libéraux sur des zones très ciblées.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...