Après huit mois d’activité réduit, Ewa Air peine à redécoller

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Entre les tests négatifs demandés aux passagers par certains pays de destination, et le revirement de Madagascar sur la reprise des vols régionaux le 29 octobre prochain, la compagnie mahoraise peine à reprendre ses activités. Cette semaine, trois vols sont prévus au départ de Mayotte.

Difficile de remettre les gaz. Après presque huit mois d’activité quasi inexistante, la compagnie mahoraise Ewa Air a enfin pu opérer un vol commercial ce samedi, le premier depuis le mois de mars. En tout, 45 passagers ont embarqué dans l’ATR, direction Dar Es Salam. Au retour, l’appareil a volé à vide, étant donné la faible demande des voyageurs en sens inverse – une situation assez habituelle même en dehors du contexte de pandémie. Le prochain vol, qui aura lieu ce samedi, devrait repartir avec plus de passagers, pour la plupart des Mahorais de retour sur le territoire.

Mais dimanche, c’est la douche froide, pour la petite compagnie qui effectue surtout des trajets régionaux. Alors que l’État malgache a enfin levé l’état d’urgence sanitaire dans l’île voisine, son président Andry Rajoelina a déclaré au même moment renoncer à la réouverture des vols régionaux, prévue initialement le 29 octobre prochain. Le dernier vol de rapatriement à destination de la Grande Île décollera le 1er novembre. Désormais, seule Nosy Bé pourra continuer d’être desservie par les avions d’Ewa. “Cette décision va peser sur la compagnie, car Diego comme Majunga sont des destinations prisées pour nous. Donc nous n’opérons qu’une destination sur trois”, déplore Ayub Ingar, son directeur.

Etat d’urgence sanitaire

La raison de ce volte-face : la situation sanitaire toujours fragile dans les pays de l’océan Indien. Et Mayotte a peu de chance de bénéficier d’un passe-droit, même si le département reste pour l’instant plutôt épargné par la deuxième vague de Covid-19. Après à peine un mois de répit, le territoire est à nouveau passé sous état d’urgence sanitaire, à l’instar du reste du pays, frappé lui par une recrudescence de cas.

Heureusement, Ewa Air avait préféré jusque là jouer la carte de la prudence, malgré les annonces d’une réouverture prochaine des frontières. “Nous n’avions pas encore ouvert les réservations et bien nous en a pris ! Je pars du principe de ne pas relancer les vols tant que je n’ai pas reçu d’information officielle”, précise Ayub Ingar.

10% de l’activité normale

Reste que cette annonce ne fait pas les affaires de la compagnie, dont la reprise des activités est ainsi presque stoppée en plein vol. Pour l’instant, Ewa Air devra donc se contenter de ces quelques trajets hebdomadaires à destination de la Tanzanie ou de Nosy Bé. Cette semaine, deux vols vers l’île malgache sont ainsi prévus, un jeudi et un vendredi, en plus du vol de samedi vers Dar Es Salam. “D’ici la fin de l’année, on mise sur un maximum de 10% de notre activité normale”, poursuit le directeur.

L’épineuse question des tests

Avec une condition, cependant : les tests Covid, qui, s’ils ne sont pas demandés par l’État tanzanien, demeurent une obligation pour les passagers à destination de Nosy Bé. Ces derniers doivent effectuer le test PCR 72h avant leur vol. Le directeur d’Ewa Air s’est donc entretenu avec l’ARS pour s’assurer des stocks disponibles et pour discuter des éventuelles alternatives, comme le test antigénique. Réputé moins fiable, ce procédé technique doit en théorie permettre de désengorger les laboratoires, et permet d’obtenir un résultat en 30 minutes maximum. Encore faut-il que les différents pays de destination les acceptent, ce qui n’est pas encore le cas pour Madagascar. “Pour l’instant, nous avons eu la garantie que tous les voyageurs du vol de jeudi pourront effectuer le test PCR, mais nous ne sommes pas encore certains pour le vol de vendredi. J’ai donc aussi contacté le laboratoire privé”, explique Ayub Ingar. Si jamais les tests venaient à manquer, le vol pourrait être décalé. De son côté, l’ARS assure tout mettre en oeuvre pour garantir les stocks pour tous les passagers.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...