100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Crêpage de chignon autour de l’événement Miss Mayotte

À lire également

Larissa Salim Bé, une miss qui excelle

Elle a été élue le 31 octobre à Ouangani. Larissa Salim Bé est la nouvelle miss excellence Mayotte et a tout pour plaire. Elle...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Département de Mayotte : Un dernier vœu et puis s’en va pour le président Soibahadine

Ce jeudi 14 janvier, le président du Département, Soibahadine Ibrahim Ramadani, a adressé ses vœux à la population, et plus particulièrement aux officiels du...

Miss Excellence France 2021, Larissa Salim Bé a ramené la couronne à la maison

Son retour à Mayotte était très attendu. Larissa Salim Bé, fraîchement élue Miss Excellence France 2021, est rentrée sur son île natale ce mercredi...

L’événement n’en finit plus de faire jaser. Alors que la prochaine Miss Mayotte sera élue le 7 novembre, une jeune association culturelle, Model Agency Mayotte, à demander à Sylvie Tellier, directrice des Miss, de lui confier l’organisation de Miss Mayotte, dont l’actuel comité est accusé de plusieurs irrégularités qui ternissent selon elle l’image du rendez-vous, et avec elle, de l’île.

À chaque nouvelle édition, son lot de problèmes. La successeur d’Éva Labourdère en tant que Miss Mayotte sera élue dans moins de trois semaines, et déjà, le concours, comme à son habitude, attise quelques tensions. En atteste un courrier envoyé lundi par Model Agency Mayotte à Sylvie Tellier, directrice générale de Miss France. Une missive qui demande tout bonnement le transfert de l’organisation de l’événement à l’association culturelle.

Alors que ses détracteurs accusent le comité Miss Mayotte de piloter l’élection et de recruter ses candidates depuis La Réunion, où vit son gérant, la lettre pointe du doigt d’autres « incidents » et « difficultés » qui émaillent, depuis plusieurs années le sérieux et le prestige des sélections locales pour Miss France. « Notamment, cela s’est traduit par une difficulté à recruter des candidates de moins en moins nombreuses à souhaiter s’engager et le retrait de partenaires publics importants, dont le Département à travers le comité départemental du tourisme », a pointé du doigt Model Agency  Mayotte. Le marqueur le plus fragrant de ces difficultés a sans doute été l’absence de Miss Mayotte 2018, Ousna Attoumani, à l’élection de Miss Mayotte 2019, qui a suscité l’incompréhension de la population (pourtant jusque-là soutien inconditionnel de l’événement) et écorné l’image de cette belle communion. Une communion néanmoins chaque année remise en question, puisque régulièrement, les candidates mahoraises ne sont pas jugées suffisamment… mahoraises.

Un changement pour 2021 ?

Aussi, « las des dissensions internes », de nombreux acteurs de l’organisation ont, depuis plusieurs années, « été écartés ou se sont retirés » tour à tour, jusqu’à la dissolution de l’association de support local de l’événement, qui a permis l’arrivée d’une nouvelle structure organisatrice « dans des conditions pour le moins opaques », est-il encore jugé. « L’élection de Miss Mayotte s’était déroulée dans une atmosphère quasi-confidentielle, sans la ferveur populaire qui l’accompagnait autrefois. Pour autant, en marge de ce contexte, nous avons poursuivi notre investissement localement autour du concept Miss Mayotte. » Ainsi, Model Agency, fondé notamment par les photographes officiels de Miss Mayotte 2019 et 2020, sollicite un partenariat avec la direction générale de Miss France pour « contribuer à lui redonner l’envergure territoriale » que mérite l’élection et demande, entre les lignes, d’en avoir la charge dès 2021, à l’occasion de la 21ème édition de l’événement local.

Contacté par la rédaction, Franck Servel, délégué régional de Miss Mayotte, n’a pas souhaité, pour l’heure, répondre à nos questions, expliquant que l’affaire était déjà « entre les mains d’avocats ». Quoi qu’il en soit, les cinq candidates en lice s’affronteront le soir du samedi 7 novembre, en direct sur Mayotte La 1ère. Un événement mis en scène par Laura Tréves, chorégraphe de l’édition nationale pendant 10 ans, et présenté par Maeva Schublin, Miss Mayotte 2004. Si la situation sanitaire le permet, l’élection de Miss France devrait se tenir le samedi 12 décembre. Une nouvelle occasion de faire rayonner Mayotte, et peut-être, pour la première fois, de décrocher le titre tant convoité.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...