100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Le Quartier Gourmand, le restaurant marocain qui réveille les papilles

À lire également

Chez Wam, la nouvelle adresse gastronomique de l’aéroport de Mayotte

Samedi, Farida inaugurait son restaurant dans l'un des farés de l'enceinte de l'aéroport. Une nouvelle adresse qui vient augmenter l'offre de restauration de ce...

Vous rêvez d’un bon couscous, d’un tajine ou de pâtisseries maghrébines ? Il n’y a désormais qu’une seule adresse à Mayotte pour satisfaire ces envies. Situé à Mamoudzou, le restaurant marocain Quartier Gourmand propose une série de mets qui vous emmènent au Maroc.

Caché par un arbre, au détour d’une ruelle reliant la rue du commerce et M’gombani, le restaurant Quartier Gourmand, également appelé « Le QG », a tout pour plaire aux plus gourmands. Les différentes odeurs qui émanent de la cuisine laissent deviner les douces saveurs des plats préparés. Couscous, tajine, pain marocain, pâtisseries orientales… C’est une véritable évasion culinaire que propose Amina, la gérante, derrière les fourneaux toute la journée. Originaire du Maroc, elle a voulu faire découvrir les spécialités de son pays, souvent copiées, mais jamais égalées ! « Par exemple pour le couscous, je passe des heures à préparer la semoule et les raisins secs à la vapeur, pour qu’ils soient moelleux », explique-t-elle. On est loin des conseils de préparation donnés sur les boîtes vendues dans la grande distribution.

Et les palets, même les moins exigeants, sentent la différence. Plus tendre, la semoule fond en bouche… Cette façon de cuisiner conquit les clients qui raffolent tous du couscous d’Amina. Il s’agit du plat le plus vendu depuis l’ouverture du restaurant. « Je viens pratiquement tous les jours depuis l’ouverture. J’adore le couscous ! J’en ai déjà mangé ailleurs à Mayotte, mais c’est ici que je retrouve les vraies saveurs », clame Noussra, une habituée. Dans ce restaurant intimiste et chaleureux, il y en a pour tous les goûts. La gérante travaille avec une commis de cuisine mahoraise qui l’aide à préparer les recettes traditionnelles du 101ème département. Mariée à un Mahorais, Amina a souhaité élargir sa clientèle et représenter les deux cultures de ses enfants. « C’est un concept innovant, on peut manger marocain et mahorais à la fois. Cela me permet de découvrir de nouvelles spécialités », se réjouit Djayda, une cliente.

Des ingrédients difficiles à trouver

La gastronomie marocaine requière des exigences auxquelles Amina essaye de répondre à Mayotte, territoire de tous les défis, même en cuisine. « J’ai du mal à trouver des amendes pour le tajine… Avoir des légumes frais est aussi une vraie difficulté », admet-elle. Alors parfois, elle est obligée de cuisiner avec des surgelés. « Je n’aime pas faire ça, mais je n’ai pas le choix. Chez nous, tout est frais. Et les légumes doivent être découpés d’une certaine manière. » Malgré cela, les clients ne lui en veulent pas, ils ne remarquent même pas la différence. « Ce sont des légumes surgelés ? Cela n’a pas le même goût quand je les prépare chez moi ! » s’étonne Siriny, une autre cliente.

Le bouche à oreille et les réseaux sociaux

Ouvert il y a tout juste une semaine, le Quartier Gourmand fait déjà sensation, principalement grâce au bouche à oreille. Une stratégie qui a fait ses preuves depuis des centaines d’années. La grande majorité des clients qui se rendent au QG ont été conseillés par un proche. « On a vu une story sur les réseaux sociaux d’une personne qui était venue et qui a recommandé l’adresse », indique Siriny. « Un ami m’en a parlé et m’a dit de venir manger ici », assure Noussra. Un constat qui pousse les gérants à redoubler d’effort. « Nous sommes en train de créer nos pages sur les réseaux sociaux car c’est comme cela que ça marche maintenant », annonce Nakib Subra, le conjoint d’Amina. Les deux sont confiants, leur affaire a tout pour réussir malgré le contexte sanitaire qui impose des restrictions aux restaurateurs. « Même si les gens mangent sur place, certains préfèrent prendre à emporter, mais cela ne nous inquiète pas. Logiquement, cela devrait fonctionner parce qu’il n’y a pas de restaurant Marocain en Grande-Terre », rappelle Nakib Subra. Cerise sur le gâteau, l’établissement propose également des après-midis gourmands où l’on peut déguster des pâtisseries marocaines, accompagnées de thé marocain pour réchauffer les coeurs et faire oublier la grisaille.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/