L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Océan Indien : Vers une prochaine intégration de Mayotte dans la Commission ?

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

L’Assemblée nationale n’examinera pas, ce mercredi 25 janvier, un accord relatif à la Commission de l’océan Indien. Il s’agit d’une première victoire pour les partisans d’une Mayotte siégeant au sein d’une instance dont elle a toujours été exclue en raison du conflit politique avec les Comores.

ocean-indien-vers-prochaine-integration-mayotte-dans-commission
La lettre de Jean-Louis Bourlanges, le président de la commission des Affaires étrangères, adressée à Catherine Colonna, la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Les parlementaires mahorais n’ont pas caché leur désapprobation ces dernières semaines, quand le gouvernement français a mis à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale l’examen de l’autorisation d’approbation de l’accord international portant révision de l’accord général de coopération entre les États membres de la Commission de l’océan Indien (COI). Sous ce nom pompeux, le texte prévoit d’élargir largement les compétences de la COI (voir encadré). La démarche pourrait s’avérer intéressante puisqu’elle permettrait à d’autres projets de naître à l’échelle régionale. Sauf qu’il reste un problème de taille, puisqu’il manque toujours au sein de ladite commission le département mahorais. En effet, créée en 1982, celle-ci inclut l’Union des Comores, la France au titre de La Réunion, Madagascar, Maurice et les Seychelles. Mayotte, sur fond de conflit politique avec les Comores, n’est toujours pas admise à la table. Députés et sénateurs de l’île, de tous bords, dénoncent depuis des années cette situation. C’était encore le cas d’Estelle Youssouffa, députée de la première circonscription de Mayotte, le 11 janvier, en commission des Affaires étrangères.

La décision de la part du gouvernement français de retirer le texte de l’ordre du jour, ce mardi 24 janvier, a donc été bien accueillie par les représentants de l’île aux parfums. « Je me félicite de cette décision de sagesse qui va permettre d’ouvrir des échanges entre les élus de Mayotte et le Ministère des affaires étrangères sur l’intégration régionale de Mayotte et sur l’actualisation du « plan d’action pour la reconnaissance internationale de Mayotte française » que j’ai négocié en septembre 2020 », a réagi ainsi Mansour Kamardine, l’élu de la deuxième circonscription.

Soutien du président de commission

Les Mahorais ont reçu, en outre, un renfort de poids par l’intermédiaire de Jean-Louis Bourlanges (Modem). Le président de la commission des Affaires étrangères et député des Hauts-de-Seine s’est fendu d’une lettre à Catherine Colonna, la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, datée du 13 janvier. « Il est permis de comprendre l’amertume de nos compatriotes mahorais, déjà éprouvés, qui se voient exclus des projets de coopération et de développement portés par la COI, alors que ceux-ci sont financés en grande partie de l’Union européenne et par l’Agence française de développement (AFD) et que la France contribue à hauteur de 40% au budget de l’organisation », a écrit le parlementaire.

Il réfute l’argument d’« une association au cas par cas de l’île à certains projets de la COI » et demande des éclaircissements à la ministre sur la question de l’intégration du territoire mahorais dans l’instance. « Mes collègues et moi serons heureux de connaître votre pensée sur ce sujet. Nous souhaiterions également être pleinement informés de la démarche que le Gouvernement entend prendre pour que Mayotte se voie reconnaître sa juste place dans ce forum de coopération », réclame-t-il.

Un accord qui doit élargir les compétences de la COI

Jusque-là, seuls la diplomatie, l’économie et le commerce, l’agriculture, ainsi que les sciences et l’éducation étaient du domaine de la Commission de l’océan Indien. Le nouvel accord, décidé en 2020, doit permettre un élargissement à « quatorze champs d’action » : la diplomatie ; la paix, la stabilité, la gouvernance et l’État de droit ; la défense des intérêts insulaires ; la coopération économique et commerciale ; la coopération dans le domaine de l’agriculture, de la conservation des ressources et des écosystèmes ; l’économie bleue ; la coopération dans le domaine culturel, scientifique, universitaire et éducatif ; la coopération juridique et en matière de justice ; la sécurité alimentaire et sanitaire ; la sécurité maritime et la lutte contre la criminalité transnationale organisée ; la connectivité aérienne, maritime et numérique pour le rapprochement des peuples ; le changement climatique ; la protection civile ; la circulation des personnes et des biens dans l’espace de la COI.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....