L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Macron l’emporte à Mayotte avec 57,15 % des voix

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Emmanuel Macron est devenu dimanche soir le 8ème président de la Vème République battant ainsi la candidate du Front national Marine Le Pen. Il a été élu au niveau national avec 65,8 % des suffrages contre 34,2 % pour son adversaire.

À Mayotte l’ancien ministre de l’Économie a remporté le second tour avec 57,15 % des voix. Marine Le Pen se hisse tout de même en tête dans certaines communes comme Bandrele, Kani- Keli, Tsingoni ou encore Boueni où elle a obtenu plus de 60 % des votes dans cette dernière commune citée.

 

La place de l’ancien marché à Mamoudzou hier était le lieu d’une liesse populaire rassemblant plusieurs centaines de personnes au moment de découvrir le nouveau visage du président de la République. De nombreux jeunes étaient venus célébrer la victoire d’Emmanuel Macron qui a gagné le second tour de l’élection devant Marine Le Pen. L’ambiance n’était pas la même dans les communes du sud comme Bandrele, Kani-Keli ou Boueni où les habitants ont majoritairement voté pour Marine Le Pen. Cette dernière a même choisi le leader de l’extrême droite à 65,63 %. Un résultat qui s’explique par le contexte dans lequel se trouvent ces villages du sud de l’île. Bastions des mouvements d’expulsions arbitraires des immigrés des mois d’avril et mai 2016, une grande partie de leurs habitants a donc fait le choix du vote Le Pen pour ce scrutin. Cette dernière avait été reçue en grande pompe à Mayotte l’année dernière lors de sa campagne électorale. L’engouement populaire autour de la candidate frontiste s’est ainsi confirmé dans les urnes puisqu’elle a remporté 42,85 % des voix soit environ 8 points de plus qu’au niveau national. L’abstention reste localement le grand vainqueur de cette élection Si Emmanuel Macron a été élu avec un écart conséquent, l’ancien banquier de chez Rothschild n’a néanmoins pas obtenu un plébiscite comme celui qu’a récolté Jacques Chirac en 2002 quand il avait battu Jean-Marie Le Pen avec un peu plus de 80 % des voix. La faute en majeure partie à l’abstention qui était lundi soir à 19h15 de 25,3 % au niveau national contre 54,25 % à Mayotte. Ainsi moins d’un électeur mahorais sur deux a fait le déplacement hier pour aller voter. Des chiffres qui confirment le faible enthousiasme dans l’île pour glisser son bulletin dans l’urne lors des élections présidentielles puisqu’en 2012 ce taux d’abstention était d’environ 48 %. L’abstention a même progressé d’à peu près 6 points. Ces résultats confirment le peu d’intérêt que porte la majorité des Mahorais au scrutin présidentiel qui préfère plutôt se mobiliser pour les élections locales et législatives. Quant aux votes blancs et nuls, au niveau national son taux est d’environ 9 % ce qui représente 12 % des votants. À Mayotte, près de 5 % des électeurs qui se sont rendus dans leur bureau de vote n’ont pas voulu choisir entre les deux candidats. À présent, le nouveau président va devoir réunir autour de lui une majorité. Une tâche ardue au vu du positionnement d’Emmanuel Macron classé au centre dans l’échiquier politique. Il va devoir ainsi jouer le grand écart pour attirer les électeurs de gauche comme de droite autour des candidats qu’il présentera pour les élections législatives.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...