100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Le président d’Interco’ Outre-mer reçu en grande pompe à Mayotte

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Sur l’invitation de la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou, Maurice Gironcel, le président d’Interco’ Outre-mer, est venu rencontrer les acteurs de terrain du 101ème département. Préfecture, conseil départemental et bien évidemment, communautés de communes, ce tour d’horizon devrait permettre à l’île d’être mieux représentée auprès de Paris et de l’Europe.

Sa première visite officielle à Mayotte s’est achevée ce mercredi. Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et surtout président d’Interco’ Outre-mer, est venu, sur invitation de la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou, rencontrer les acteurs de terrain locaux afin de mieux comprendre la façon dont se décline le rôle des intercommunalités sur le territoire. « Ce fut un séjour très dense et très riche ! », salue-t-il au lendemain de son départ.

Et pour cause, en seulement quelques jours de déplacement, Maurice Gironcel a pu échanger avec Thierry Suquet, nouveau préfet de Mayotte, et Ben Issa Ousseni, président du conseil départemental. S’agissant de ce dernier, « nous lui avons expliqué l’intérêt de l’intercommunalité dans les Outre-mer », retrace le maire réunionnais. « Elles prennent de plus en plus d’importance dans le développement économique du territoire, alors nous devons faire en sorte que dès le départ, les intercos soient parties prenantes des discussions et des orientations de nos différents territoires pour travailler de concert avec l’État, les départements et régions, et l’Europe. »

Mais alors, pourquoi les représenter sous un groupement commun aux cinq départements d’outre-mer ? « Quand on ira discuter avec les pouvoirs publics nationaux et européens, on pourra parler d’une seule et même voix », défend encore Maurice Gironcel. « Si chacun vient avec son petit projet, il pourrait y avoir une certaine tentation de jouer la division. » D’où l’intéret d’un porte-voix global, à la façon de l’association des maires de France.

Transports divers et variés

Une méthode face à laquelle le préfet de Mayotte se serait montré très sensible, selon le président d’Interco’ Outre-mer. « Il a été très attentif, notamment en matière économique, environnementale, et sur la question de la mobilité et des transports. » Un dernier sujet qui a par ailleurs fait l’objet de « très longues discussions avec la Cadema », aussi bien en terme de transports des personnes que des marchandises, et ce par voie maritime. « Avec les embouteillages que connaît Mayotte, il y a une sérieuse piste à creuser ! », envisage Maurice Gironcel, qui salue par la même le travail mené par la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou concernant le déploiement de panneaux solaires.

« À Mayotte, les intercommunalités sont jeunes », rappelle le premier magistrat de Sainte-Suzanne. « Pourtant, des choses déjà très concrètes se mettent en place », à l’image du projet de hall de pêche à Dzaoudzi-Labattoir, dont les travaux, lancés par la communauté de communes de Petite-Terre, se chiffrent à 1.6 million d’euros. « C’est tout l’enjeu de cette visite : sensibiliser les intercos, comprendre comment elle travaille pour restituer au mieux à Paris et à l’Europe les spécificités des territoires ultramarins, de nos retards certains mais aussi de nos fils communs. » Alors, au travail !

Crédit photos : Conseil départemental de Mayotte

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Piste longue : la solution en remblai-digue privilégiée

La direction générale de l’aviation civile vient de publier une plaquette intitulée « Remblais ou pilotis » qui compare les solutions envisagées pour la construction de...

Un petit pas pour Mayotte, un grand pas pour le droit du travail

Mardi 18 janvier, les premiers conseillers prud'homaux de Mayotte ont prêté serment devant le président du tribunal, Laurent Ben Kemoun, et le procureur de...

Gendarme renversé : un individu en garde à vue, deux autres à l’hôpital

Lundi soir, vers 21h, lors d’un contrôle lié au couvre-feu à Chirongui, un véhicule a foncé sur un gendarme de 25 ans. Plaqué sur...

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...