100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le Département « à pied d’œuvre pour porter inlassablement la voix de Mayotte »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Ce mardi après-midi, c’était au tour du conseil départemental de Mayotte de se prêter au jeu de la cérémonie des vœux. Réalisé pendant deux années virtuellement, l’événement s’est déroulé sur le parking du cinéma Alpa Joe à Mamoudzou, « un véritable symbole du renouveau d’un équipement très attendu. Je ne pouvais manquer ce clin d’œil au 7e art », note le président du conseil départemental en préambule. Après un temps de retrouvailles, Ben Issa Ousseni a recensé les projets passés et futurs du territoire. 

C’est un constat, l’année écoulée a été marquée par un haut niveau de violence. « Avec cette violence quotidienne, l’attractivité du territoire s’en trouve affectée », se désole le président. Face à cela, le Département continue d’agir notamment sur la question des transports scolaires, avec un budget de 43 millions d’euros annuels consacrés à ce dossier. « Parce que nul ne peut accepter de laisser quelques fauteurs de troubles terroriser les élèves, les chauffeurs ou endommager les matériels de transports », déclare l’élu.  

La question des déplacements et de la mobilité sur le territoire est également au cœur des préoccupations. « On ne peut pas accepter que les habitants mettent trois à quatre heures pour se rendre au travail quotidiennement », souffle le chef de la majorité départementale, qui a lutté un bon moment sans ses lunettes pour lire son discours. Les projets pour résoudre cette problématique sont nombreux. En effet, les dossiers évoqués portent sur les gares maritimes, le contournement de Mamoudzou par le haut ou encore le déploiement du Caribus à l’échelle du territoire de la Cadéma (Communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou). En plus de ces projets, vient s’ajouter le sujet de la déconcentration du lieu de travail dans le chef-lieu, toutes ces perspectives « sont autant de pistes qui doivent avancer de façon très concrètes », confirme le président.  

Pouvoir d’achat et Jeux des Iles 

En 2022, le pouvoir d’achat des Mahorais(e)s a été l’une des thématiques travaillées par le conseil départemental. « Nous avons agi concrètement pour le pouvoir d’achat des habitants de l’île », explique Ben Issa Ousseni. Cela s’est traduit par notamment la réduction appliquée sur les prix de l’essence. En complément, la fiscalité départementale a été diminuée depuis le 1e décembre, pour une durée de six mois. « Cette mesure est renouvelable une fois, pour une durée de six mois supplémentaires », ajoute-t-il.  

Au cours de l’année passée, Mayotte s’est également positionnée en tant que candidate à l’organisation à la douzième édition des Jeux des îles de l’océan Indien pour 2027 (Retrouvez le numéro 1023 du Mayotte Hebdo sur ce sujet). Ce grand moment sportif pour la région est, pour Ben Issa Ousseni, « un formidable accélérateur du développement de nos équipements et infrastructures ». L’accueil de ces jeux, représenterait un « véritable levier » et une mise en avant du « mouvement sportif » de l’île. Le dossier de candidature devait d’ailleurs être bouclé avant la fin de l’année. 

L’année passée a vu la reprise des grands rendez-vous culturels, associatifs ou encore institutionnels au travers du territoire mahorais, mais aussi l’inscription du maoulida shengué au patrimoine immatériel national de l’Unesco. Ces différents événements ont pu faire rayonner le 101e département au-delà de ses frontières. Maintenant, « 2023 est désormais là et nous sommes à pied d’œuvre pour porter inlassablement et partout la voix de Mayotte avec celles et ceux se reconnaissent dans ce combat », lance fièrement le président de la collectivité. 

Des personnalités mahoraises récompensées

Cette cérémonie des vœux a également été l’occasion pour le conseil départemental de mettre à l’honneur « des personnalités qui ont porté haut la voix de Mayotte », affirme Ben Issa Ousseni. Ce sont donc trois ambassadeurs qui ont été distingués par le président du conseil départemental. En premier lieu, Géniale Attoumani, qui est la première journaliste de Mayotte à présenter le journal dans un média national. Feyçoil Mouhoussoune est également nommé ambassadeur pour la création du premier data center. « Cet entrepreneur a mis Mayotte sur les rails de la modernité », fait remarquer le président du Département. La troisième personnalité est la chanteuse Zily. En parallèle, le docteur Martial Henry a également été honoré dans la matinée « au nom du département et de Mayotte pour tous les services qu’il a rendus et qu’il rend à notre territoire », concède Ben Issa Ousseni. Alors que les Jeux des Iles approchent, le sprinteur mahorais Kamel Zoubert a aussi été récompensé. Le récent vainqueur du 200m du meeting des Volcans (Puy-de-Dôme) a reçu des nouvelles chaussures des mains de Zouhourya Mouayad Ben, vice-présidente du Département en charge des sports.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...