L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Un plus grand bouclier contre l’inflation déployé sur Mayotte

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Afin de limiter la hausse des prix observée au niveau mondial, les acteurs politiques et économiques mahorais ont décidé de prendre plusieurs mesures pour limiter l’inflation. Ils ont acté l’initiative par la signature d’une charte « Bouclier qualité prix + », ce vendredi 25 novembre, au conseil départemental.

Outre l’effort du conseil départemental, de Total et de l’État sur le prix des carburants, d’autres vont continuer à être consentis sur d’autres produits de la vie courante. En effet, « l’indice des prix a augmenté de 5.6% en France et de 4.1 % à Mayotte sur les douze derniers mois », rappelle la préfecture de Mayotte. Les acteurs économiques et politiques ont décidé de limiter cette inflation en mettant en place un « Bouclier qualité prix + ».  Ce vendredi 25 novembre, à 9h, ils étaient au conseil départemental pour signer la charte inérante. Autour de Ben Issa Ousseni, le président du Département, et Thierry Suquet, le préfet de Mayotte, la grande distribution était représentée par Aziz Akbaraky, directeur général de la Somaco, Marc Bélioz, directeur général de Bourbon distribution et Arnaud Léandre de la Saugerie, secrétaire général de Sodifram. Les acteurs de la grande distribution signataires se sont engagés notamment à intégrer des ailes de poulet (mabawas) dans la liste des produits du panier du bouclier initial ou à maintenir à 200 euros le prix maximal global du panier du bouclier qualité prix 2022 (qui comporte 74 références consommés fréquemment à Mayotte) jusqu’en mars 2023. Nicolas Morel, responsable logistique de Mayotte tropic, Marc-Antoine Moles, directeur de Mayotte express transit, et Hervé Durand, directeur général du transporteur Tilt, étaient également présents. Les transitaires ont accepté, en effet, de participer en annonçant des remises sur leur coût de transport. Absente, la présidente de Mayotte Channel Gateway, Ida Nel, signera les mêmes documents en début de semaine. Le délégataire du port de Longoni a décidé de faire un prix sur le nettoyage des conteneurs présents sur le site.

Onze produits ciblés par la baisse de l’octroi de mer

Depuis une délibération en mars 2022, le conseil départemental de Mayotte a modifié le taux de son octroi de mer sur certains produits. Il a été décidé, et approuvé en session la semaine dernière, de continuer à réduire l’octroi sur onze produits en particulier. Le riz parfumé, les ailes de poulet, les tomates pelées, les sardines à l’huile, l’eau plate, la viande de bœuf, le lait demi-écrémé, le lait en poudre entier, l’huile de tournesol, la lessive en poudre lavage main et les changes pour bébés 1er âge en font partie. Cette réduction sera effective pour une durée de six mois, renouvelables six mois de plus si nécessaires.

« La mesure va coûter 1.8 million d’euros sur six mois », admet le président du conseil départemental. Cependant, elle sera compensée par la hausse des revenus issus de l’octroi de mer sur d’autres produits, fait remarquer le Département. Car si ces onze produits sont concernés par la suppression temporaire d’un octroi de mer, les autres ont vu leurs prix augmenter et donc la part revenant au Département aussi.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....