Le Département de Mayotte vote un budget annuel de 486 millions d’euros pour 2021

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Le Département votait ce lundi 12 avril son budget annuel, légèrement en baisse par rapport à celui de l’année 2020. Au total, ce sont pas moins de 486.3 millions d’euros qui seront consacrés au fonctionnement et à l’investissement de la collectivité. Un montant qui vise en grande partie à développer l’aménagement du territoire.

Si le budget annuel a été voté sans problème par les élus du conseil départemental, il a tout de même suscité l’indignation de Naïlane-Attoumane Attibou, directeur du conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM). « Le Département prétend avoir des priorités mais ce budget ne les reflète pas », dit-il en pointant du doigt les sommes attribuées au social, à la culture, à l’environnement ou encore à la culture et au patrimoine.

Pour cette année 2021, le service du social devrait recevoir en théorie 3.8 millions d’euros… La culture, le patrimoine et l’environnement recevront encore moins. Mais la collectivité se défend, en évoquant la somme consacrée à la santé et la petite enfance. « Il existe le budget fixé par l’assemblée et le budget annexe. Pour la santé et la petite enfance, nous sommes à 60 millions d’euros. Je peux comprendre que par rapport aux besoins du territoire, ce chiffre ne soit pas suffisamment important, mais nous avons aussi le devoir de dynamiser les autres compétences du Département », indique Ben Issa Ousseni, vice-président des finances.

Soit, mais tous les services ne possèdent pas de budget annexe, particulièrement ceux évoqués par Naïlane-Attoumane Attibou… Lequel a donc poliment été envoyé sur les roses, sans réponse à ses interrogations. Malgré cet accrochage verbal, que retenir de cette matinée ? Tour d’horizon des chiffres clés évoqués par l’assemblée.

 

Budget total de 486.3 millions d’euros

 

Cette somme votée par l’assemblée plénière correspond au budget de fonctionnement du Départe-ment qui est de 318.7 millions d’euros. Ce à quoi, il faut ajouter l’enveloppe consacrée à l’investissement, estimée à 167.6 millions d’euros. À titre de comparaison, le budget de fonctionne-ment s’élevait à 321.6 millions d’euros en 2020.

 

Près de 30 millions pour le STM et le SDIS

Cette année, les conseillers départementaux accordent une enveloppe de 17.9 millions d’euros au service de transports maritimes contre 11 millions un an plus tôt. De leurs côtés, les sapeurs-pompiers, qui ont traversé plusieurs crises et qui ont changé de directeur le mois dernier, se voient octroyer 12 millions d’euros pour 2021. Une somme qui s’inscrit dans la politique de la collectivité puisqu’en 2020, le service départemental d’incendie et de secours avait perçu 11.7 millions d’euros de la part du Département.

 

1.2 million pour la MDPH

La maison départementale des personnes handicapées de Mayotte auront cette année 1.2 million d’euros du conseil départemental. Un montant qui peut sembler dérisoire au vue des besoins du territoire…

 

94 millions d’euros pour l’aménagement

Le service de l’aménagement du territoire est le grand gagnant de ce budget annuel puisqu’il con-centre à lui seul plus de 94 millions d’euros. L’ambition du Département est d’investir, entre autres, sur les routes, les infrastructures, ou encore l’électrification rurale.

 

96 millions d’euros d’excédents

La grande fierté du président Soibahadine Ramadani est l’excédent généré sur le budget 2020. Si à son arrivée en 2015, le Département était en déficit, il a voulu remédier au problème. Ses efforts ont payé puisqu’en 2020, la collectivité enregistre 56 millions d’euros d’excédent sur le budget de fonctionnement et 40 millions d’euros concernant l’investissement. L’assemblé plénière a décidé d’affecter les 56 millions au service de santé et protection de l’enfance.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...