Le processus de reconnaissance de la culture entamé à Mayotte

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Flou artistique autour des arts de la scène

Les artistes et intermittents du spectacle ne peuvent, à Mayotte, prétendre au statut juridique spécifique pourtant de vigueur en métropole, du fait de l’application tardive du droit du travail dans le 101ème département. Une situation qui complique encore un peu plus l’avenir de ces professionnels, souvent écartés des décisions politiques.

 

Le 4 janvier dernier, le collectif des Arts Confondus a lancé une enquête auprès des jeunes mahorais afin de dénombrer celles et ceux qui pratiquent une ou plusieurs activités artistiques quotidiennement. Au total, parmi 320 jeunes qui pensent que les activités artistiques peuvent déboucher sur un métier, “un tiers déclare vouloir en faire son métier et plus de la moitié ne l’exclut pas”.

L’objectif est d’identifier un seuil plancher de jeunes qui ont des pratiques artistiques et qui aimeraient s’orienter vers un parcours professionnel”, confie Sophie Huvet, porte-parole des Arts Confondus. Le collectif lancera dans les semaines à venir une nouvelle enquête à destination des artistes et des associations culturelles du territoire afin de pouvoir les recenser à leur tour.

La création du poste de directeur des affaires culturelles au rectorat de Mayotte en juillet 2020 et l’inauguration du pôle culturel de Chirongui démontrent une volonté de développer les institutions culturelles de l’île. Mais l’objectif principal aujourd’hui est de penser la structuration de ce secteur. Pour cela, les Arts Confondus souhaite mobiliser les associations, les institutions et les artistes eux-mêmes. “Développer des lieux et des espaces dédiés à la culture n’a pas de sens si nous ne pouvons pas proposer d’activités culturelles dans ceux-ci (…). Il faut des professionnels pour structurer le secteur et par la suite développer les pratiques amateurs.

Par ailleurs, le domaine culturel manque de reconnaissance à Mayotte. La professionnalisation de ce secteur pourrait permettre un développement de la culture dans le 101ème département français. Les jeunes souvent initiés aux pratiques artistiques à l’école pourraient alors prétendre à des formations professionnelles.

 

Pratique contemporaine et identité locale

 

Notre travail repose sur la valorisation du patrimoine immatériel local. Il faut aller puiser dans ce qui se fait à Mayotte et s’appuyer sur cela en lui donnant une forme et un style plus contemporain”, témoigne Sophie Huvet. L’exemple parfait de ce mélange des genres : le hip-hop mahorais. “Nous permettons aux jeunes de travailler sur une pratique contemporaine et défendre une identité locale en utilisant des rythmes de musiques traditionnelles que nous adaptons à cette danse.” La membre de l’association des Arts Confondus rappelle que la promotion de la culture passe avant tout par la diversité. “Nous devons promouvoir les arts traditionnels, mais aussi les arts contemporains et urbains. »

À ce jour, le statut d’intermittent du spectacle n’est toujours pas reconnu sur l’île au parfum. Le rassemblement de tous les acteurs culturels permettra d’entamer des réunions de travail et des mobilisations. “Nous pouvons même penser qu’une consultation de la population sur le développement de la culture pourrait permettre d’adapter au mieux les pratiques culturelles aux attentes des mahorais.” Une enquête qui permettra peut-être une prise de conscience des institutions publiques sur la question de la culture à Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...