test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La commission d’urgence foncière (CUF) voit sa durée de vie allongée

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Jeudi 16 décembre dernier, Ramlati Ali, députée pour la première circonscription de Mayotte, a fait adopter deux amendements à l’Assemblée Nationale concernant la question du foncier. Premièrement, la commission d’urgence foncière (CUF) voit sa durée de vie allongée et, deuxièmement, ses compétences ont été mises à la disposition des collectivités locales.

La députée Ramlati Ali s’est attaquée avec succès la semaine dernière à l’épineuse question du foncier à Mayotte. Elle a en effet fait adopter deux amendements par l’Assemblée Nationale. Ainsi, la CUF, structure mise en place en juin 2019, voit sa durée de vie allongée dans l’attente de l’installation du Groupement d’Intérêt Public-CUF. La CUF ne devait être à l’origine qu’une instance temporaire dont les frais de fonctionnement ne devaient être à la charge de l’Etat que jusqu’au 31 décembre 2020. Son utilité pour régler les questions foncières de Mayotte a cependant été telle que sa durée de vie a déjà été allongée une première fois l’année dernière et, ce jeudi 16 décembre, Ramlati Ali a de nouveau fait voter un amendement en ce sens.

La CUF a pour mission de régulariser les questions foncières concernant le domaine privé titré. D’autres instances, installées auparavant, ne se concentraient que sur la question de la régularisation des occupations sans titre des domaines publics de l’Etat ou du Département. La CUF a commencé, depuis sa création en 2019, à dresser l’inventaire des problématiques foncières à Mayotte et à chercher des solutions conformes aux droit commun. Comme chacun le sait, la problématique du foncier est particulièrement complexe sur l’île aux parfums, notamment en raison du passage du droit coutumier, en vigueur avant le passage au département en 2011, au droit français. Selon Ramlati Ali, « la CUF a déjà permis de rétablir beaucoup de Mahorais dans leur droit à la propriété« . D’où sa volonté de prolonger sa durée de vie dans l’attente du futur Groupement d’Intérêt Public-CUF.

Les compétences de la CUF mises à la disposition des collectivités locales

Le deuxième amendement que Ramlati Ali a réussi à faire adopter à l’Assemblée concerne la mise à disposition des compétences de la CUF aux collectivités locales. Un bon nombre d’acteurs publics rencontrent en effet des difficultés pour établir un titrement lors de l’instruction de leurs dossiers. Pour la députée mahoraise, ce deuxième amendement permettra donc à l’Etat et aux collectivités locales de « travailler en synergie, pour plus d’efficacité » sur les questions foncières.

Ramlati Ali avait au total proposé 6 amendements concernant la CUF à l’Assemblée. Seuls ces deux-là ont été adoptés, ce qui n’est déjà pas si mal ! Ce jeudi 16 décembre, elle a également ouvert le débat au sujet du sort réservé aux titres établis avant 2008 et a invité le Gouvernement à se saisir urgemment de ces points. Plusieurs autres amendements, défendus mais malheureusement non adoptés, sont toutefois venus rappeler au Gouvernement l’urgence à régler les problématiques foncières de Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...