L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Un réseau d’arnaqueurs aux « faux billets » devant le tribunal correctionnel de Mamoudzou

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Six personnes étaient jugées, ce mercredi 13 juillet, pour avoir escroqué leurs victimes avec la technique dite du « wash-wash ». Promettant une multiplication des billets par une technique bien à eux, ils prétextaient ensuite que le premier essai n’avait pas marché pour demander davantage d’argent.

Ils sont que trois sur le banc des victimes, ce mercredi 13 juillet, au tribunal correctionnel de Mamoudzou, mais ils pourraient être bien plus. Tous ont croisé la même bande de six prévenus (l’un étant absent et sous mandat d’arrêt) jugés pour « escroquerie ». Ces derniers proposaient une multiplication des billets par un procédé réalisé dans « leur laboratoire ». Les victimes n’avaient qu’à leur prêter une forte somme d’argent et le tour était joué. La complexité du processus repose sur le fait qu’il n’y ait pas de véritables « faux billets » dans cette histoire. Il s’agit à chaque fois de vrais fournis délibérément. Les escrocs leur appliquent alors une encre rouge dessus, préviennent les victimes que la manœuvre n’a pas marché cette fois et en profitent pour demander davantage pour qu’ils puissent rattraper le coup. Inquiets de l’état de leur investissement, ces dernières ne se méfient pas et rajoutent une nouvelle somme. En tout, plus de 80.000 euros (au moins) sont ainsi subtilisés sur la période 2019-2020.

« C’était comme de la magie », explique un jeune homme qui s’est fait avoir. Entré en contact avec la bande au moment de vendre son scooter, il ne s’est pas méfié quand on lui a promis de « fortifier (sic) son argent ». Désirant rejoindre sa compagne à La Réunion, il donne une première fois 8.000 euros, puis 8.500 euros à quelques membres du réseau. Ce n’est qu’à l’instant où il ouvre le dernier sac poubelle qu’il se rend compte de la supercherie. Des liasses de papiers en très mauvais état se trouvent en lieu et place de son argent promis. « Comment un garçon honnête comme vous peut croire qu’on peut multiplier son argent comme ça ? » demande Chantal Combeau, la présidente du tribunal correctionnel. « Je ne sais pas, je suis méfiant d’habitude », reconnaît la victime, penaude.

Des indépendants qui travaillent ensemble

Le pilier du réseau, selon les écoutes téléphoniques et les auditions, serait un Camerounais de 42 ans, arrivé à Mayotte en 2017. Plutôt costaud, mais obligé de comparaître assis à cause de problèmes de santé, celui-ci a admis aux enquêteurs avoir arnaqué « une dizaine de personnes ». Il s’est d’ailleurs fait pincer en premier lors d’un contrôle routier en juin 2020 en transportant une glacière remplie de billets sur son scooter. Il avait alors demandé à l’une de ses victimes qui était assise derrière lui de dire à la police que c’était à elle. Cette dernière avait bien évidemment refusé. La compagne du Camerounais, une Malgache de 45 ans, trempait aussi dans la combine, se faisant passer pour la secrétaire du « laboratoire ».  Celle qui est déjà en prison depuis le mois de janvier pour une affaire de faux papiers ne manquait pas d’initiatives puisqu’outre les loyers qu’elle percevait pour des appartements à Pamandzi, elle souhaitait doubler son compagnon, indiquent les écoutes. Un Congolais de 34 ans devait l’y aider, même si lui clame n’être que « le chauffeur » par intermittence.

Les trois autres, deux Comoriens de 37 et 28 ans et un Camerounais de 29 ans (cousin du premier), intervenaient également dans les opérations, voire en montaient de leurs côtés. « On était des indépendants », clame la tête du réseau. Un argument retenu par le substitut du procureur, Max Goldminc, au regard des faits. Dans ses réquisitions, il a souhaité que soit retiré le qualificatif de « bande organisée ». Puis, il a demandé que le tribunal condamne le Camerounais de 42 ans à deux ans de prison ferme, l’ex-compagne à dix-huit mois, le Comorien absent du procès à quinze mois, puis les trois autres à un an de prison. Le délibéré est attendu ce mercredi matin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1076

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...