asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Salime M’déré jugé en février pour provocation à la commission d’atteintes à la vie

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Le 24 avril 2023, au début de l’opération Wuambushu, le premier vice-président du Département de Mayotte s’était emporté verbalement sur le plateau télévisé de Mayotte La 1ère . En parlant des bandes qui s’attaquaient à la population et aux forces de l’ordre, Salime M’déré avait suggéré qu« il faut peut-être en tuer », avant de présenter ses excuses après l’émission. Des propos dont il devra répondre au tribunal correctionnel de Saint-Denis de La Réunion le 1er février 2024, annonce le Journal de l’île de La Réunion.

La tension était palpable dans les premiers jours de l’opération Wuambushu, des bandes de jeunes s’en prenaient aux automobilistes, aux policiers et gendarmes pourtant en nombre sur l’île. A Tsoundzou 1, des individus en combinaison blanche semaient la terreur, aidés par des caïds locaux. Dans ce contexte, Salime M’déré était intervenu au journal télévisé de Mayotte La 1ère, le 24 avril 2023. Le premier vice-président du conseil départemental de Mayotte s’était alors emporté et avait déclaré à propos des auteurs de faits sur la voie publique : « A un moment donné, il faut peut-être en tuer », ajoutant : « et je pèse mes mots », n’écoutant pas la présentatrice qui condamnait rapidement ces propos. Car c’est cette phrase qui vaut à l’élu d’être poursuivi en correctionnelle pour « incitation à la haine et en raison de leur origine » et pour « provocation à la commission d’atteintes à la vie ». Le Journal de l’île de La Réunion annonce qu’iI devrait être jugé à Saint-Denis de La Réunion en février prochain. « Mes propos – qui sont à la hauteur de ma passion pour cette île – ont dépassé ma pensée et je m’excuse bien volontiers s’ils ont pu heurter », avait réagi l’intéressé sur Facebook, dès le lendemain.

L’affaire délocalisée à La Réunion

Yann Le Bris, procureur de la République, s’est autosaisi dans cette affaire, alors que des associations comme la Ligue des droits de l’Homme ont fait un signalement à la justice. Premier président de la collectivité départementale mahoraise, il sera jugé à La Réunion et pas à Mayotte, par souci « d’impartialité », rapporte le journal réunionnais. Il devra répondre de deux faits, « provocation à la commission d’atteintes volontaires à la vie » et pour « provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation ou une race ». La procureure de Saint-Denis, Véronique Denizot, a retenu comme circonstance aggravante que les propos ont été tenus alors qu’il est élu.

La ligue des droits de l’Homme, SOS Racisme et le député de Saint-Denis (La France insoumise) Thomas Porte seront parties civiles à l’audience.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...