L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les Comores victimes d’une épidémie non identifiée

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Les centres hospitaliers communautaires continuent à accueillir des patients qui présentent presque les mêmes symptômes, notamment de la fièvre. Les autorités sanitaires invitent la population à adopter les mesures barrières de la période Covid-19 renforçant les craintes d’un retour de la pandémie.

Pour certains, elle ressemble au paludisme. Mais après analyse, les résultats sortent négatifs dans la majorité des cas. Pourtant, les signes apparents sont similaires à ceux de cette maladie très présente dans les zones tropicales comme dans l’archipel des Comores : fièvre, toux, courbatures. Plus étonnant, les enfants ne sont pas épargnés. Depuis deux semaines, les hôpitaux comoriens sont pris d’assaut par des patients souffrant de maux de tête, rhume entre autres. L’apparition de cette mystérieuse épidémie soulève des questions. « Au début, j’ai commencé à tousser puis à ressentir des douleurs partout, surtout les articulations. Je ne sentais même pas mon corps. Le problème à l’hôpital les lits sont pleins. Je suis donc rentré chez moi », a raconté, Saïd, étudiant en licence 3 à l’Université des Comores qui a dû écourter ses cours de ce jeudi afin de pouvoir rentrer à la maison pour se reposer. La bonne nouvelle, les laborantins ont confirmé qu’il avait le paludisme. Si au moins ce diagnostic était le même pour tous ceux qui avaient les mêmes symptômes, l’inquiétude ne serait pas aussi grande. Mais, ce n’est pas le cas.

Nausée, fatigue

Badriat a passé trois jours au lit se dopant de Doliprane, pensant qu’elle avait attrapé le paludisme. Et à la surprise générale, lorsque les agents communautaires sont venus précéder au test (gouttes épaisses) le résultat s’est révélé négatif. « Courbatures, toux, rhume comme si un camion t’avait écrasé. C’est insupportable », a témoigné pour sa part Mariam, dont la voix résume tout ce qu’elle endure depuis dimanche dernier. Ibrahim lui est cloitré à la maison cela fait quatre jours et espère se rendre au bureau ce vendredi. « La fièvre est passée, mais les nausées et la fatigue sont toujours là », a ajouté ce développeur de sites web qui a pu s’en sortir grâce aux bains de plantes jugés très efficaces pour lutter contre la dengue. Approché, un haut cadre de la direction de la santé a indiqué que les investigations étaient en cours. On dit aussi que des échantillons sont envoyés à l’extérieur pour déterminer l’origine de cette épidémie qui visiblement touche les pays de la région à l’instar de la Grande île. A Madagascar, la ministre de la Santé a appelé il y a quatre jours la population à prendre ses précautions en adoptant les gestes barrières de la période du Covid-19, comme le port des masques et le lavage des mains avec du savon. Pour éviter la contamination, la même consigne a été donnée par la direction nationale de la santé dans un communiqué publié mardi. « Nous tenons, en outre, à rassurer la population que des dispositions sont prises pour identifier via des prélèvements, l’origine de ce phénomène inhabituel. Mais en attendant, nous conseillons de procéder uniquement à un traitement symptomatique à base de fortifiants et des antalgiques », recommande la déclaration des autorités sanitaires.

Le même communiqué reconnaît que les patients présentent une grippe tantôt avec fièvres et de la toux, tantôt une gastro-entérite fébrile avec des gouttes épaisses positives.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...