“Les brochettes sont au feu” : les 11 prévenus d’un réseau de passeurs à l’aéroport de Pamandzi jugés ce mercredi

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Une “machine bien huilée”, selon le procureur. Accusées d’avoir facilité le passage de clandestins directement depuis l’aéroport de Pamandzi, 11 personnes comparaissaient ce mercredi au tribunal correctionnel de Mamoudzou. Parmi eux, deux anciens agents de la police aux frontières…

C’est une affaire qui avait fait grand bruit, jusqu’aux oreilles de la direction de la police aux frontières (PAF) à Paris. Un réseau de passeurs, constitué d’au moins huit personnes à l’époque et surtout deux agents de la PAF, agissant directement aux aubettes de l’aéroport de Pamandzi, avait été révélé en février 2019. L’enquête dévoilait alors les ficelles de ce réseau “parfaitement organisé”, selon les dires du parquet : les deux policiers facilitaient le passage de “clients” moyennant des sommes de plusieurs milliers d’euros, en leur fournissant des papiers d’identité appartenant à une tierce personne, et en fermant les yeux au moment des contrôles. Le but étant de les faire embarquer dans des avions à destination de La Réunion ou la métropole.

Ce mercredi, ce sont finalement 11 prévenus qui étaient jugés par le tribunal correctionnel de Mamoudzou pour des faits de corruption, d’aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d’un étranger en france, et d’aide à l’utilisation frauduleuse d’un document d’identité, de voyage ou de séjour par son titulaire. L’infraction courait sur une période de trois ans, de janvier 2016 à février 2019. Ce mercredi, sept d’entre eux étaient présents à la barre. Les passeurs risquaient jusqu’à dix ans d’emprisonnement.

 

Faisceau d’indices à la PAF

 

Quelques temps avant leur interpellation, plusieurs signaux d’alerte avaient déjà commencé à susciter les soupçons des services de la PAF à Paris : à la descente de l’avion, un nombre anormal de passagers se présentaient avec une carte d’identité au nom d’un tiers… laissant imaginer qu’un contrôle peu scrupuleux pouvait être à l’œuvre au départ des passagers, à l’aéroport de Pamandzi. En 2018, premier coup de filet : un voyageur est pris la main dans le sac, son visage ne colle pas avec la photo du document d’identité présenté. Pire, l’un des policiers reconnaît un collègue, qui travaille à l’aéroport. L’enquête permet alors de démontrer que l’agent en question a donné son passeport à une troisième personne qui s’est chargée de le remettre au voyageur clandestin. Les deux prévenus sont condamnés à trois mois de prison avec sursis.

 

Une organisation à trois échelons

 

C’est à ce moment-là que la procédure va prendre une autre tournure”, déroule le président au moment de rappeler les faits. En septembre de la même année, l’agent écroué se présente à la brigade de recherche “en expliquant qu’il souhaite dénoncer l’ensemble du réseau auquel il a lui-même participé”. Les enquêteurs découvrent alors les rouages d’une entreprise rondement menée. Au premier niveau, des “rabatteurs” se chargent de recruter les étrangers en situation irrégulière mais aussi de trouver des “loueurs” de pièces d’identité pour leur faciliter le passage aux frontières. Puis viennent les coordinateurs, chargés de récupérer les informations obtenues par les rabatteurs et de les transmettre aux décisionnaires. À savoir, les deux agents de la PAF, qui, depuis le haut de la pile, donnent le go. Ou non.

 

Lexique garni et chefs de file

 

Le premier, c’est Monsieur B. : “le grand boss” tel qu’il est présenté tout au long de l’audition du dénonciateur. À la barre, ce mercredi, celui qui dépasse d’une tête tous les autres prévenus, cherche toutefois à minimiser son rôle. “C’est eux qui allaient chercher les clients et nous appelaient, nous on ne leur disait pas d’y aller. Même parfois, c’était trop dangereux, on disait “non”, car il y avait trop de risques”, répond à la barre l’homme à l’imposante carrure. “Vous aviez le pouvoir d’annuler”, lui rétorque le juge. Le deuxième agent, Monsieur S., nie lui aussi son rôle de décisionnaire. 37 photos de documents d’identité seront toutefois retrouvées dans son téléphone…“Pour moi c’était quelque chose qui arrivait de manière ponctuelle. Je n’avais pas connaissance de l’organisation, de tout ce monde-là. J’étais pris en étau”, affirme-t-il aujourd’hui.

Pourtant, l’affaire présente toutes les caractéristiques du réseau de passeurs. Pour preuve, ce langage codé utilisé entre les deux têtes présumées de l’organisation. “Voulé”, “poulpe”, “poulet”, ou encore “les brochettes sont au feu”… Un lexique gourmand alimente les nombreux échanges téléphoniques entre les deux agents. Et leurs explications hasardeuses ne satisfont pas vraiment le tribunal. “Moi si je vous envoie “ratatouille”, vous comprenez le message sans que je vous l’explique ?”, cingle le procureur.

 

Une affaire bon marché ?

 

L’autre zone d’ombre ? Les sommes d’argent empochées par ces passeurs. “Entre 2.500 et 3.000 euros par client”, selon l’un des prévenus entendus ce mercredi. Laquelle somme serait alors divisée, Monsieur S. touchant 2.000 euros, Monsieur B. et le rabatteur les 1.500 restants. Pourtant, alors que le “boss” reconnaît une trentaine de passages ainsi orchestrés, il n’aurait gagné que 5.000 euros en trois ans. Une somme ridicule, au regard des risques encourus, qui plus est avec son uniforme ! “Il a fait le choix de minimiser”, souligne d’ailleurs le procureur, au moment de faire ses réquisitions. Au vu des éléments du dossier, le parquet requiert, pour les 11 prévenus, des peines allant de trois de prison avec sursis et trois ans d’interdiction de territoire français, à, respectivement quatre et trois ans d’emprisonnement avec sursis, pour les deux chefs présumés, plus cinq ans d’inéligibilité et d’interdiction d’exercer une activité en lien avec l’infraction.

Les juges seront plus sévères encore : en plus des réquisitions du procureur, Monsieur B. écope de 30 mois de prison ferme, soit encore 17 à effectuer compte tenu de sa détention provisoire, et 5.000 euros d’amende. Monsieur S., qui a déjà passé 12 mois en détention, repart quant à lui avec une condamnation de 36 mois de prison, dont 16 avec sursis et 7.000 euros d’amende. Tous les prévenus sont condamnés a minima à des peines de prison avec sursis. Les carottes sont cuites !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...