Informatisé, le service de réanimation de Mayotte entre dans une nouvelle ère

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Depuis fin novembre 2020, le service de réanimation est informatisé via le logiciel Grimoires. Un nouvel outil qui centralise toutes les données des patients, qui simplifie la prise en charge et qui apporte un confort supplémentaire aux personnels soignants. Non seulement, cela permet de diviser par dix l’erreur humaine mais aussi d’être un facteur d’attractivité.

« Nous passons d’une caravelle d’Air France des années 80 à un 787 flambant neuf. » De l’aveu de son chef de service, Renaud Blondé, la réanimation rentre dans « le XXIème siècle » en se dotant du logiciel Grimoires. Un outil informatique financé à hauteur de 200.000 euros par l’agence régionale de santé océan Indien et installé le 24 novembre dernier, qui met définitivement fin à l’ère du papier, sur lequel étaient rédigées à la main, quotidiennement, les 400 données les plus importantes de chaque patient. Un moyen aussi de « diviser par dix » l’erreur humaine, qui peut forcément se payer cash. « Nous ne savons pas si cela nous a permis de sauver des vies durant la seconde vague, mais en tout cas, cela a été plus facile à gérer pour les personnels soignants au vu de la charge de travail très élevée », confie-t-il devant son écran, les yeux rivés sur les datas de la quinzaine d’hospitalisés en ce moment.

Car oui, ce qui change avec cette technologie, déployée dans seulement un quart des services de réanimation métropolitains et ultramarins, c’est la capacité d’avoir « une vision globale de tous les malades ». En d’autres termes, de pouvoir suivre en temps réel « tous les paramètres de chaque scope (moniteur de surveillance) ». Et ainsi de connaître l’état de santé des patients qui sont intubés, qui sont sous respirateur, qui ont une machine de dialyse ou d’hémofiltration, qui reçoivent des antibiotiques ou qui ont une assistance circulatoire… « Auparavant, nous étions obligés de faire des aller-retour dans chaque chambre pour avoir cette information. Maintenant, nous pouvons y avoir accès depuis n’importe quel bureau de la réanimation », se réjouit Renaud Blondé, convaincu que cette nouvelle méthode de travail apporte davantage de sérénité. Toutefois, cela ne proscrit en aucun cas la communication entre les médecins et les infirmiers, bien au contraire. « Nous allons toujours transmettre les consignes oralement. L’informatique nous laisse simplement une trace écrite. »

 

Des procédures dégradées en cas de panne

 

« Tout est sécurisé entre la prescription et l’administration », assure Christophe Heuberger, le directeur général de la société Terenui, éditrice du logiciel. Mais est-ce réellement fiable en cas de panne de courant, un phénomène auquel est régulièrement assujetti le 101ème département ? « Nous avons des procédures dégradées », prévient-il. « Imaginez que tout s’éteigne : nous avons des ordinateurs branchés sur des onduleurs, qui ne sont pas reliés au serveur et qui mettent à jour toutes les minutes les 8.000 données. » Il suffit alors d’imprimer une version papier. Dans le but d’éviter d’injecter deux fois un médicament « sensible » en cas de confusion !

Enfin, l’informatisation est également un facteur d’attractivité pour le personnel. Si la réanimation possède une équipe jeune et complète depuis plus de cinq ans, elle n’aurait alors aucun mal à recruter de nouveaux soignants en cas d’ouverture de postes supplémentaires. « Nous pourrions évoquer le confort de ce nouvel outil pour fidéliser quelques infirmières alors que beaucoup ont rendu leur tablier après la première vague. » Pas de doute, le service mahorais joue bel et bien dans la cour des grands, alors même que le logiciel n’est actuellement déployé qu’à 30%. « Nous allons connecter deux nouveaux appareils », s’enthousiasme Renaud Blondé, conscient de cette opportunité pour le territoire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...