100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Prison de Moroni : soixante détenus, dont des agresseurs sexuels, libérés sous conditionnel

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

La décision de laisser partir ces prisonniers a été est avalisée en conseil des ministres, dans l’unique but de désengorger la maison d’arrêt de Moroni où la surpopulation carcérale a toujours été pointée du doigt. Mais, ces libérations suscitent la controverse. On craint que les agresseurs sexuels une fois dans la nature ne récidivent.

L’information a fait l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux. Mercredi, en fin d’après-midi, la population a appris via une vidéo tournée depuis la prison de Moroni, en présence du procureur général, Soilihi Djae, la libération d’une soixantaine de détenus. Ces vagues de relâchement ont obtenu l’aval du ministre de la Justice comorien, Djae Ahamada Chanfi. Ce dernier avait introduit une note en conseil la semaine dernière, pour réclamer la mise en place d’une opération de désengorgement des prisons, notamment, celle de Moroni.

L’effectif pléthorique de ce centre de détention a toujours été dénoncé par les défenseurs des droits humains. D’où cette mesure. « Nous sommes là pour exécuter un arrêté ministériel« , a déclaré le procureur de la République lors de son intervention au sein du centre pénitencier de Moroni. Selon le magistrat, l’arrêté en question a fixé des critères. Seuls les détenus qui les remplissent ont pu être relâchées rappelait-t-il dans sa déclaration publiée par la chaine CMM. Il a cité entre autres les personnes âgées de plus de 60 ans et les moins de 25 ans ayant tous fait preuve d’un comportement exemplaire, d’une capacité d’intégration sociale et qui auraient purgé plus de la moitié de leurs peines.

Dans son arrêté daté du 28 mars, le ministre de la Justice a indiqué s’être appuyé sur le rapport du gardien en chef de la prison de Moroni et des recommandations émises par les procureurs généraux alertant sur la surpopulation carcérale. Tous les centres pénitenciers du pays sont connus pour leurs conditions de détention peu recommandables : saturation, insalubrité, mais pas que…

Traumatisme des victimes

Un juriste de la place que nous avons interrogé a effectivement confirmé que la décision du Garde des Sceaux visant à désengorger les prisons surpeuplées étaient fondée juridiquement. « Ce sont des mesures qui peuvent être prises par les juges, notamment le juge de l’exécution des peines. Parmi les conditions, il y a la purgation de la moitié des peines« , a précisé notre avocat. En revanche, les auteurs de certaines infractions comme les meurtres, les assassinats, les détournements de deniers publics ou encore les viols sont de facto exclus de la liste.

Normalement, les personnes condamnées pour des faits d’agressions sexuelles, qualifiées par la loi comorienne dans le nouveau code pénal de crime, auraient dû être maintenues. Et cela a été le cas ? Pas sûr puisque l’arrêté ne les as pas mentionnés. Jusqu’à hier, aucun responsable de l’appareil judiciaire n’a souhaité s’exprimer sur le sujet pour donner plus de détails sur cette opération en partie controversée. On ignore sur quelles bases les autorités ont établi la liste des prisonniers. Celle-ci n’a toujours pas été rendue publique. Personne ne peut se targuer de l’avoir consultée non plus.

Mais c’est surtout la libération de certains agresseurs sexuels identifiés et aperçus dehors qui a créé un tollé. Selon le journal La Gazette des Comores, qui a cité les propos du gardien de la prison de Moroni, certains délinquants sexuels mineurs ont bénéficié d’un aménagement de peine. L’opinion craint déjà que ces détenus ne s’adonnent à nouveau à leurs mauvaises pratiques. Croiser son ancien violeur ou agresseur peut être traumatisant pour les victimes. Sans oublier le risque de voir éclater des conflits lorsque les familles de celles-ci seraient tentées de se faire justice. Autant de facteurs qui n’auraient pas été pris en compte estime une partie de la population.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...