100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Jeux Olympiques d’hiver : Idrissa Saïd, un Mahorais bien dans ses skis à Pékin

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Jeune Mahorais de 21 ans, Idrissa Saïd a eu la bonne surprise, grâce à un forfait, de représenter la France aux Jeux Olympiques d’hiver, en février. Ce skieur de fond, qui vit à Grenoble (Isère), nous raconte son expérience olympique.

Flash Infos : Comment vous êtes-vous retrouvé aux Jeux ?

Idrissa Saïd : Je suis souvent sélectionné et je m’entraîne régulièrement avec l’équipe de France de ski de fond. Je n’avais pas eu la chance de la représenter jusque-là, mais la blessure d’un partenaire à deux semaines des Jeux a tout changé. Je n’étais pas forcément prêt, j’ai dû rejoindre le centre de ski nordique et de biathlon de Kuyangshu (à 180 km de Pékin) que trois jours avant les épreuves.

FI : Justement, quel parcours avez-vous réalisé ?

I.D. : Je n’ai pas passé le stade des qualifications, je suis arrivé 74ème sur 88, juste derrière le Nigérian Samuel Ikpefan. Évidemment, ce n’est pas une déception, je suis là d’abord pour apprendre. C’est quand même le rendez-vous des meilleurs mondiaux.

FI : Quelle expérience comptez-vous en tirer ?

I.D. : Celle de toujours être prêt quoi qu’il arrive (rires). En réalité, c’est déjà un truc incroyable de se retrouver au milieu d’athlètes du monde entier, même s’ils étaient parfois étonnés de croiser un Mahorais. Et même si ma famille n’a pas pu venir de Sada, ils étaient très fiers de moi et ont pu vivre ma course à distance.

FI : Pourquoi avoir choisi le ski de fond ?

I.D. : Il y a quelques années, j’ai découvert le ski de fond à Grenoble où ma grande sœur habite. Nous avons fait plusieurs séjours à la montagne et j’ai adoré. Depuis que je suis moi-même en métropole, j’en fais plus évidemment et ça m’a permis de commencer peu à peu les compétitions.

FI : Est-ce plus difficile de pratiquer ce sport en tant que Mahorais ?

I.D. : Forcément, oui, il n’y avait aucune infrastructure qui me permettait de m’entraîner quand j’habitais Mayotte. Heureusement, mon sport peut se pratiquer grâce à des skis équipés de roulettes. J’ai essayé de m’entraîner sur les chemins du mont Bénara. Il y a des pistes sans trop de cailloux. Par contre, j’avais souvent des difficultés à passer les racines des arbres. Aujourd’hui, dans les Alpes, c’est beaucoup plus facile pour moi.

FI : Quel espoir avez-vous avec cette participation inédite ?

I.D. : Je sais que ce n’est pas facile, mais j’espère que mon aventure olympique donnera envie à des jeunes Mahorais de s’intéresser à ce sport. Monter que peu importe d’où nous venons, nous pouvons faire ce qui nous plaît. En tout cas, j’ai eu plaisir à représenter Mayotte et la délégation française.

Ceci est une fausse interview pour le 1er avril. Idrissa Saïd est un personnage fictif. En tout cas, s’il existe, on sera ravi de vous raconter son histoire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...