test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Jeux Olympiques d’hiver : Idrissa Saïd, un Mahorais bien dans ses skis à Pékin

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

UNSS Mayotte : les néo-collégiens à la découverte du sport scolaire

Une vingtaine d’établissements scolaires ont organisé la Journée nationale du sport scolaire 2020/2021, ce mercredi. Devant la crise sanitaire et les adaptations qu’elle implique, les participants ont été bien moins nombreux que les éditions précédentes. Malgré cela, l’événement n’a rien perdu de son enthousiasme.

Une première très attendue pour les badistes mahorais

Le badminton mahorais sera représenté pour la première fois aux Jeux des îles de l’océan Indien en août prochain à Madagascar ! Nous nous sommes...

Jeune Mahorais de 21 ans, Idrissa Saïd a eu la bonne surprise, grâce à un forfait, de représenter la France aux Jeux Olympiques d’hiver, en février. Ce skieur de fond, qui vit à Grenoble (Isère), nous raconte son expérience olympique.

Flash Infos : Comment vous êtes-vous retrouvé aux Jeux ?

Idrissa Saïd : Je suis souvent sélectionné et je m’entraîne régulièrement avec l’équipe de France de ski de fond. Je n’avais pas eu la chance de la représenter jusque-là, mais la blessure d’un partenaire à deux semaines des Jeux a tout changé. Je n’étais pas forcément prêt, j’ai dû rejoindre le centre de ski nordique et de biathlon de Kuyangshu (à 180 km de Pékin) que trois jours avant les épreuves.

FI : Justement, quel parcours avez-vous réalisé ?

I.D. : Je n’ai pas passé le stade des qualifications, je suis arrivé 74ème sur 88, juste derrière le Nigérian Samuel Ikpefan. Évidemment, ce n’est pas une déception, je suis là d’abord pour apprendre. C’est quand même le rendez-vous des meilleurs mondiaux.

FI : Quelle expérience comptez-vous en tirer ?

I.D. : Celle de toujours être prêt quoi qu’il arrive (rires). En réalité, c’est déjà un truc incroyable de se retrouver au milieu d’athlètes du monde entier, même s’ils étaient parfois étonnés de croiser un Mahorais. Et même si ma famille n’a pas pu venir de Sada, ils étaient très fiers de moi et ont pu vivre ma course à distance.

FI : Pourquoi avoir choisi le ski de fond ?

I.D. : Il y a quelques années, j’ai découvert le ski de fond à Grenoble où ma grande sœur habite. Nous avons fait plusieurs séjours à la montagne et j’ai adoré. Depuis que je suis moi-même en métropole, j’en fais plus évidemment et ça m’a permis de commencer peu à peu les compétitions.

FI : Est-ce plus difficile de pratiquer ce sport en tant que Mahorais ?

I.D. : Forcément, oui, il n’y avait aucune infrastructure qui me permettait de m’entraîner quand j’habitais Mayotte. Heureusement, mon sport peut se pratiquer grâce à des skis équipés de roulettes. J’ai essayé de m’entraîner sur les chemins du mont Bénara. Il y a des pistes sans trop de cailloux. Par contre, j’avais souvent des difficultés à passer les racines des arbres. Aujourd’hui, dans les Alpes, c’est beaucoup plus facile pour moi.

FI : Quel espoir avez-vous avec cette participation inédite ?

I.D. : Je sais que ce n’est pas facile, mais j’espère que mon aventure olympique donnera envie à des jeunes Mahorais de s’intéresser à ce sport. Monter que peu importe d’où nous venons, nous pouvons faire ce qui nous plaît. En tout cas, j’ai eu plaisir à représenter Mayotte et la délégation française.

Ceci est une fausse interview pour le 1er avril. Idrissa Saïd est un personnage fictif. En tout cas, s’il existe, on sera ravi de vous raconter son histoire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...